17 avril 2017

DARKE COMPLEX "Point Oblivion" ( French Review) - Official Videos "Void" / "Dead To Me"

 

DarkeComplex_PointOblivion4

 

DarkeComplex_logo

 

==> Release Date: April 21st, 2017 <==

spinefarm-300x300 (1)

 

 

Unique et puissamment groovy, un déploiement de mélange de genres basé sur du Metalcore bien senti, et fondu avec du Nü-Metal, Hip-Hop et électronique, nul doute qu’avec ce « Point Oblivion » qui porte bien son nom, DARKE COMPLEX reviennent tout en force de frappe et de persuasion, après s’être totalement immergés, coupés du monde pour donner vie au successeur du brutal et salué EP « Widow ».

La promesse des Texans était d’offrir du nouveau, et l’attente valait le coup, en entendant la montagne russe de sensations multi-facettes qu’offre ce « Point D’oubli » de tout son long. Les compositions jouent et assurent à fusionner l’arsenal des styles en une osmose qui fonctionne bien, et se distingue notamment sur « Marking Target s», « Cold Blooded ». D’ailleurs, on sent une inspiration des plus assumées par un panel allant de SLIPKNOT, à LINKIN PARK mais aussi, Travi$ Scott ou encore Kayne West, le tout passé au mixeur de l’identité assez typée d’une décennie plus tôt, de DARKE COMPLEX, pour un résultat qui attire, accroche et fédère. Le chant saturé couplé au chant clair marche en un tandem efficace, où l’énergie circule, se ressent et fonctionne au mieux pour soutenir, sublimer, les guitares aux riffs qui broient tout, la basse et la batterie.


Multifacettes, multi genres et multiculturel, DARKE COMPLEX se sont posé un défi de déconstruire pour reconstruire les genres, les mêler et ça marche : le résultat se nomme « Point Of oblivion » et ce debut album a cette touche, cette patte qui sont parlantes des premiers riffs et notes aux derniers.

Une pièce qui confirme le talent et l’inspiration de qualité, la dynamique des américains!

 

 

Tasunka

 

 

 

 

 

« Point Oblivion » Track-Listing :

01-Dead To Me
02-Nothin Within
03-One Of Us
04-Abandoned
05-Detox
06-Marking Targets
07-Void
08-Memory Museum
09-Wounds
10-Cold Blooded
11-Out Of Options
12-Erase

 

 

DarkeComplex_LineUp

 


 

 

 

DarkeComplex_LogoY

 

 

 

 


 

 

DarkeComplex_PointOblivion4

 

DarkeComplex_logo

 


 

 

 

Posté par Tasunka à 00:04 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,


15 avril 2017

ALFAHANNE "Det Nya Svarta" (French Review) - Official Lyric Video "Avgrundsgravitation"

 

Alfahanne_DetNyaSvarta

 

 Alfahanne-logo4

 

 

==> Release: 07 April 2017 <==

 

IndieRecordings

 

 

 

 

Alfapocalyptic Rock / ALFAHANNE, vous connaissez ? Alors, lisez ce qui suit :)

Fondé sur une forte détermination, celle de remettre du danger dans le Rock, de le réveiller, le secouer et revenir aux origines non édulcorées, le groupe ALFAHANNE est unique en son genre, dans sa façon de reprendre les racines et oser en tirer toute l’essence et la sublime et dangereuse beauté brute, originelle.

Le nouvel  et troisième opus « "Det Nya Svarta" est le meilleur porte-parole de cet état d’esprit qui ne se soucie ni des modes, ni des genres musicaux et va plus loin, en délivrant un Rock libre, sombre et fort de ses multiples sources, pour une musique qui vous remue, autant de par ses compositions naturelles et brillantes d’habileté, d’authenticité, de puissance, que de par ses accroches mélodiques que, de même, par ses paroles profondes, cette fois, très personnelles et en qui chacun pourra plonger et trouver de nombreuses vérités.

On assiste avec « "Det Nya Svarta" comprenez « Le Nouveau Noir » à un tour de force au long des morceaux, qui voient le parfum Black, scène dont chacun des membres du groupe est issu, ce parfum donc mélangé au Rock sombre en un éclat d’atmosphères, toutes intenses et prenantes comme rarement. Si chaque titre a son accroche propre, la seconde moitié du disque s’envole cependant encore plus haut, loin, notamment avec une montée en tours via des morceaux très remarqués, dont le lancinant " Mitt Mörker Är Mörkare Än Ditt "  (Mon obscurité est plus sombre que la votre),  l’imparable ritournelle des guitares Rock et du chant hymnique de « Även En Hund Har Sin Dag » ((Même un chien a son jour), « Svarta Får »  (Brebis galeuse), ou encore «  Avgrundsgravitation » ( Gravitation en Abîme), « Stigmata » en échos, et le tout pour se conclure sur le très réussi final avec la beauté sombre de « Det Nya Svarta » (Le nouveau noir),

