ISKA Photos & Works

11 novembre 2019

SPOIL ENGINE "Renaissance Noire" (French Review) - Official Videos "The Hallow" - feat. Jeff Walker [CARCASS] / "R!OT"

 

SpoilEngine RenaissanceNoire_6

SpoilEngine_logo

SE_Out15nov2019_6

Arising EmpireReclogo

 

 

Tel un punch en pleine face, SPOIL ENGINE reviennent et lourdement armés avec leurs nouveaux titres placés sous la bannière évocatrice du bien nommé « Renaissance Noire ». Le quatuor mi-belge / mi-néerlandais est de retour et solide comme jamais, uni, avec aux lèvres et aux tripes, l’envie féroce de prendre leur revanche sur les quelques mauvais moments passés qui ont un temps ébranlé la troupe et pour cela, quoi de mieux qu’un Metal lourdement armé en des implacablement subtils et rentre-dedans Metalcore, Thrash, Modern Metal, le tout couplé à un groove aussi solide que les mélodies sont noires, quoi de mieux donc pour concrétiser ce retour d’un quatuor déterminé comme jamais à faire parler la poudre et leur Metal agile et incisivement puissant qu’ils affectionnent ostensiblement. « Renaissance Noire » marque son assise dans les bases du groupe tout en dévoilant une orientation plus lourde qui se traduit par un constat : ça déménage littéralement avec SPOIL ENGINE tout au long des dix nouveaux morceaux car la déferlante est de haut vol entre des riffs techniques et contagieux qui laissent accrochés, entre une basse et une batterie au top de leur savoir-faire, entre, enfin, les growls incisifs et hautement féderateurs et les quelques éléments vocaux clairs de leur nouvel atout de force, féminin, qui reprend avec brio le micro au sein de SPOIL ENGINE : Iris Goessens. Cette nouvelle recrue se révéle aussi douée que ses collégues masculins, via l’excellence de sa voix autant en growl qu’en registre clair. Il suffit d’entendre, entre autres, un « Golden Cage » ou « Frostbite », « R !ot », « The Hallow » avec en guest vocal classe non moins que Jeff Walker de Carcass ou d’entendre ou plutot de se prendre en pleine face, un « Storms Of Tragedy » qui ne font pas de quartiers entre rentre-dedans en puissance et agilité d’exécution, pour s’en convaincre et n’avoir aucun doute sur le fait d’être en présence d’un matériel et de compositions et interprétation de premier choix avec un « Renaissance Noire » qui, de plus, sonne au mieux.

Le guitariste et compositeur principal, Steven ‘Gaze’ Sanders se montre des plus inspirés et déterminé sur ce tout dernier opus, à l’unisson d’ailleurs avec ses acolytes Davy ‘Loco’ Vanlokeren et Matthijs Quaars, aux postes bien occupés respectivement des basse et batterie, et bien sûr aux vocaux déjà mentionnés et salués de Iris Goessens.

« Renaissance Noire » est l’un des meilleurs albums de 2019 et confirme SPOIL ENGINE comme formation de haut vol et force de persuasion subtilement massive !
A badass album from a badass band ! 


Tasunka

TasunkaLynx_4444

 

 


 

SE_RNoireTracklist666

==> The illustrations for »RENAISSANCE NOIRE« are made by the highly acclaimed artist Adrian Baxter

 


 


 

SE_band2019_6SpoilEngine_LineUp

SE_JWalkerCarcass666


 

SE_merch666

SpoilEngine_logo

SpoilEngine_LP6


 

 

Posté par Tasunka à 22:43 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,


30 octobre 2019

DEAF RAT "Ban The Light" (French Review) - Official Videos "Fallen Angels" / "Hail The End Of Days"

 

DR_BTL44

 DR-logo666

AFM_Logo4

 

Explosif « Ban The Light » l’est assurément, le pur Hard Rock à la fois vintage/moderne et prenant de DEAF RAT l’étant en effet à tous les niveaux, autant par la largesse de son son qui reflète parfaitement les influences de base de chacun de ses membres et elles sont variées, allant de D.A.D. à KISS, AC/DC, LED ZEPPELIN, IRON MAIDEN en passant par PANTERA ; explosif, le groupe l’est tout autant avec ses compositions nourries d’un Hard Rock Heavy aux riffs massifs, rugueux, aux mélodies captivantes, aux paroles imprégnées et inspirées des événements présents et passés et enfin, explosif, « Ban The Light » l’est sans conteste avec sa philosophie de profiter de la vie à fond, de rester libre qui imprègne tout l’album et que les suédois savent exprimer et faire détonner au long de chaque titre et en divers feux d’artifice énergiques en puissance ou mesurés, histoire que le plaisir de l’écoute ne connaisse pas de temps mort. Au choix, « Ban The Light », « Tying You Down » vous secouent et vous entrainent, quand l’acoustique « Bad Blood » se fait apprécier avec sa fausse pause pour mieux remettre la dynamique en route et repartir pour de nouveaux titres à l’énergie Hard Rock intacte pour se conclure sur « Welcome To Hell » - ce mid tempo à l’âme sombre qui coure au long de l'album et à l’accroche dynamique lancinante, se plaçant comme l’un des fleurons parmi les titres.

DEAF RAT ont enregistré dans les conditions proche du live afin de bénéficier d’un son vivant et rendre ainsi toute la force scénique que développe la bande. Sans limite de style, sans barrière, libre d’exprimer ce Rock multi facettes qui leur vient des tripes, DEAF RAT sortent un album à l’image du groupe de qualité qu’ils sont : « Ban The Light » étant un feu d’artifices riche en diverses explosions de pur Hard Rock Heavy, que leur lead singer, réellement artificier reconnu qui a travaillé entre autres pour Twisted Sister, Dark Funeral, HammerFall, Sabaton, a su faire vivre avec ses comparses, au long d’un « Ban The Light » accrocheur.


Tasunka

TasunkaLynx_4444

 

 


01- Fallen Angels

02- Hail The End Of Days

03- Tying You Down

04- Save Me From Myself

05- Ban The Light

06- Bad Blood

07- Make You Suffer

08- Say You Love Me

09- Wanted Forever

10- Welcome To Hell

 


 

 

Capture

 


 

DR-logo444


Frankie Rich : Lead Vocals
Max Lander: G/V
Pat Kramer : G/V
Nic Lester : B
Karl Löfgren : D

 


 

DeafRat-BanTheLight_red4

DR-logo666

 


 

 

Posté par Tasunka à 23:16 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

25 octobre 2019

DOUBLE CRUSH SYNDROME “Death To Pop” (French Review) - Official Videos "DeathTo Pop"/ "Drei Worte" - Tour 2020

 

DCS_ DeathToPop

DoubleCrushSyndrome_ logoS

-- Release date: 25 Oct. 2019 --

Arising EmpireReclogo

 

Après « Die For Rock’n’Roll » qui, en hors d’œuvre, donnait le ton des réjouissances PunkRock / Metal, voici qu’arrive, pied au plancher, le second album des énergiques DOUBLE CRUSH SYNDROME et là, le plat de résistance est du meilleur tonneau Rock/Punk/Metal, fort réjouissant, donc et puisque la bande déclare son envie de ‘sauver le Rock’, pas moins, alors, ce second effort ne pouvait que se nommer « Death To Pop », natürlich ! :)
C’est que le trio allemand emmené par son doué, volontairement électron libre de guitariste, chanteur, producteur, réalisateur de films, Andy Brings, en a sous le pied et à eux trois, c’est à part égale que les vocaux, guitare, basse et batterie s’y entendent et savent incontestablement mettre le feu, faisant adhérer à chaque morceau et à la dose d’énergie dégagée et ce, avec une aisance remarquée. Le groupe se fait plaisir et sait le faire partager, d’autant que les titres sont nerveux, courts comme il se doit pour garder l’esprit Rock Punk, Metal en pleine action. Sur près de 37 minutes, l’accroche se fait du début à la fin, en passant notamment par le titre phare « Death To Pop », le tout autant fédérateur et remarqué « Souls To Sell » sur lequel les vocaux sont assurés par le bassiste Slick Prolidol ou encore par « Tonight », " We Cannot Be Ruled ", « Cocaine Lips », entre autres. En pur fun à l'image de la pochette, le final « Die Berühmten Drei Worte » détonne et en même temps, cette reprise de Andy Borg, confirme le tableau d’un artiste doué et ses potes de même talent, qui savent délirer. Fort d’une production à la hauteur, l’ex VENOM-THE TRACEELORDS-POWERGOD, délivre avec DOUBLE CRUSH SYNDROME un second album où ses comparses et lui s’y entendent pour fédérer ! 