Les suédois de ALFAHANNE ont rendu, avec « Det Nya Svarta » et grace à une production racée, tout le feeling du Rock tel qu’il était à l’origine, tout en étant intemporel : libre et sauvage, profond, dangereusement accrocheur. Voilà le « Nouveau Noir », qui, comme le rappelle la troupe originaire d’Eskilstuna:

"The only political issue that is close to our hearts is equal rights but the flipside of that same coin is that we think everyone is equally....
Equally useless."Alfahanne

            ALFAHANNE délivrent avec leur troisième album, une véritable attaque unique de Rock, au feeling qui touche droit aux tripes, avec son punch authentique : une attaque de ce que ALFAHANNE jouent et décrivent eux-mêmes, comme de l’

 Alfapocalyptic Rock! Indispensable !

 

 

Tasunka

 

 

 

 

 

 ************

 

 

==> This is what Alfahanne's Pehr says of the track "Det Nya Svarta": "This song pierces my heart every time I listen to it. So full of hope but at the same time hopeless. So smart but yet so naive. I have tried to translate it to English so you all can all be a part of it...."

 

I am drawing up a New World , because i am so Tired of the old one.
I push the button and wait for something to happen, wait for something to happen 
Yesterdays colours are bleak, bleak as bones yeah bleak as bones.
Feeling my heartbeats as I wait for something to happen, wait for the bomb..
One last scream the New Black 
Now we are the New Black..
I turn the page I never look back, no never looking back.
I push the button and wait for something to happen, wait for something to happen .
Yesterdays clothes are out of style , cold as the winter yeah cold as the winter. 
Feeling my heartbeats as I wait for something to happen, wait for the bomb.
One last scream the New Black 
Now we are the New Black....

 

 

***********

 

 

"Det Nya Svarta" Tracklist:

 

01-Satans verser (Guest vocals by Dolk from Kampfar)

02-Stigmata

03-Avgrundsgravitation (Guest vocals by David Lindh from Yvonne and Broder)

04-Dödsmaskin (Guest vocals by Sanrabb from Gehenna)

05-Klubb 27

06-Mitt mörker är mörkare än ditt (Guest/Sample on by Nadine Skjoldhammer)

07-Även en hund har sin dag

08-Svarta får

09-Det nya svarta

  

 

==> Artwork by Trine + Kim Design Studio

 

==> Album credits:

  • All music by Alfahanne
  • Lyrics by Pehr Skjoldhammer
  • "Svarta får" lyrics by Pehr Skjoldhammer and Fredrik Sööberg
  • Recorded at Dödskult studio by Alfahanne (Pehr Skjoldhammer)
  • Mixed and mastered by Stamos Koliousis
  • Recorded at Nest Studio, Oslo, Norway by Stamos Koliousis
  • Recorded at Barnhus Zoo studio

 

 

ALFAHANNEalfapocalypticRock

 

ALFAHANNE Line-Up:

 

-Pehr Skjoldhammer: Vocals & Guitars

-Fredrik Sööberg: Guitar

-Jimmy Wiberg: Bass

-Niklas Åström: Drums

 

 

ALFAHANNE Discography:

-2013 - “Grym”,

split 7” with NIKLAS KVARFORTH's SHINING on Svart Records

-2014 - “Alfapokalyps”

debut full length album on CD and 12" vinyl on Dark Essence Records

-2015 - "Blod Eld Alfa"

full length album on CD and 12" vinyl on Dark Essence Records

 

 

 


 

Alfahanne_Avsgrundgravitation

 

 

 Video by Marcelo Vasco Arts for the track " Avgrundsgravitation"

Guest vocals by David Lindh of Soot & Flood and Yvonne and Broder Daniel

 

 

 

 

Alfahanne_stigmata

 

 

Alfahanne_SatansVerser

 

 

Alfahanne-logga

 


 

Posté par Tasunka à 22:52 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

10 avril 2017

SHORES OF NULL "Black Drapes For Tomorrow" (French Review)

 

ShoresOfNull_BDFTomorrow

 

 

ShoresOfNull_release2017

candlelight   spinefarm-300x300 (1)

 

 

Les envoutantes beauté mélancolique et profondeur du Doom, que viennent compléter des appoints de Black, pourraient à elles seules présenter le second effort studio de SHORES OF THE NULL.

Le groupe italien poursuit, en effet, avec « Black Drapes For Tomorrow », sur la lancée de leur salué debut album, « Quiescence » (2014) mais non sans évoluer et placer une atmosphère profondément sombre et d’une beauté ensorcelante, au cœur de ce second album de qualité.

Les ambiances intenses se mêlent, se croisent, se répondent, au gré des riffs accrocheurs bardés d’émotions, d’agressivité, des vocaux qui savent procurer tout autant de feeling ou de répondant et ce, que ce soit en étant majoritairement sombres, Doom et Black ou en voix claire, quand le moment est propice. Du duo des guitares, de la basse, la batterie, des vocaux en lead et des chœurs, tout fonctionne avec une efficacités redoutable pour générer et insuffler profondeur et intensité ombrageuse à des compositions intelligemment amenées et qui savent distiller un éventail de sentiments ténébreux, mélancoliques, qui ne laisse pas indemnes! Le Doom sombre de SHORES OF THE NULL brille dans le noir, justement en sachant ne pas être se perdre; au contraire, au long de « Black Drapes For Tomorrow », on assiste à un déploiement d'atouts où les mélodies et une grande sensibilité, côtoient un charisme bien affirmé ainsi qu’une agressivité à saluer pour le contre-point qu’elle apporte.

« Black Drapes For Tomorrow » porte le sceau d’un grand groupe, qui aligne une sacrée sensibilité, un naturel et une inspiration qui n’ont d’équivalents que leurs atouts de composition et d’interprétation: très réussi !

 

 


Tasunka

 

 

 

 

 

“Black Drapes for Tomorrow” Tracklisting:

01. Tributary Waters
02. Donau
03. Tide Against Us
04. House Of Cries
05. Black Drapes For Tomorrow
06. The Enemy Within
07. Carry On, My Tiny Hope
08. We Ain’t Ashes
09. A Thousand Storms 
10. The Kolyma Route 
11. Death Of A River

 

  • Artwork by Diletta F. [Eba Art]
  • The entire recording, mixing and mastering process has been entrusted once again to Marco Mastrobuono at Kick Recording Studio (Fleshgod Apocalypse, Hour Of Penance

 

 

ShoresOfNull_logo2013byDartworks

 

SHORES OF NULL Line-Up:

-Davide Straccione - Vocals 
-Gabriele Giaccari - Guitar (live backing vocals)
-Raffaele Colace - Guitar (live backing growls) 
-Matteo Capozucca - Bass (live backing screams) 
-Emiliano Cantiano - Drums 

 

 

ShoresOfNull_BDFTomorrow

 

 

 

 


 

 

Posté par Tasunka à 22:32 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

07 avril 2017

TRIAL (Swe) ( French Review) - Official Audios "Motherless" / "Cold Comes the Night" / "Juxtaposed"

 

Trial_Motherless4

 

TRIALswe_Release2017

 

 

MetalBlade35thanniversary_2017

 

 

 

TRIAL vient de Suède et pour se différencier le groupe se différencie, on peut le dire; bien sûr, simplement du fait d’avoir à ajouter (Swe) à son nom comme il n’est pas le seul ainsi dénommé, mais la différence majeure qui est bien entendu plus intéressante et fait acclamer la bande depuis ses débuts en 2007, est sa capacité à se renouveler musicalement, à explorer des horizons différents à chaque album. «Motherless » ne déroge pas à la règle, lui qui voit les nouvelles compositions s’appuyer sur un Heavy Metal ‘old school’ solide et cette fois plus profond encore, qui flirte avec le Doom et se voit moins d’influence Black, tout en offrant un sacrée qualité, celle d’être multi facettes au possible.

Une collection de divers éléments qui, assemblés, forment un bel éventail du savoir-faire et surtout de l’identité unique qui caractérise TRIAL.

A l’image de la superbe pochette due au talent de l’artiste Costin Chioreanu, qui a su capter l’esprit de « Motherless » injecté par les suédois dans leur musique, tout est ici à diverses couches de lecture et l’album dans son entier, est soumis et tout à fait volontairement, à une riche variété d’influences; ainsi, TRIAL ont-ils achevé avec ce troisième opus, leur envie de se réinventer en explorant de nouvelles façons de composer, d’intégrer et assembler les éléments en une alchimie qui se montre des plus fédératrices et riche au long de « Motherless ».