Alors, volume à fond et à pleins poumons, on reprend en chœur avec DOUBLE CRUSH SYNDROME : eins, zwei, drei,« Death To Pop » !!!


Tasunka

TasunkaLynx_4444

 

 

 

"Death To Pop” Tracklisting:

01. Whore
02. Death To Pop
03. Refuse To Kiss Ass
04. Cocaine Lips
05. Souls To Sell (Vocals by Bassist Slick)
06. I'm In Love With You
07. With Me
08. Mistakes We Love To Make
09. We Cannot Be Ruled
10. Tonight
11. Die Berühmten Drei Worte (Andy Borg cover)

 

-"Death To Pop" written by Andy Brings & Uwe Hoffmann
-Produced by Uwe Hoffmann & Andy Brings
-Mixed By Hoffmann, Brings, Mölders
-Mastered by Eroc

 

DCS_666

- Andy Brings : V/G
- Slick Prolidol : B/V
- Markus Herzog : D

 

 


 

DCS_Tour2020_4


 

DoubleCrushSyndrome_ logoS

DCS_ DeathToPop

 


 

 

14 octobre 2019

VOICE OF RUIN « Acheron » (French Review) - Official Videos "Thanatophobia" / "Salem"

 

VOR_Acheron4

VOR_logo22

timthumbVOR

Tenacity Music_

 

 

VOICE OF RUIN ne cessent de se bonifier au long des albums et leur troisième en titre, “Acheron », confirme l’excellence de ce groupe suisse, qui délivre, ici, un brulot réussi qui vous laisse entre autres, le cou pas dans son meilleur état, vue la séance de headbanging et chant rauque en chœur, que les onze morceaux font vivre sans faille. La collaboration avec, notamment, le maestro es production de haut vol, qu’est Fredrik Nordström paie et voit VOICE OF RUIN passer la vitesse supérieure, se dépasser et faire parler son Metal qui allie une solide source Death mélodique au Thrash, un petit zeste de Black avec, en ligne rouge, un groove Metal qui dévaste tout sur son passage. En effet, entre l’intelligence des compositions, la technique couplée avec le feeling sauvage de l’interprétation ou encore la profondeur des textes, l’alchimie opère on ne peut plus efficacement au long de chaque titre.

Inclassable et unique, le Métal de VOICE OF RUIN se vit et se ressent jusqu’au fond des tripes, via notamment des imparables dont « Mass Grave », « Salem », «Suffer- Recover », « Blessed Be The Fruit », « Holy Venom », « Rotting Crows »!

« Acheron » est une claque comme on aimerait s’en prendre plus souvent, d’autant que la troupe a pour second foyer, la scène, alors, en live, nul doute que l’Acheron va faire son office et ouvrir les portes à un déferlement de ce Metal unique que délivre VOICE OF RUIN (dates concerts: ici).

Acheron is…
A branch of the River Styx
A doorway to the Underworld
A connection between life and death
A link between the present and the past

 

Tasunka

TasunkaLynx_4444

 


 

 

01. Thanatophobia
02. Rotting Crows
03. Salem
04. Holy Venom
05. One Way Overdose
06. Dark Water
07. Mass Grave
08. Suffer – Recover
09. Hypochondriac
10. Parasomnia
11. Blessed Be the Fruit


-Produced and recorded by Henrik Udd & Fredrik Nordström (In Flames, Arch Enemy, Architects, Dimmu Borgir…) at Studio Fredman (Gothenburg, Sweden) during December 2018
-Cover by Metastazis

 

 


 

VOR_logo22

Randy – V
Nico – G
Darryl - G
Erwin - B
Dario – D

 


 

VOR_merch


 

VoRuin

VOR_Acheron4


 

 

Posté par Tasunka à 22:28 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

11 octobre 2019

METALITE "Biomechanicals" (French Review) - Official Videos "Far From The Sanctuary' / "Apocalypse"

 

Metalite_Biomechanicals4

Metalite_logo4

==> Out Oct. 25, 2019

AFM_LN_Final

 

METALITE est récent de par sa formation en 2015 mais la détermination notamment celle du membre fondateur et guitariste, Edwin Premberg, de donner le jour à un Metal mélodique moderne qui se démarque, a des effets accélérants sur le groupe, puisqu’après avoir intégré au line-up, en 2016, trois autres membres permanents bardés d’une expérience musicale incontestable, après avoir sorti un premier album salué en 2017, voilà que METALITE revient et 2019 est assurément une année à marquer d’une pierre blanche pour les suédois, puisque non seulement le groupe s’est vu signé chez non moins que AFM Records, que le poste de chanteuse a été remplacé avec succès par la talentueuse Erica Ohlsson et enfin et non des moindres, 2019 est marquante car le successeur de « Heroes In Time » (2017), « Biomechanicals » fait sa sortie cet octobre, pile deux ans après son prédecesseur. Et le moins qu’on puisse dire, c’est que c’est une sortie qui compte par sa qualité car après deux ans, la troupe s’est bonifiée encore et déboule avec onze titres au Metal mélodique puissant et accrocheur mixé de senteurs électroniques, un mélange qui fait son effet. La richesse de la production donne sa pleine saveur et met en valeur les nouvelles compositions qui se voient toutes être travaillées autant que bardées de feeling, sans omettre de mentionner une interprétation de tous que ce soit au niveau vocal où la nouvelle recrue fait merveille, que au niveau des instruments où chacun se donne sans retenue et met ses capacités au plein service des titres.

L’alchimie fonctionne incontestablement et fait de « Biomechanicals » le meilleur ambassadeur de la qualité, la détermination et le plaisir évident de s’exprimer de METALITE : recommandé donc !


Tasunka

TasunkaLynx_4444

 

 

“Biomechanicals” Tracklisting:

01- Far From The Sanctuary
02- Apocalypse
03- Biomechanicals
04- Warrior
05- Mind Of A Monster
06- World On Fire
07- Eye Of The Storm
08- Breakaway
09- Social Butterflies
10- Rise Of The Phoenix
11- Victory Or Death

 

- Produced once again by renowned Danish producer/mixer Jacob Hansen [Volbeat, Evergrey, Amaranthe] at Hansen Studios
- Artwork by: Darkgrove (Jan Yrlund)

 


 

 

 


 

metalite_header

Erica Ohlsson : V
Edwin Premberg : G
Robert Örnesved : G
Robert Majd : B
Lea Larsson : D


 

 


 

Metalite_Biomechanicals4

Metalite_logo4


 

 

Posté par Tasunka à 22:38 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,


05 octobre 2019

CROW's FLIGHT "The Storm" (French Review) - Official lyric Video "Circle Of Pain"/ (Audio) "Forevermore"

 

CF_TheStormCF_BKlogo

CF_theStormRelease666

RamItDownlogo2019_s

 

CROW’S FLIGHT a connu les aléas communs à beaucoup de groupes, à savoir des débuts prometteurs, salués notamment au travers d’un EP éponyme sorti l’année de leur création en 2008, puis, salués tout autant lors de la sortie de leur premier opus « The Calm Before » en 2011, suivi par la confirmation qu’apporte toujours le juge impartial qu’est la scène, ce qui laissait grand ouvert l’avenir pour la troupe, seulement, l’envolée de ce corbeau au beau plumage Métal mélodique / Hard Rock a été stoppée net par le fléau qui frappe trop de formations, à savoir les changements de line-up, ce qui n’a pas manqué lorsque l’un des trois membres fondateurs, le chanteur en l’occurrence, a tiré sa révérence. Heureusement, il en faut plus à CROW’s FLIGHT et son envie viscérale de délivrer un Metal mélodique solide, hymnique et accrocheur qui frappe dans le mille, alors, le corbeau plus déterminé que jamais, s’envole à nouveau après quelques années d’hibernation, fort de nouveaux membres aux batterie et vocaux et force est de constater que la voix notamment fait son office avec panache en collant parfaitement au Metal mélodique/Hard Rock riche et multi facettes, que propose le retour de CROW’s FLIGHT : un retour en force de persuasion sous forme de leur second album au titre évocateur : « The Storm ».

Les riffs sont puissants, les hymnes se succèdent, le martèlement et feeling de la section rythmique font leur office avec conviction, les guitares s’envolent ou marquent le mid tempo, les vocaux explorent la même palette hymnique, forte et mélodique à la fois, la basse se distingue et quant aux claviers, ceux-ci ne sont pas en reste en jouant leur rôle et contre-point avec la même justesse, les mêmes enthousiasme et savoir-faire que ses comparses. Il suffit d’entendre la richesse de chaque titre et la palette est large, alors, au choix : « The Mercenary », « Darkness Within », « Final sacrifice », « Can’t Be Undone », « Sea Of Lies », « A Candle In The Storm », « Circle Of Pain » ou, en bonus track, la surprenante et réussie reprise du titre de 1983 de GENESIS : « Home By The Sea ». « The Storm » sonne, qui plus est, avec la puissance des battements d’ailes de CROW’s FLIGHT qui signe là, une envolée réussie et convaincante avec son Métal mélodique solide, mâtiné d’un Hard Rock nourri à la source des 80’s.

2019 marque un retour gagnant pour CROW’s FLIGHT, alors, après « The Calm Before» en 2011, voici « The Storm » en 2019 : la calme précède toujours la tempête et elle se nomme CROW’s FLIGHT !

 

Tasunka

TasunkaLynx_4444

 


“The Storm” Tracklisting:

01- Intro
02- Forevemore
03- Circle Of Pain
04- The Mercenary
05- Read Between the Lines
06- Final Sacrifice
07– A Candle In the Storm
08- The Path To Follow
09- Sea Of Lies
10- Darkness Within
11- Can’t Be Undone
12- Home By The Sea (Cover of GENESIS - Bonus Track)

 

-Mixed & Mastered by Emil Pohjalainen 

-Produced by Crow’s Flight 

-Backing Vocals by Jukka Lamminen 

-Cover Artwork by Sami Kivelä


 

 

CF_CircleOFPain4


 

CF_header44


-Markku Kuikka (Ex- Thaurorod, Kenziner, Status Minor)
-Marko Vehmanen : G 
-Erno Hanhisalo : G
-Risto Raivio : K
-Jussi ‘Leba’ Lehto: B
-Timo Rajala : D (Ex-Ancara) 

 


 

 


 

Cflight

 CROW’s Flight Discography:

2008- EP “Crow’s Flight”
2011- “The Calm Before“
2019- “The Storm”


 

 CF_TheStorm

CF_BKlogo

 


 

 

Posté par Tasunka à 22:26 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

04 octobre 2019

MISTER MISERY "Unalive" (French review) - Official Videos "My Ghost"/"The Blood Waltz" - The Unalive Tour (France: 02/2020)

 

MisterMisery_Unalive666

MisterMiseryRed

arising_empire_header

 

Facile de comprendre l’engouement de Arising Empire pour sa nouvelle signature très prometteuse, Mister Misery, quand on se prend en direct et dès le premier morceau, toute l’énergie intacte, l’enthousiasme et la mixture sans contrainte de style et bien inspirée, délivrée par le quatuor suédois : en effet, du premier titre au dernier, Mister Misery offre une pièce aussi réelle dans ses thèmes rudes qu’horrifiquement entrainante dans sa livrée musicale et visuelle et ce, avec la même redoutable efficacité qui emporte dans son tourbillon, un tourbillon imparable où se mêlent avec aisance, Glam gothique envoutant, Hard Rock mélodique, Rock’n Roll en attaque. Basées sur de solides riffs et soli de guitares qui atteignent leur cible avec une précision accrocheuse, animées tout autant par des hymnes et une force de frappe bien inspirées que par des vocaux du même ordre, les compositions de Mister Misery bénéficient d’atouts évidents, sans conteste. Avec son premier album « Unalive », le quatuor de vampires met la barre haut pour son entrée en lice sur la scène musicale et peut se targuer d’avoir assuré à la fois avec une autoproduction à la hauteur, des compositions inspirées, une interprétation qui fait mouche et une énergie, une envie de marquer les esprits, qui font adhérer sans conteste: il suffit de se plonger dans le très bon « My Ghost », ou encore « Stronger », « Rebels Calling », « Alive » mais chaque titre le vaut, alors, à chacun de faire sa play list.

MISTER MISERY n’existe que depuis 2018, mais possède pourtant déjà l’arsenal des capacités d’un groupe qui devrait aller loin et a le vécu de quelqu’un qui a pris la rudesse de la vie en pleine face mais sait transformer les mauvaises expériences en du positif : un sacré cocktail, en somme, qui se traduit par des morceaux vivants et accrocheurs, animés par un groupe qui en veut et à juste titre : MISTER MISERY !

Les suédois passeront par la France pour un concert, à Paris le 02 novembre 2019 et en février 2020 pour leur « The Unalive Tour »: alors, à vos agendas et en attendant, ne vous retournez pas, car comme le susurre MISTER MISERY : le croque-mitaine est derrière vous….


Tasunka

TasunkaLynx_4444

 

 

MMunaliveOutoct2019

“Unalive” Tracklisting :

01. The Blood Waltz
02. You And I
03. Tell Me How
04. My Ghost
05. Legion
06. Dead Valentine
07. Alive
08. Rebels Calling
09. Stronger
10. Live While You Can


 


 

MM

MISTER MISERY Lineup :

Harley Vendetta : V / G
Alex Nine : G
Eddie Crow : B
Rizzy : D

 


 

 

 ** Video production by Patric Ullaeus at Revolver (Dimmu Borgir, In Flames, Arch Enemy) **


 

MMunaliveTour

 


 

 

 


 

MMunaliveMerch

 

 MisterMisery_Unalive666

 


 

 

Posté par Tasunka à 22:26 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

03 octobre 2019

ALFAHANNE "Atomvinter" (French Review) - "Atomvinter Feat. Hoest" First Single (Audio)

 

Alfahanne_Atomvinter4

IndieRecordings

Alfahanne_Atomvinter2019

 

« Atomvinter » marque une quatrième pierre à l’édifice des uniques ALFAHANNE et de leur mixage des styles qui se remarque, puisqu’il est non moins que l’inspiré mélange entre Black Metal de pure souche, Rock solide sur ses bases classiques, Punk et Goth teinté de New Wave ténébreuse. Avec ce nouvel album, l’hiver atomique, « Atomvinter », s’abat sur l’humanité et ALFAHANNE utilise toute son expérience, son savoir-faire autant musicalement que du point de vue de la composition, de l’interprétation ou de la production et du coup, réussit avec force et passion férocement sombres à faire vivre, sentir l’urgence, la menace, les espoirs rudement laissés, la férocité demandée en réaction face à cette implacable situation d’annihilation de tout ce qui vit. Au long des neuf compositions convaincantes et à la rude beauté, les cinq cavaliers de l’Alfapocalypse exécutent avec un plaisir évident, au choix : riffs incisifs et guitares marquantes, chant écorché et/ou lancinant qu’il soit en suédois ou en anglais, batterie et basse menaçantes et hypnotiques, claviers dosés ce qu’il faut et le tout bénéficiant d’une production vigoureuse qui sait mettre en valeur la poigne qui caractérise chaque atmosphère. Habitué à avoir des guests à ses côtés, le quintet accueille cette fois, non moins que Nag sur le très efficace « Alla Mot Alla » et Hoest (TAAKE) pour le non moins prenant premier single « Atomvinter »; la boucle est bouclée, tout est en place, ALFAHANNE reviennent et vous immergent dans l’hiver nucleaire, où, comme il est dit : « tout ce qui vit, va mourir ».

Les suédois délivrent avec « Atomvinter » un album qui fait son effet et qui porte la marque d’un groupe à la valeur assurée et reconnue à juste titre : ALFAHANNE.