Des titres tels que les trois singles, « Cold Comes The Night », « Motherless », « Juxtaposed », sont les dignes ambassadeurs de cet état d’esprit et envie de se réinventer de la part de TRIAL: Effectivement, à eux trois, ils déploient la spécificité, le côté unique qui anime la bande.
A citer de même le très prenant « Birth », les non moins bons « Rebirth », « Aligerous Architect » ou « In Empyrean Labour »

« Motherless » va certainement marquer le parcours de TRIAL, lui qui sait faire montre de profondeur tout autant que d’un aspect plus féroce, direct avec des touches agressives bien amenées !

Une belle création, en somme !

 


Tasunka

 

 

 

 

 


“Motherless” Track-Listing:

01. Motherless
02. In Empyrean Labour
03. Cold Comes The Night
04. Juxtaposed
05. Aligerous Architect
06. Birth
07. Embodiment
08. Rebirth

 

Produced and engineered by Olof Berggren

Artwork by Costin Chioreanu

 

 

 

 


TRIAL (swe) line-up:

-Linus Johansson - V
-Alexander Ellstrom - G
-Andreas Johnsson - G
-Andreas Olsson - B
-Martin Svensson – D

 

 

 

 

TRIAL(swe) discography:

-Demo (2010)
-The Primordial Temple (Album, 2011)
-Malicious Arts (EP, 2013)
-Where Man Becomes All (Single, 2014)
-Vessel (Album, 2015)

 

 

 

 

 

Trial_Merch2017

 


 

Posté par Tasunka à 23:07 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

06 avril 2017

HARLOTT "Extinction" (French Review) - Official Audios "Whore" / "The Penitent" / "First World Solutions"

 

Harlott_Extinction

 

Harlott_logo2

Harlott_release

 

MetalBlade35thanniversary_2017

 

   

 

 

HARLOTT n’ont cessé de faire parler d’eux depuis leurs débuts, avec leur Thrash sorti des feux de l’enfer, au tempo plus rapide que jamais, avec leur habileté technique on ne peut plus flagrante pour des compositions hautement inspirées, bardées de groove, qui déchainent tout et se voient basées sur le meilleur du Thrash des années 80’s, des influences bien intégrées et sur lesquelles le style propre aux australiens, a éclos depuis le départ pour se bonifier au long des albums.

Déjà qu’en 2015, leur seconde sortie, « Proliferation » (chonique ici), avait soufflé un vent de sauvagerie Thrash remarquée, alors, deux ans plus tard, c’est un régal que de retrouver le quatuor, avec « Extinction », cette fois, pour un brulot qui ne fait toujours pas de quartiers, tout en assurant et qui vous balance la sauce sauvage et riche avec une de ces savoir-faire, comme si c’était le plus naturel du monde de jouer tempo à fond de compteur, de délivrer des riffs furieux à fond d’agilité et de côté rentre-dedans, un ‘shred’ qui se marie avec des mélodies ainsi qu’un groove marquants, des vocaux efficaces à souhait et des basse-batterie redoutablement enfiévrées, comme si, enfin, c’était inné de faire parler la poudre, de vous secouer dans tous les sens et avec un sourire ravi aux lèvres, encore. Avec HARLOTT, il faut croire que si: en effet, tout est au rendez-vous des douze titres de « Extinction » et l’accroche fonctionne, du coup, à plein.

On se prend un punch en plein visage, avec, au choix, « The Penitent », « Final Weapon », « No Past », « Whore », « Better Off Dead » ou « Extinction », « First World Solutions » et l’unique et lui aussi, fort efficace, seul long morceau, près de 07 :39, pour un « And Darkness Brings The Light », qui vaut le détour et dévoile encore plus la palette dont la bande dispose. C’est qu’HARLOTT en ont assurément sous le pied et leur « Extinction » se montre être une pièce de pure sauvagerie de plus à l’édifice du Trash de haut vol, des australiens.

Un son agressif typique du groupe, des musiciens entièrement dédiés à délivrer le Thrash à la vitesse et l’agression bien inspirées, qu’ils aiment, alors, quoi demander de plus ? Envie d’une claque ? « Extinction » et bien sûr, HARLOTT sont pour vous !

 


Tasunka

 

 

 

 


”Extinction” Tracklisting:

01-Extinction
02-First World Solutions
03-The Penitent
04-Whore
05-No Past
06-Conflict Revelation
07-Better Off Dead
08-Violent Conspirator
09-And Darkness Brings The Light
10-Final Weapon
11-Parasite
12-Epitaph

 

Recorded at Monolith Studios (Orpheus Omega, In Malice's Wake, Bane of Winterstorm) / Mastered by Jens Bogren (Kreator, Opeth, Soilwork)

 

 

Harlott_logo2

 


HARLOTT Line-Up:

-Andrew Hudson - Guitar/Vocals
-Ryan Butler - Lead Guitar
-Tomas Richards - Bass
-Tim Joyce – Drums

 

 


 

 

 Harlott_logo2

 

Harlott_logo2

 


 

Harlott_Extinction

 

Harlott_logo2


 

 

Posté par Tasunka à 22:43 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,


05 avril 2017

ROYAL THUNDER "WICK" (French Review) - Official Videos "April Showers" / "The Sinking Chair"

 

RoyalThunder_WICK

 

 

RT_release2017_4

 

 spinefarm-300x300 (1)

 

 

 

 

« WICK » porte toutes les ambitions de ROYAL THUNDER et nul doute qu’il va permettre au groupe de laisser une nouvelle fois son empreinte dans le monde musical et au-delà.