 

Tasunka

TasunkaLynx_4444

 

 

ATOMVINTER Tracklist:

- Atomvinter (Feat. Hoest) -4:25
- Lovers Against The World -3:25
- Alla Mot Alla (Feat. Nag) -4:00
- A Place To Call Home (Ärla Boggie) -5:24
- Sluten Cirkel -4:01
- Sakna Mig Som Om Jag Vore Död -3:44
- The Heavy Burden -5:27
- Himlen Kan Vänta -2:58
- En Tight Knut -6:22

 

-Written and produced by Alfahanne
-Recorded and mixed at Spider Studio by Stefan Eriksson
-Drums recorded at FU-studio by Stefan Eriksson
-Mastered by Stamos Koliousis

 -Artwork and illustrations for ALFAHANNEs Atomvinter by Images by Snaxx

 

 

 

Alfahanne_atomvinterSingle4

 


 

Alfahanne-logo4

 

Line-Up:

Pehr Skjoldhammer : V / G
Fredrik Sööberg : G
Jimmy Wiberg : B
Niklas Åström : D
Stefan Eriksson : K

 


 

Alfahanne_DetNyaSvarta

ALFAHANNE "Det Nya Svarta" (2017) (French Review)

 


 

Alfahanne_AtomvinterHeader

Alfahanne_VinylBlack


 

 

Posté par Tasunka à 22:52 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,

02 octobre 2019

DAWN OF DESTINY "The Beast Inside" (French Review) - Already Dead (Official Lyric Video)

 

DOD_Cover_2019_4

DofDestiny_logo44

 

 

Dawn Of Destiny n’a eu de cesse d’être prolifique depuis ses débuts en 2005 sous la houlette de son (notamment) compositeur, bassiste et leader, Jens Faber, puisqu’en 2019, c’est non moins que le septième album de la bande qui déboule sur la planète Metal, à savoir « The Beast Inside ». Dawn Of Destiny a toujours su délivrer un Metal riche et varié, qui certes s’appuie sur un Power Metal nerveux et bien léché aux vocaux qui le sont tout autant, mais un Metal qui sait tout aussi bien voyager en terre plus vaste ou sombre, en chant growl mais comme le dit leur chanteuse à la voix claire ou des plus appropriées à l’exercice, Jeanette Scherff : un chant en growl quand le contexte et le feeling du morceau le demandent. Et au long de « The Beast Inside », cette idée d’être au service du feeling, du contexte du morceau sans restriction de genre, est respectée puisque le Metal est au rendez-vous et dans toute sa palette variée encore, qu’il soit Power, puissamment convaincant, mélodiquement prenant, le tout collant au plus près et donnant vie avec force et feeling à l’histoire bien sentie que narre le nouvel opus.

Entre un chant, des choeurs, des instruments ostensiblement dédiés à délivrer et faire parler la poudre et l’émotion des nouveaux morceaux ainsi que des mixage et mastering à nouveau dus aux mains expertes de Dennis Köhne (Lacuna Coil, Sodom, Orden Ogan), force est de constater que l’accroche est au rendez-vous via ces atouts, faisant de « The Beast Inside » un album tout simplement efficace ! D’ailleurs, RAM IT DOWN RECORDS ne s’y est pas trompé en signant Dawn Of Destiny en mai 2019 !


Tasunka

TasunkaLynx_4444

 

 

DawnOfDestiny_TBInside4

 

Mix and mastering handled once again by Dennis Köhne (Lacuna Coil, Sodom, Orden Ogan)

Watch out for the 50 page story book !

 

RamItDownlogo2019_s

 


 

 


DofDestiny_logo44

Jeanette Scherff - lead vocals
Jens Faber - guitar, bass, piano, backing vocals
Dirk Raczkiewicz - keys & synths
Philipp Bock – drums

 


 

DAWN OF DESTINY Discography:

“Begins” (2007)
“Rebellion In Heaven” (2008)
“Human Fragility” (2009) 
“Praying To The World” (2011)
“F.E.A.R.” (2014)
“To Hell” (2015)
“The Beast Inside” (2019)


 

DOD_Cover_2019_4

DofDestiny_logo44

 


 

 

Posté par Tasunka à 22:34 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

01 octobre 2019

CHRYSIS "Never Say Never" (French Review)

 

Chrysis_NeverSayNever_666

 


Avec « Never Say Never » et sa facture Hard Rock/ Heavy Metal des origines et intemporelle à la fois, en ouverture de l’album éponyme, le ton est donné : CHRYSIS est dans la place, qu’on se le dise !

L’accroche se poursuit avec, notamment, « Not A Day To Die » au Heavy Rock balancé Boogie et énergique au possible, avec « We Are Nothing » et un retour au Heavy où la guitare se donne à nouveau à plein régime et se montre efficace en diable, comme au long de chaque morceau d’ailleurs, l’instrument se révèlant être l’atout remarqué qui caractérise CHRYSIS. Le chant prouve, quant à lui, toutes ses qualités surtout lorsque la voix se fait plus rugueuse, répondant au mieux aux instruments. D’ailleurs, sur « Somebody» et son musclé Heavy hymnique, la voix est poussée en scream pour le plus grand plaisir de ceux qui battaient déjà le rythme en écoutant, prouvant que le duo guitare/chant poussé, fonctionne en plein sous cette configuration. « Take It Up » s’exprime en mode plus mid tempo avec des chœurs, une ritournelle et des volutes à la six cordes qui scandent l'ambiance et font de cet autre morceau l’une des accroches de « Never Say Never ». Et voguent les neuf titres qui passent tous le test d’accroche haut la main, montrant la palette de CHRYSIS via ses couleurs Heavy/Hard Rock bardées d’énergie et de détermination à faire parler la poudre de la part du quatuor hexagonal autour de son duo originel aux chant et guitare, respectivement Patrick Gestède et Dominique Melin. Duo de potes qui a connu deux périodes pour CHRYSIS, celle de leurs débuts prometteurs des années 80 et le retour sur le devant de la scène en 2009 après un silence certes long mais qui valait l’attente : attente récompensée en 2019 avec un album au titre logique puisque, et CHRYSIS le prouve, il ne faut ‘jamais dire jamais’ ! D’ailleurs, il est à noter leur bassiste, Nicolas Sotiriou, que le groupe remercie et je cite : « d'être parvenu à débloquer une situation très compromise », rendant ainsi possible l’aboutissement de « Never Say Never ».

En somme, « Never Say Never » possède la qualité d’une formation qui en veut tel le phoenix renait de ses cendres et qui a le talent pour exprimer son potentiel puisqu’il est évident d’être, ici, en présence de musiciens/chanteur aguerris, d’un travail de composition à l’inspiration réussie et d’une production et mixage-mastering, à la hauteur des attentes, faisant de « Never Say Never », une pièce de ce Heavy Metal/Hard Rock intemporel et moderne à la fois, qui sonne et résonne encore et encore dans le lecteur, une pièce à se procurer pour le plaisir de pur Heavy/Rock’n’Roll qu’elle offre. Nul doute qu’en live, la troupe met le feu tout autant,
alors, long live Rock’n’ Roll avec le phoenix CHRYSIS ! 

 


Tasunka

TasunkaLynx_4444

 

 

 

KRYSISband04

KRYSIScredits

 


CHRYSIS Line-Up :

Patrick Gestède : V
Dominique Melin : 
Nicolas Sotiriou : B 
René-Gabriel Guérard : D


 

CHRYSISlogo

 


 

Posté par Tasunka à 22:54 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

27 septembre 2019

ENTRAILS “Rise of the Reaper” (French Review) - First Single "Crawl In Your Guts" ( Official audio)

 

Entrails_RiseOfTheReaper4

Entrails_release

MetalBladeLogo2019

 


Avec « Rise of The Reaper », ENTRAILS et son SweDeath Metal est de retour et avec un mur du son qui vous secoue la carcasse via des morceaux justement mis en valeur et qui possèdent la patte que les suédois aiment apposer, à savoir un Death Metal old shool brutal et au son moderne qui dévaste tout sur son passage et donne sa force de persuasion à la majorité des titres qu’ils soient en attaque incisive ou en mid-tempo. Malgré une nouvelle fois de gros aléas au niveau du line-up, la détermination a d’autant plus prédominé, celle d'amener à son terme le nouvel album : chose accomplie . Menée par son frontman, compositeur et guitariste, Jimmy Lundqvist, la horde Entrails assène sans concession, son Death brutal à tous niveaux, instruments et voix en tête et notamment via des points forts dont « For Whom The Head Rolls »,« Crawl In Your Guts », « For Hell », « The Pyre », « Gravekeeper », « Destination Death », « Destruction » ou encore les 07 :39 du remarqué « Cathedral Of Pain » aux lourd Death incisivement rugueux comme une marche mélodiquement sombre et funestement fascinante.

« Rise of The Reaper » se révèle être une force de frappe certes plutôt classique dans sa facture mais qui fédère, ce qui est à noter tout comme sa particularité : en effet, Lundqvist, lors de la phase de composition, s’est replongé dans le passé de la formation, à savoir ses compositions qui avaient à la fois vu le jour avant l’apparition du groupe en 1990/91, de même dans celles créées après la suspension de ENTRAILS au milieu de ces mêmes années 1990 et le tout a alimenté son inspiration pour « Rise Of The Reaper » : une inspiration issue du passé et nourrie d’un souffle nouveau, en résumé.

Sans concession et fidèles à eux-mêmes, à leur ‘SweDeath Metal Old School ’ au son moderne et à leur ligne: « Death Metal And No Fucking Else ! », ENTRAILS confirment avec « Rise Of The Reaper », combien la troupe se positionne assurément comme une formation qui en veut et qu’on aimerait voir s'étoffer encore pour monter en ligue 1 !


Tasunka

TasunkaLynx_4444

 

 

 

 “Rise of the Reaper” Tracklist:

- Rise of the Reaper (Intro) - 1:20 
- For Hell - 3:33 
- Miscreation - 4:23 
- The Pyre -4:05 
- In the Shape of the Dead - 5:06 
- Gravekeeper - 3:51 
- Destination Death - 3:30 
- Destruction - 2:42 
- Crawl in Your Guts - 2:55 
- For Whom the Head Rolls -3:19 
- Evils of the Night - 2:25 
- Cathedral of Pain - 7:39 
- The End (Outro) -1:53


- Recorded at Lundqvist's own Bloodshed Studio
- Mixing and mastering duties by duties by Dan Swanö 

- Marc from Art Wars media design realized the cover art and whole layout for the new album

 

Entrails_merch2019_66


 

entrails_logo40

 

ENTRAILS Line-Up:
Jimmy Lundqvist - G
Pontus Samuelsson – V/B
Markus Svensson - G
Arvid Borg - D

 

ENTRAILS Discography:

2009 - Reborn - demo
2009 - Human Decay - demo
2010 - Tales From The Morgue - album - FDA Rekotz
2011 - The Tomb Awaits - album - FDA Rekotz
2013 - Raging Death - album - Metal Blade Records
2014 - Berzerk - 7" - Metal Blade Records
2014 - Resurrected From The Grave-Demo Collection - album - Metal Blade Records
2015 - Obliteration - album - Metal Blade Records
2017 - World Inferno - album - Metal Blade Records
2019 – Rise Of The Reaper album – Metal Blade Records

 


 

Entrails_WorldInferno4

==> ENTRAILS "World Inferno" (2017) - French Review, click here / chronique ici

 


 

Entrails_merch2019_04

 

Entrails_RiseOfTheReaper4

 


 

 

Posté par Tasunka à 22:52 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

22 septembre 2019

CORELEONI "II" (French Review) - Official Video "Queen Of Hearts" - European The Travellin’ Men Tour

 

CO_II

AFM_LN_Final

 

==> ‘II’ out worldwide on September 27th, 2019 by AFM Record

 

CoreLeoni, ce projet ‘high class’ s’il en est de Leo Leoni (GOTTHARD) (voir line-up), s’est distingué via un premier album « The Greatest Hits Part 1 » salué à juste titre et l’envie, l’appétit pour sortir un second opus a pris Leo Leoni aux tripes et lui et ses complices ont été bien inspirés de continuer plein gaz l’expérience avec un nouvel opus. En effet, le dernier né, intitulé logiquement « II », est une réussite, lui qui sait afficher les qualités de son prédécesseur, qualités qui font adhérer amplement, à savoir la passion, le réel plaisir dégagé et contagieux et la classe autant d’un point de vue feeling que maitrise instrumentale, vocale et hymnique sans omettre de mentionner le cœur/ le moteur qui réside en une production de haut vol et inspirée qui a su allier l’analogique des guitares et instruments à une production moderne au possible et maitrisée. Du coup, avec un tel son, les reprises des morceaux des premières heures de l’incontournable GOTTHARD font des étincelles via leur pèche Hard Rock intemporelle revisitée et moderne à la fois, hymnique au possible qui donne envie de monter le son, s’époumoner en chœur, headbanger, s’agiter tout du long des reprises des titres de GOTTHARD et des deux nouvelles compositions tout aussi redoutables d’efficacité que leurs ainées ou encore sur la cover de John Lee Hooker.

Avec le line-up de choix composé des mêmes complices et amis que pour le premier album, le projet CoreLeoni est de retour qu’on se le dise et animé de la même passion intacte, alors, prêts pour la claque assurée par l’incontournable Leo Leoni et ses complices, d’autant que tous sont dans une de ces formes à la fois aux instruments et que dire du chant décidément bluffant !

Un nouvel album, une signature chez AFM et une tournée pour parachever le tout, décidément CoreLeoni assure et en clin d’œil au thème final de « II », à savoir celui du film de 1972, « Le Parrain » et de son personnage principal Don Corleone, on a envie d’appeler CoreLeoni en clin d’œil donc et sous forme de coup de chapeau, à la fois: Don CoreLeoni ;)

 

Tasunka

TasunkaLynx_4444

 


 

 


 

“II” Tracklist: songs from the early Gotthard days are coming along in a completely new sound outfit. Including 2 new songs and a John Lee Hooker cover -

01 Waltz No. 2 (Dmitri Shostakovich cover)
02 Standing In The Light
03 Love For Money
04 Open Fire
05 Angel
06 And Then Goodbye (Bonus Digi/Vinyl)
07 She Goes Down
08 No Tomorrow
09 I'm Your Travellin' Man
10 Cheat And Hide (Bonus Digi/Vinyl)
11 Make My Day
12 Mountain Mama
13 Queen Of Hearts (new song / single)
14 Don't Get Me Wrong (new song)
15 Boom Boom (Bonus Digi/Vinyl)(cover version of John Lee Hooker )
16 Il Padrino (Giovanni ‘Nino’ Rota’s ’The Godfather Theme’ cover)

 

- Recording process in Yellow House Studio in Lugano/ Wisselord Studio
- Cover artwork: Ekaterina Bossova
- Production: Paul Lani / Darci Proper

 

coreleoni-logo2

 

 

CORELEONI Line-Up:

- Leo Leoni: Guitars (Gotthard - founding member)

- Ronnie Romero: Vocals (Rainbow-singer since 2016 and Lords Of The Black founding member/ex-singer)

- Hena Habegger: Drums (Gotthard - founding member)

- Jgor Gianola: Guitars (ex-Gotthard-part of Gotthard during the early days /U.D.O./Jorn Lande)

- ila Merker: Bass (Soulline)

 


 

CoreLeoni_EuropeanTour4

 


 

coreleoni-logo2

cl2-albums

 


 

CO_II

LogoCL_gold


 

 

Posté par Tasunka à 22:46 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,

21 septembre 2019

WOLCENSMEN "Fire In The White Stone" (French Review) - (Official Audio/ 1st Single) ”Lorn And Loath”

 

WOLCENSMEN - Fire in the White Stone4

Wolcensmen_logo

Wolcensmen_release2019

IndieRecordings

 

 

Quand les atmosphères ont une place et un rôle aussi prépondérants dans la musique ou plutôt dans la pièce musicale proposée, alors, on est certain d’être en présence d’une œuvre qui marque et c’est ce qu’est "Fire In The White Stone" de Wolcensmen grace à ses atmosphères soignées et profondes croisées avec un Folk d’une beauté obscure qui s’unissent tous pour vous plonger en immersion dans un univers au feeling intemporel accompli et naturel à la fois et qui sait incontestablement faire vibrer.

Avec le successeur de l’acclamé premier album, 'Songs from the Fyrgen' (réédité en 2018 par Indie Recordings), son toujours inspiré maitre à créer et composer, Dan Capp (Winterfylleth) continue d’exprimer son inspiration profonde qui allie mythes et passion pour la musique sombre et acoustique, en venant proposer son projet : une saga intemporelle qui parle de mystère et de destin, saga nourrie d’un Folk mythologique sombre, mélancolique, puissant en émotions et force subtile mais inaltérable, et une saga tout autant nourrie à part égale de vocaux masculins, féminins, d’instruments intemporels (notamment guitare classique, kantele (cithare finnoise), flute, violoncelle, tambour) tout autant que d’atmosphères riches en sensations qui alimentent, répandent et entretiennent l’essence dramatique de ce convaincant croisement entre l’esprit de la quête du Graal, Wagner ou Tolkien, qu’est « Fire In The White Stone ». Les efforts et le soin particulier apportés à la composition, l’interprétation et la production de ce second opus de Wolcensmen paient, puisque « Fire In The White Stone » se révèle être un concept album qui fonctionne et vous entraine avec sa nature mythologique, sa profondeur, son feeling et sa richesse, dans une immersion totale à ses côtés.