ROYAL THUNDER s’est toujours illustré par son originalité et son large spectre musical, mais depuis le précédent opus, « Crooked Doors » (2015), les américains avaient entamé une évolution en bifurquant du Metal, aussi, ce troisième album « WICK » marque-t-il cette direction, lui qui voit les morceaux s’éloigner du territoire Metal, brasser les genres et ouvrir grand la porte à cette force Rock tout azimut autant qu’ intemporelle, qui anime le quatuor. MIny Parsonz y a, du coup, gagné en liberté, celle d’exprimer encore plus intensément et avec plus d’amplitude, son talent vocal, elle qui est vue et avec raison, être l’une des meilleures chanteuses dans l’univers modern Rock.

D’ailleurs, c’est tout le talent des compositions, interprétation et arrangements, qui distingue ROYAL THUNDER, qui brille littéralement de mille feux, au long des nouveaux titres, apposant avec panache, force et profondeur, lourdeur bien sentie, le sceau RT au long de ce troisième opus studio, qui est des plus réussis. Même si aux dires du groupe et de son fondateur, guitariste Josh Weaver, « WICK » a été l’album ‘le plus ardu à faire’, maintenant qu’il est terminé, enfin, la gratification est au rendez-vous en entendant le résultat final. Chaque titre étant effectivement un moment de pur feeling à fleur de vocaux, d’instruments, créant une accroche quasi organique, qui touche au plus profond et fait vibrer. ROYAL THUNDER évolue mais reste lui-même, ce que le son justement signe en se voyant être le miroir de cette évolution tout autant que de cette fidélité à la personnalité unique de RT.


« WICK » est l’un de ces albums qui accroche fédère, fait voyager, vibrer et on en redemande à peine la dernière note jouée : un incontournable !

 


Tasunka

 

 

 

 

 

 

 


Track-listing "WICK’:

01. Burning Tree
02. April Showers
03. Tied
04. We Slipped
05. The Sinking Chair
06. Plans
07. Anchor
08. WICK
09. Push
10. Turnaround
11. The Well
12. We Never Fell Asleep

 

 

 

 


ROYAL THUNDER Line-Up :

-Josh Weaver - Guitar
-Mlny Parsonz- Vocals, Bass, Piano
-Evan Diprima - Drums, Percussion
-Will Fiore – Guitar

 

 

 


 

RoyalThunder_WICK

 


 

Posté par Tasunka à 23:13 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

04 avril 2017

INVIDIA "As The Sun Sleeps" ( French Review) - Official Video "Feed The Fire"

 

Invidia_ATSS4

 

Invidia_logo

 

 Release: 31st March 2017

(SPV / STEAMHAMMER / OBLIVION)

 

 

Si on vous dit qu’un groupe récemment formé, comprend des pointures à tous les postes et se nomme INVIDIA (‘envie’), vous levez un sourcil et quand on voit que le line-up est formé par un menu de premier choix : Travis Johnson (In This Moment), Brian Jackson, Marcos Medina Rivera (both ex-Skinlab), Matt Snell’s (ex-Five Finger Death Punch et que vient compléter Darren Badorine, là, vous vous retrouvez à lever les deux sourcils avec intérêt et avec raison: en effet, cette all-star de groupe qu’est INVIDIA a un sacré paquet d’atouts dans son jeu, via l’expérience, la passion et la pèche que tous ses membres affichent au compteur avec leur précédentes formations et à présent avec ce premier album sous la bannière des frères qui forment INVIDIA, « As The Sun Sleeps ».