Il est à noter que cette immersion musicale prenante se voit compléter par les 12 000 mots qui forment la courte histoire écrite par le maitre à penser de Wolcensmen, Dan Capp, et jointe à l’album, afin de parachever une œuvre épique élaborée et réussie où l’atmosphère est reine, j’ai nommé « Fire In The White Stone » !

 


Tasunka

TasunkaLynx_4444

 

 

Wolcensmen_FireInTheWhiteStone_BlackVinyl

"Fire In The White Stone" Tracklist:

01 Foreboden + 02 A Gainsaying -5:24 
03 Lorn and Loath -7:35 
04 Hunted -4:22 
05 The Woodwose -0:51 
06 Of Thralls and Throes -5:12 
07 The Swans of Gar's Edge -6:32 
08 Maidens of the Rimeland -3:48 
09 Fellowship -1:47 
10 Sprig to Spear -5:43 
11 Fire in the White Stone -8:27

 

- Produced by John A. Rivers - known for his work with Dead Can Dance
- Also featured are contributions from Jo Quail (cello), Aslak Tolonen of Nest (kantele) and Jake Rogers of Visigoth/Gallowbraid (flute), among several others. 
- Cover Art by French master David Thiérrée

 

 

Wolcensmen_FireInTheWhiteStone_TS

 

Wolcensmen_Gear2019

 


 

WOLCENSMEN - Fire in the White Stone4

Wolcensmen_logo

 


 

 

Posté par Tasunka à 22:24 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

19 septembre 2019

DIVIDED MULTITUDE “Faceless Aggressor” (French Review) - Official Music Video "Counterparts"/"False Prophecy" (Lyric Video)

 

DM_FacelessAggressor

DMlogo7

 

==> Release Date: 20 Sept. 2019

RamItDownlogo2019_s

 

 


La force de DIVIDED MULTITUDE repose sur leur capacité remarquée et remarquable de composer des morceaux inspirés et travaillés, où la technique se dispute la part belle à une interprétation qui vient des tripes; les norvégiens étant visiblement investis et ravis de donner vie à chacun de leurs titres. La troupe s’en est vue être d'ailleurs connue et reconnue par un public devenu fidèle et par leurs pairs grâce à un Metal Prog’ de haut vol et accrocheur autant que riche. Aussi, est-ce une bonne nouvelle que de retrouver DIVIDED MULTITUDE avec leur septième et dernier opus en date : « Faceless Aggressor » et il était temps, le dernier étant sorti voici déjà quatre ans.

Avec « Faceless Aggressor », donc, force est de constater que le socle qui fonde le groupe est toujours bien présent, puisque les compositions et interprétation qui ont assis la réputation de DIVIDED MULTITUDE, font mouche d’entrée de jeu et côté nouveautés, il est à noter que le poste de chanteur a été renouvelé et est maintenant tenu et avec brio, par Jan Thore Grefstad, même si Sindre Antonsen pousse toujours la note mais avec pour priorité, la guitare. Au long de tout « Faceless Aggressor », l’approche musicale évolue et est ici plus marquée par le Melodic appuyé par une force de frappe carrée et incisive de Power aux riffs remarqués, le tout étant nourri de ce Prog’ qui fait son office avec les habituelles inspiration et conviction propres au groupe. Les morceaux se caractérisent par une faculté à vous faire accrocher avec une facilité notable, que ce soit au travers des fleurons que sont notamment « Counterparts », « Divided Multitude », « Out Of The Ashes », « False Prophecy », de la reprise originale de « Uninvited » (Alanis Morissette), de « Prosperity Divine » ou encore via le titre final qui complète et est à l’image de cet album autant réussi qu’efficace : à savoir, « Psalm Of A Soldier » aux guests vocaux de choix (voir ci-dessous).

« Faceless Aggressor » vaut le détour entre ses nouveaux morceaux qui se montrent à la hauteur et un son du même haut et puissant calibre, qui confirment la qualité de DIVIDED MULTITUDE. Un groupe que le deal de distribution mondiale récemment signé avec Ram It Down Records, devrait faire toujours plus découvrir autour de la planète et notamment en France, ce qui ne sera que justice!

 


Tasunka

TasunkaLynx_4444

 

 


"Faceless Aggressor" Tracklist:

01.Chapter 2
02.Faceless Aggressor
03.Counterparts
04.Divided Multitude
05.Uninvited (cover of Alanis Morissette)
06.Prosperity Divine (The Machine Of Mammon)
07.False Prophecy
08.Evolve
09.Out Of The Ashes
10.Psalm Of A Soldier (feat. Gary Wehrkamp/ SHADOW GALLERY, Ida Haukland / TRIOSPHERE)

-Mixed and mastered by Jacob Hansen (Evergrey, Pretty Maids, Volbeat)

 

 

DIVIDED MULTITUDE Line-Up:

-Jan Thore Grefstad –V (known from Saint Deamon, Highland Glory and his successful participation on the Norway's Idol show)
-Christer Harøy -G
-Sindre Antonsen -G / V
-Rayner Harøy -B
-Anders Vinje - D

 

 


 

DM_FacelessAggressor

DMlogo7

 


 

 

11 septembre 2019

SINNER "Santa Muerte" (French Review) - Official Videos "Fiesta Y Copas"/"Santa Muerte"/"Death Letter"/"Last Exil Hell"

 

SinnerSantaMuerteSI_logo

  ==> Release Date: 13 Sept. 2019 <==

AFM_LN_Final_RGB_small_s

 

 

SINNER a de la bouteille en matière d’expérience sur la scène musicale en tant que groupe, et ne serait-ce que celle de son mentor, Mat Sinner, pierre angulaire du Metal et notamment Heavy, Hard Rock qui cumule à lui seul plusieurs décennies d’activité au compteur, sans parler des innombrables albums, concerts et groupes au sein desquels sa dextérité de chanteur, bassiste et producteur fait référence. Alors, un nouvel opus de SINNER est d’avance une valeur sûre côté accroche surtout après le très réussi « Tequila Suicide » (2017), et c’est bien le cas avec un « Santa Muerte » énergique et réjouissant, où se retrouve cette patte immédiatement reconnaissable qui fait apprécier, à juste titre, le Hard-Heavy aux touches Bluesy et surtout aux senteurs THIN LIZZY de la troupe d’outre-Rhin. Effectivement, au long de « Santa Muerte », la même dynamique, la même inspiration, le même énorme plaisir qui animent tout SINNER album après album, sont au top de leur forme au long des derniers morceaux et l’accroche est, quant à ell,e à nouveau au rendez-vous, ce qui est à souligner, car on pourrait redouter une faiblesse dans la capacité à garder la flamme intacte mais et c’est là l’une des grandes qualités de SINNER, c’est que l’adhésion fonctionne encore et toujours malgré les années ; ce ‘je ne sais quoi’ contagieux qui fait s’agiter en cadence, chanter en chœur de façon spontanée, SINNER le conservent et savent incontestablement le transmettre.

Hard Rock, Heavy dynamiques, festifs et enlevés, Blues prenant et clins d’oeil à THIN LIZZY que Mat SINNER apprécie toujours autant, les titres ont décidément le ticket gagnant, tout comme la nouvelle recrue au sein de SINNER : Giorgia Colleluori (Eternal Idol). Aux côtés de Mat Sinner pour le chant, les titres voient désormais une couleur féminine ajoutée à leur palette et c’est particulièrement sur la reprise du Bluesman Son House– « Death Letter »- que la nouvelle arrivée fait sensation. Et en parlant de sensation, les guests notamment vocaux, l’excellent Ronnie Romero (RAINBOW, CoreLeoni) et le non moins talentueux Ricky Warwick (Black Star Riders) respectivement sur le festif « Fiesta Y Copas » pour le premier et « What Went Wrong » « pour le second, font leur effet eux aussi. Un son chaudement dynamique, des titres animés par la passion de leurs interprètes qui aiment visiblement toujours autant ce qu’ils font, des guests au diapason, « Santa Muerte » a décidément de quoi réveiller les morts de façon festive et leur dame en particulier, la « Santa Muerte » (d’ailleurs représentée avec talent par l’artwork de Sledgehammer Graphics, tout comme celui de « Tequila Suicide » en 2017).


Tasunka

TasunkaLynx_4444

 

 


 

 


 

01. Shine On
02. Fiesta Y Copas (Feat. Ronnie Romero - Rainbow)
03. Santa Muerte
04. Last Exit Hell
05. What Went Wrong (Feat. Ricky Warwick - Black Star Riders)
06. Lucky 13
07. Death Letter (Blues) (Delta Blues Icon: Son House - cover)
08. Craving
09. The Wolf
10. Misty Mountain
11. The Ballad Of Jack
12. Stormy Night

 


 

 SN_FiestaYCopas04


 

 


 

Sinner_thanxSantaMuerte

 


 


 

AFM_693_Vinyl_Purple

SI_logo


 

 

Posté par Tasunka à 22:17 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,

04 septembre 2019

HAWK EYES "Advice" (French Review) - (Lyric Video) "Royal Trouble" / "Smokes" (Feat. Richard O'Brien/ Music Video)

 

HawkEyes_Advice

 

==> Release Date: 06 sept, 2019 <==

 

DRAKKARlogo290917_

 

Tel un kaléidoscope, le nouvel et attendu album de HAWK EYES, est composé de titres qui tous fonctionnent au mieux par eux-mêmes et pourtant, sont bel et bien les pierres et à part entière, qui font partie d’un tout, l’opus nommé « Advice ». Avec ce quatrième effort qui fait impression, le quatuor anglais revient toujours aussi déterminé et investi, avec de nouvelles compositions, des textes, un son et une production qui marquent de par leur dynamisme, leur profondeur, leur faculté à vous sortir de votre zone de confort, à explorer de nouveaux territoires et vous embarquer dans des atmosphères toutes prenantes et diversifiées: c’est que la palette d’expression de HAWK EYES se révèle, ici, être variée, riche, libre dans son exécution et son expression et fait que l’accroche opère du premier au dernier titre. Il est à souligner la place de choix volontairement faite aux soli de guitares, qui se voient être redoutablement imparables pour créer et faire vivre, ressentir, la force des nombreuses atmosphères et le feeling qui courent tel un fil rouge au long des morceaux. Au choix, « Advice », « Follow Me », « New Greek Fire », « Keep ‘Em Cold », « Royal Trouble », « Win On Win », « State Of Opposition », « Smokes » avec non moins que Richard O'Brien, acteur et écrivain de son état, qui pose sa voix sur le morceau, ces titres, tout autant que leurs comparses, bénéficient tous des atouts qui viennent de se voir cités.
Nul doute qu’avec « Advice », HAWK EYES signe son retour avec brio, un retour accrocheur grâce à la palette faite de diversité, de détermination et de richesse, de dynamisme que déploie le groupe, à tous les stades : composition, production et interprétation, toutes se montrant inspirées et inspirantes.
HAWK EYES et « Advice » marquent un retour gagnant qui touchera à la fois les nombreux amateurs du groupe et tout autant un vaste public, par ses multiples qualités.

 

Tasunka

TasunkaLynx_4444

 

 

 

 

01.Royal Trouble 04:31

02.Follow Me 04:52

03.Never Lead Me 03:44

04.New Greek Fire 05:02

05.Perfect Again 03:54

06.Advice 04:21

07.Smokes (feat. Richard O'Brien) 02:45

08.Hand In My Heart Cage 04:27

09.State Of Opposition 04:32

10.Win On Win 03:22

11.Keep 'Em Cold 05:31


Producer : Kevin Vanbergen @ The Nave Recording Studios

 

 


 

HawkEyes_logo

 

Paul Astick – V / G
Rob Stephens - G
Ryan Clark - B
John MacKenzie - D

 


 

 

HawkEyes_Advice

 


 

 

 

Posté par Tasunka à 23:13 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

03 septembre 2019

LIV SIN "Burning Sermons" (French Review) - (Official Video) "Hope Begins To Fade" (Feat. Björn “Speed” Strid-SOILWORK)

 

LivSin_BS

LIVSINlogo2019_6

 ==> Release Date: 06 Sept 2019

Despotzrecords


Uni par la proximité créée lors des concerts qui se succèdent, la vie sur la route, ce juge de paix qui soude ou défait un groupe, LIV SIN l'est et leur nouvel album, « Burning Sermons », se voit être le résultat fort probant d’une troupe visiblement soudée. En effet, la force apportée par cette union se traduit tout d’abord au niveau des compositions, puisque autour des compositeurs traditionnels de la bande, plus de membres prennent part au processus, apportant ainsi autant de touches qui toutes mixées, participent au solide ciment qui coure au long des nouveaux titres, en un mélange riche qui forme l’accroche de « Burning Sermons ». On est ici en présence d’un album Metal au possible toujours mais, cette fois, bardé d’un Heavy aux riffs plus profonds, puissant, agressif tout en étant hymnique, mélodique et qui vit au rythme de guitares qui s’envolent ou martèlent, au rythme, de même, d’un Metal accentué par les apports d'électronique, cette nouveauté remarquée comparé aux opus précédents. En effet, ce choix est volontaire de la part de la troupe de l’incontournable chanteuse et front-woman, Liv Jagrell, un choix voulu pour délivrer l’agressivité, l’hymnique d’un Metal aux racines intemporelles mais avec, cette fois, une forte envie d’y insuffler un vent de modernité via un apport électronique, via une production à l’attaque et au côté mélodique imparables. LIV SIN signent avec leurs nouvelles compositions, une volonté d’exprimer leur amour d’un Metal Heavy solide comme le Rock et leur envie toute aussi forte de mêler intemporalité et modernité dans leur musique et leur son.

Avec un « Burning Sermons » convaincant sur la majorité de ses tracks et notamment sur l’un des incontournables qu’est « Hope Begins To Fade » et son guest vocal prestigieux (voir tracklist), LIV SIN évoluent en force mélodique, profondeur et feeling moderne, tout en s’appuyant sur leurs solides bases de Heavy en attaque. 

 

Tasunka

TasunkaLynx_4444

 

 

Blood Moon Fever -3:15
Chapter Of The Witch -4:22
Hope Begins To Fade (Feat. Björn “Speed” Strid, the well-known singer of Soilwork and The Nightflight Orchestra) -4:09
War Antidote - 3:45
At The Gates Of The Abyss -3:58
Slave To The Machine -3:39
The Sinner -2:58
Death Gives Life Meaning -4:21
Ghost In The Dark -3:54
Dead Wind Intermezzo -5:04

 

-Produced by Emil Nödtveidt (Deathstars) in Black Syndicate studio

 

LivSinLogo4

Liv Jagrell –V
Patrick Ankermark -G
Chris Bertzell -G
Tommie Winther -B
Per Bjelovuk -D

 

 


 

LivSin_BS

LivSinLogo4


 

 

25 juillet 2019

LORDI "Recordead Live - Sextourcism In Z7" - Official Live Videos "Devil is A Loser" / "The Riff"

 

LO_Z7

logo

 AFM_Logo4

 

“Recordead Live - Sextourcism In Z7” peut s’enorgueillir d’être le premier véritable live DVD/CD de LORDI puisqu’emmenée par Mr. LORDI en personne, sa troupe et lui ont pu donner vie au live dont ils avaient envie depuis pas mal d’années et ce, en présidant entièrement à sa réalisation, à son accomplissement, maitrisant ainsi chaque étape, ce qui a pour résultat une captation live de haut niveau, un must autant pour le choix des morceaux, l’interprétation que pour les décors, le son et bien sûr, les uniques et incontournables masques et costumes horrifiques dont Mr. LORDI a le secret pour lui-même et ses créatures.

Et quel endroit plus approprié que le Z7 pour enregistrer ce premier live, cette salle suisse bien connue et réputée étant en effet en quelques sorte le second ‘home’ des finlandais, puisque la troupe y a joué sans temps mort, depuis ses débuts et avec succès devant un public conquis à chaque fois.