Cette bande est une véritable fraternité de musiciens aussi doués et talentueux les uns que les autres et cela s’entend au long des titres, que l’on soit sur des riffs massifs et bien balancés, bardés de groove et de force, que sur les vocaux et chorus du même ordre ou la section redoutable basse-batterie qui se voit autant mise en avant que ses collègues. Le fait que chacun des membres du groupe vienne d'un large spectre Metal et Rock, apporte beaucoup de richesse aux morceaux et dégage de même, une superbe puissance que l’on se prend avec délectation dans la face, morceau après morceau. ‘Ca envoie du bois’, cet « As The Sun Sleeps » : on sent la rage de vaincre au long de ce premier opus, une envie de tout donner, une détermination qui a pour écho celle d’un certain Rocky Balboa, à qui Travis Johnson aime comparer le parcours, l’identité d’INVIDIA. D’ailleurs, le livret fort réussi au demeurant, démarre par une citation tirée du film « Rocky ». Sans omettre d’afficher à ce tableau d’honneur pour INVIDIA, une production due aux bons soins du producteur mais aussi manager du groupe, Logan Mader (ex-MACHINE HEAD), une production, donc, racée et massive à la fois qui met en valeur le propos avec beaucoup d’habileté.

En somme, vous l’aurez compris, une formation qui compte vient de s’éveiller, INVIDIA et pour sa première sortie, elle assure l’intensité, la passion et le savoir-faire : très accrocheur et convaincant, INVIDIA met dans le mille et se révèle être un groupe à suivre et de très près encore !

Etant donné qu’aucun des membres de la bande ne considère INVIDIA comme un side-project, même s’ils sont occupés avec leurs autres formations, des dates de concerts pourraient peut-être voir le jour, qui sait ? En attendant, prêts à se prendre une claque avec « As The Sun Sleeps » ? Alors, INVIDIA est pour vous :)

 


Tasunka

 

 

 

 

 


INVIDIA Line-Up:

-Travis Johnson (ITM) - Vocals
-Brian Jackson (Skinlab) - Guitars/Vocals
-Matt Snell (5FDP) - Bass
-Marcos Medina (Skinlab,TMG) - Guitars
-Darren Badorine – Drums

 

 

 

Invidia_AsTheSunSleeps_tracks4

 

 

 

 

Invidia_AsTheSunSleeps_credits

 


 

 

Invidia_AsTheSunSleeps_tracks44

 

 

 Invidia_release

 


 

Invidia_logo44

 


 

 

02 avril 2017

DEAD BY APRIL "Worlds Collide" ( French Review) - Official Videos "Warrior" / Lyric Video "Breaking Point"

 

deadbyaprilworldscollide

DBA_logo

 

DBA_worldscollide_release

 

spinefarm_logo

 

 

 

Les chiffres comptent en ce qui concerne DEAD BY APRIL, puisque dix est leurs années d’existence, quatre est le chiffre auquel le line-up s’est réduit depuis quelques tumultes côté composition de la bande, depuis le dernier opus en 2014 et enfin, quatre cette fois, pour le nombre de leur nouvel album, « Worlds Collide » qui vient enrichir la discographie.

Avec « Worlds Collide », on assiste à un retour en force des suédois avec leur Metal mélodique moderne, hymnique et à la force d’impact assurée et plus rageuse qui provient d’une aboutie combinaison entre la puissance du Metal et des accroches à trouver dans la Pop, une pointe électro, le tout pour un mixage des genres qui fonctionne au mieux. Suite au départ de Zandro Santiago, les vocaux sont, ici et pour la première fois, repris en voix claire, par le fondateur, compositeur, producteur et guitariste de DEAD BY APRIL, Pontus Hjelm, ce qui fait que DBA est à présent réduit à un quatuor.

Depuis le dernier opus « Let The World Know » (2014), la bande poursuit sa route avec conviction et un forte envie d’aller toujours plus loin à chaque sortie, comme le prouve cette dernière livraison, “Worlds Collide” qui voit les riffs dynamiques et le mélodies, le chant clair et le chant Metalcore option screaming à souhait, se défier, s’affronter, se compléter en une explosion, une déflagration qui touche au but et sait fédérer. On salue particulièrement les morceaux qui luisent de ces qualités et se démarquent, tels que, en tête, « Playing With Fire », « Can You See The Red » qui est l’un des morceaux les plus en colère, énervé que la bande ait écrits, « My Heart Is Crushable », « Worlds Collide » puis, « I Can’t Breathe », « This Is My Life », "Warrior".

Dans le tumulte de changement de line-up, Alex Svenningson a laissé sa place à la batterie à Marcus Rosell (ENDS WITH A BULLET) et le poste est ici assuré avec adresse et puissance, complétant ainsi le line up, qui assure d’ailleurs, lui aussi à chaque poste, que ce soit aux vocaux clairs et guitare de Pontus Hjelm, voix Metalcore de Christoffer Andersson ou à la basse Marcus Wesslén : la troupe se montre soudée et cela se sent et est valorisé via un son qui a aussi évolué pour se voir ciselé et chargé en émotions et énergie, grâce à la production due à nouveau, à Pontus Hjelm, et au mixage de Ben Grosse (FILTER, EMIGRATE, BLINK-182). Le final « For Every Step », avec en invité de marque, le chanteur-acteur-musicien et superstar en Suède, Tommy Körberg, conclue un album qui se montre tout simplement bon. Certes, quand on entend la différence des vocaux entre ceux du guest sur le titre final et le chant clair, on souhaiterait que le chant clair de DBA soit aussi intense et plus profond à l’image de celui de Tommy Körberg, mais à part ce détail,

une certitude demeure, celle d’avoir à faire, avec « Worlds Collide », à un bel album !

 


Tasunka

 

 

 


“Worlds Collide” Tracks :

01. Crying Over You 
02. I Can't Breathe
03. Playing With Fire
04. Warrior
05. Breaking Point 
06. My Heart Is Crushable
07. Can You See The Red
08. Our Worlds Collide
09.This Is My Life
10. Perfect The Way You Are
11. For Every Step (Featuring Tommy Körberg)

 

 DBA_logo

 

 

DEAD BY APRIL Line-Up :

-Christoffer Andersson : Screaming Vocals
-Marcus Rosell : Drums 
-Marcus Wesslén : Bass 
-Pontus Hjelm : Clean Vocals / Guitar

 

 

 

 

DBA_logo

 

 


 

DBA_worldCollideLP

 


 

Posté par Tasunka à 23:23 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

29 mars 2017

SINNER "Tequila Suicide" ( French Review) - Official Videos "Tequila Suicide"/"Battle Hill"/"Road To Hell" -Tequila Suicide Tour

 

SN_TS

Sinner_Logo03

 

sinner_out

 

 

AFM_LN_Final_RGB_small_s

 

 

 

 

Enfin un nouvel album studio de SINNER avec des compositions toutes fraiches, l'annonce est assez bonne pour être saluée avec enthousiasme, étant donné que le groupe s’est depuis longtemps vu être connu, reconnu et classé, avec raison, dans la catégorie valeur sûre, pilier du Heavy, Hard Rock de haute qualité, toujours hymnique et fédérateur.

Et c’est bien ce qu’est « Tequila Suicide », lui qui donne le ton d’un album qui, dès le démarrage, sent très bon: l’orientation est plus Heavy Rock et c’est justement dans cette veine, que se trouvent les meilleurs titres, dont font partie les véritables pépites que sont le bombardier d’ouverture « Go Down Fighting » avec la voix rauque du frontman-fondateur-bassiste-producteur qu’est Mat Sinner, himself, les guitares Heavy et hymniques aux riffs accrocheurs du duo Tom Naumann / Alex Scholpp, la batterie impeccable de Francesco Jovino et bien sûr, l’atout de la basse mise en avant et lourde, appuyée comme et quand il faut pour faire vibrer, à l’exemple de tout l’ensemble. Retour aux titres méritant le qualificatif de perles, après « Go Down Fighting », on trouve ainsi le très Thin Lizzy-ien « Road To Hell » dans la voix, la basse, les gimmicks de guitares, l’inspiration Gary Moore pour l’hymnique « Battle Hill », mais aussi « Why », « Tequila Suicide », « Dragons », et la belle surprise de l’un des titres les plus savoureux, si ce n’est le meilleur, le Blues-Rock de « Sinner Blues ».

Entre une production du duo Mat Sinner – Dennis Ward qui met dans le mille et sait apporter la densité, la chaleur que méritent les compositions, entre un groupe à la passion et au fun flagrants, entre, enfin, des guests qui finissent d’épicer cette Téquila Heavy Rock savoureuse et on parle de pointures dont Gus G (Ozzy Osbourne & Firewind), Ricky Warwick (The Almighty, Thin Lizzy, Black Star Riders), Pete Lincoln (Sailor, Sweet), bref, entre tous ces atouts, on se retrouve avec un « Tequila Suicide » qui vaut le détour.