LORDI a mis les petits plats dans les grands puisque “Recordead Live - Sextourcism In Z7”, ce n’est pas moins de deux heures de ce Hard Rock/Heavy horrifiquement accrocheur, passionné, hymnique et fédérateur que la troupe sait si bien délivrer; petits plats dans les grands aussi au niveau captation sonore et régal des yeux tout autant via les décors, nouveaux costumes et mise en scène. Le résultat donne deux heures de concert où le meilleur de LORDI s’exprime sans retenue autant pour le plaisir évident de ses protagonistes sur scène, que pour celui de la foule nombreuse massée devant la scène, une foule qui acclame le groupe, reprend à pleins poumons et en chœur les nombreux hymnes qui parcourent les titres des monstres venus du froid et dans tous les cas, un public qui ne boude pas son plaisir. Tirés, au choix, de leur album le plus acclamé depuis leurs débuts, à savoir « Sexorcism » (2018 - chronique ici) ou d’autres hits gravés dans l’histoire du groupe, les morceaux s’enchainent avec les mêmes efficacité et force de conviction, et que défile la set-list de deux heures explorant les pierres angulaires de la discographie de LORDI et arrivant trop tôt à la conclusion laissée, bien sûr, au titre vainqueur de l’Eurovision en 2006, le désormais classique : « Hard Rock Hallelujah ». Le DVD se distingue par ses bonus qui complètent cette captation live des plus convaincantes, en offrant de vraies raretés, en addition aux nombreux plus dont la mise à disposition de tous les clips de LORDI depuis les débuts du groupe.

Ce live est sans conteste réussi et recommandé, lui qui prouve combien les natifs du froid, LORDI, savent mettre le feu et déployer la large palette de leur talent quelque soit le poste occupé dans la bande, tous emmenés par leur master es Horror show et Hard/Heavy accrocheur, hymnique, mélodique et dynamique : Mr. LORDI ! LORDI est une valeur sûre de la scène Metal et le confirme encore avec leur premier live officiel : “Recordead Live - Sextourcism In Z7” !


Tasunka

TasunkaLynx_4444

 

 

 


 

LORDItracklistLive2019 


 

LORDI_Live2019

LORDIbandLORDI_LineUp2019

 LordiSexorcism666

 

==> French Review / Chronique "Sexorcism" (2018) <==

 


 

LO_Z7

logo


 

 

Posté par Tasunka à 22:29 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

07 mars 2019

Týr “Hel” (French Review) -Official Videos "Sunset Shore"/"Ragnars Kvæði"/"Fire.." - 'The Tour From Hel' (Dates aussi en France)

tyr_line_grey_minimum

TYR_Hel4

tyr_line_grey_minimum

TYR_HEL01

MetalBladeLogo2019

tyr_logo_middle


Six années avant de sortir leur huitième et dernier album en date, ‘Hel’, voilà qui est inédit pour le fer de lance du Metal scandinave que peut être Týr, vu que les fiers metalleux des îles Féroé avaient quand même délivré leurs cinq premières œuvres en l’espace d’à peine sept ans, alors, avoir pour la première fois un long intervalle entre deux opus, à savoir 'Valkyrja' (2013) et ‘Hel’, donc, en ce début 2019, se remarque.

Il faut dire que le groupe a été occupé à tourner dans l’intervalle, notamment autour du monde et avec CHILDREN OF BODOM en Amerique du nord et comme le reconnaît le chanteur-guitariste et pilier de la bande, Heri Joensen avec humour, tenir une pareille cadence dans l’enchainement des sorties d’albums, est éprouvant pour mon ‘capital longue vie’ perso. En tout cas, ce temps plus long consacré au dernier album, est un atout car une chose est assurée dès les premières notes, c’est bien que ‘Hel’ se distingue de suite par ce ressenti d’être plus travaillé, via sa maturation, sa qualité d’interprétation, de composition marquées et qui savent faire briller toutes les richesses et pépites que contient l’album au long de ses treize titres qui font leur œuvre en maraudant du mélodique accrocheur, du Folk Metal mythologique à un pur Heavy, qui se montre être une arme de 'frappe massive' ou plutôt dans le cas des doués comparses de TYR, une arme 'd’adhésion massive', devrait-on dire; en effet, s’il se montre plus épique, ‘Hel’ associe et lie ensemble à la fois son caractère Heavy moderne, mythologique bien trempé, ses mélodies imparables, ses passages en instrumental bien amenés, sa force implacable, le tout pour de nombreuses sensations qui mettent dans le mille.

Placé principalement sous la houlette de Joensen et Thomsen (Gunnar), bassiste-chanteur de son état, ’Hel’ a en plus d'une solide et chaude production, aussi bénéficié d’une participation commune et plus active que pour les précédent albums, à la fois de Thomsen, donc, mais aussi du guitariste Terji Skibenæs pour la composition. Quant au nouveau batteur, Tadeusz Rieckmann, sa patte Heavy pure souche et sa dextérité derrière les futs, apportent à l’ensemble déjà bien relevé qu’est  ‘Hel’, une saveur de plus à l’atmosphère générale. A noter que le dernier venu officiait déjà en live depuis 2016 avec Týr et que pour son premier album studio avec le groupe, la recrue assure et sa présence stabilise le line-up après quelque mouvements au sein de celui-ci par le passé.

‘Hel’ possède, en somme et outre son artwork qui donne le ton, une atmosphère multiple et qui bénéficie de nombreux atouts pour fédérer et ce, quelque soit son mode d’expression : mélodiquement racée, Epic, Heavy pur et en mode 'pas de quartiers' ou encore via deux ballades Folk Metal mythologiques léchées et comme tout morceau lent chez ces scandinaves, deux ballades comme il se doit chantées en langue des îles Féroé, quand le reste est en anglais, car le Metal en pleine manœuvre de frappe, se déploie dans la langue de Shakespeare, alors plus appropriée, dixit le quatuor via son frontman Heri Joensen.


« Hel » vaut un salut métallique bien haut à ce groupe de valeur du Metal venu de Scandinavie et leur huitième opus fait honneur à ce quatuor qui affiche deux décennies au compteur et se voit être reconnu à juste titre: Týr !

 

==> PS: Týr aussi en concert en France en avril 2019: voir flyer  'The Tour From Hel' ! 


Tasunka

TasunkaLynx_4444

 

 

 tyr_line_grey_minimum


Týr “Hel” Tracklist:

Gates of Hel (6:43) 
All Heroes Fall (5:16) 
Ragnars Kvæði (4:08) 
- Garmr (4:54) 
Sunset Shore (4:43) 
Downhill Drunk (4:27) 
Empire of the North (5:12) 
Far from the Worries of the World (5:35) 
King of Time (4:57) 
Fire and Flame (5:39) 
Against the Gods (5:44) 
Songs of War (5:17) 
Álvur Kongur (7:25)

 

==> 'Hel' was tracked entirely by Thomsen and Joensen, with sessions split between the latter's studio in Søldarfjørður, drums lain down at Jacob Hansen's studio in DenmarkSkibenæs working in his home studio, and some solos and bass details recorded while they were on the road in North America 

 

 tyr_line_grey_minimum

 

tyr_logo_middle

tyr_logo_middle

tyr_line_grey_minimum

TYRlineUp4

- Heri Joensen: V / G
- Gunnar Thomsen: B / V
- Terji Skibenæs: G
- Tadeusz Rieckmann: D

tyr_logo_middle

TYRtourFromHel

 tyr_line_grey_minimum

TYR_Hel4

 tyr_line_grey_minimum

FireTYR2019

tyr_line_grey_minimum


 

Posté par Tasunka à 22:22 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

07 février 2019

KISS - End Of The Road / The Final Tour - Back in Hellfest June 22/2019 (France) / De Retour au Hellfest 2019 !!!!

 

KISSfinalTour44KISS_copyrightTasunkaphotos2010_ (7)

 

 

KISS_copyrightTasunkaphotos2010_ (6)

 

 

KISS_copyrightTasunkaphotos2010_ (3)

 

 

KISS_copyrightTasunkaphotos2010_ (4)

TasunkaLynx_4444

 KISS_copyrightTasunkaphotos2010_ (2)

 

 

KISS_copyrightTasunkaphotos2010_ (1)

 

 

KISS_copyrightTasunkaphotos2010_ (11)

 

 

KISS_copyrightTasunkaphotos2010_ (10)

 

 

KISS_copyrightTasunkaphotos2010_ (9)

 

 

KISS_copyrightTasunkaphotos2010_ (8)

 

 

KISS_copyrightTasunkaphotos2010_ (5)

KISSfinalTour44

 ==>All Tour Dates: click above<==

==> HELLFEST 2019 / France: cliquer logo ci-dessous <==

hellfest2017_logo


 

Posté par Tasunka à 22:45 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,