 

SINNER sont de retour, qu’on se le dise et avec un album qui met le feu, le fun et fait tout autant parler le groove : une « Tequila Suicide » à commander d’urgence! :)

 

Tasunka

 

 

 

 Sinner_TouchOfSin2   SN_BTTB_550

 

 

 

Tracklisting "Tequila Suicide":

01. Go Down Fighting
02. Tequila Suicide
03. Road To Hell
04. Dragons
05. Battle Hill
06. Sinner Blues
07. Why
08. Gypsy Rebels
09. Loud & Clear
10. Dying On A Broken Heart

11. House Of Rock *
12. Monday Morning *
13. I Am *

* bonus tracks


Produced by Mat Sinner, co-produced, mixed & engineered by Dennis Ward

 


 

 

SINNER Line-Up:

-Mat Sinner : V / B (also Primal Fear, the "Rock meets Classic" project, Voodoo Circle)
-Tom Naumann : G
-Alex Scholpp : G
-Francesco Jovino : D

 

Special Guests:

-Gus G (Ozzy Osbourne & Firewind)
-Ricky Warwick (The Almighty, Thin Lizzy, Black Star Riders))
-Pete Lincoln (Sailor, Sweet)
-Sascha Krebs
-Kolinda Brozovic (“Rock meets Classic" project)

 

 


 

 

 

 

Sinner_TequilaSinnerSingle

 

 

 

 

 

 Sinner_Logo03

 

 

 


 

Sinner_TequilaSuicideTour2017


SINNER „Tequila Suicide“ Tour
(with Special Guest „THE UNITY“)

 


 

Sinner_TequilaSunrise_Merch


 

 

 

Posté par Tasunka à 22:28 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

26 mars 2017

CUT UP "Wherever They May Rot" (French Review) - Official Videos "Wherever They May Rot" / "Vermin Funeral" - Tour Dates

 

CutUp_WhereverTheyMayRot

 

CutUp_logo2017

 

 

CutUp_release

 

MetalBlade35thanniversary_2017

 

 

 

‘L’année 2017 appartient à CUt UP, comme le déclare le guitariste/chanteur du groupe, Andreas Bjornson et à l’écoute de leur formidable dernière machine de sauvagerie, de brutalité qui repousse loin et avec délectation, les frontières du superbement brutal, « Wherever They May Rot », on ne peut qu’acquiescer.

Ce nouvel album est une tuerie, un brulot qu’on se prend en pleine face, qui voit tout l’art et il est grand, de chaque membre de CUT UP, exploser en une déflagration bluffante d’intensité violente sans répit aucun de A à Z, une déflagration tranchante comme des lames de rasoir aiguisée avec délectation par CUT UP.

Le Death qui ravage tout sur son passage, gronde et éructe, à pleine vitesse sonique ou plus en force, est ici au summum de son expression riche à souhait via des suédois maitres de leur sujet et qui savent tirer le meilleur que ce soit de la marque de fabrique du groupe, à savoir les vocaux doubles et incisifs de Andreas Bjornson et Erik Rundqvist (également à la basse ravageuse ), que ce soit aussi des guitares percutantes de Anders Bertilsson - Andreas Bjornson et de la batterie tout autant redoutable, de Tobias Gustafsson. La bande a pris du temps en 2016 pour peaufiner le successeur de leur très salué premier opus « Forensic Nightmares », et délivrer avec « Wherever They May Rot », le meilleur de leur Death à la puissance brutale, violente maximale et avec un savoir faire de premier ordre, s’il vous plait ! Ce qui donne un résultat bluffant, sans écueil bourrin mais avec toute l’agressivité intense et bien sentie, voulue.

« Wherever They May rot » vous prend, vous secoue sans vergogne du premier au dernier titre, tel un tsunami Death semeur d’agression et on redemande! Le fait que l’album sonne comme jamais, rend toute la sauvagerie des compositions et de l’interprétation, d’autant plus imparable.

« Wherever They May rot » est un must, un indispensable d’album tout simplement délivré par un indispensable de groupe ! Alors, oui, ‘2017 appartient bien à CUT UP’ et ils le prouvent !

 


Tasunka

 

 

 

 


“Wherever They May Rot” Track-Listing:

01. From Ear To Ear
02. Necrophagic Madness
03. Behead The Dead
04. Wherever They May Rot
05. Vermin Funeral
06. By Hatred Bound
07. Psychosurgery
08. In The Aftermath
09. Master Dissector
10. Cranium Crusher
11. Raped By The Blade

 

  • Artwork by Lukasz Jaszak
  • Again, CUT UP have entered Big Balls Productions Studio in Karlstad/Sweden with engineer Mats Lindstrom
  • The mixing and last touches have been done by no less than Dan Swano at Unisound

 

CutUp_banner2017



CUT UP Line-Up:

-Erik Rundqvist - vocals & bass
-Andreas Bjornson - vocals & guitar
-Anders Bertilsson - guitar
-Tobias Gustafsson – drums

 

 


 

 

 

TourCutUp

 

 

 


 

 

CutUp_merch2017

 

 


 

CutUp_WhereverTheyMayRot

 

CutUp_logo2017

 

 


 

Posté par Tasunka à 23:13 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,