14 avril 2013

D.A.D. “Dic.Nii.Lan.Daft.Erd.Ark / De Luxe Edition” (French Review) / (Re-Issue 2013)

AD_DADdx-C_small


D.A.D “Dic.Nii.Lan.Daft.Erd.Ark / De Luxe Edition”

(AFM)


Release date : 22 march 2013
Released as special 2-CD DELUXE EDITION, incl. 16 bonus tracks (acoustic & Live recordings)


Ne jamais répéter ce qu’ils ont déjà fait, tel est le leitmotiv de D.A.D. et les danois s’y tiennent comme le démontre à nouveau l’édition luxe de leur 11ième album (sorti en première version en 2011). En effet, retour en 2011 : “Dic.Nii.Lan.Daft.Erd.Ark” était et est toujours des plus classieux et simplement direct avec ce retour aux sources et à un Rock’n Roll qui vous prend droit au cœur, aux tripes. Décidément, le quatuor avait mis dans le mille et on se laisse emmener sur des riffs à la base purement Rock’n Roll, sur un chant unique et des paroles au feeling à fleur de peau, sur des mélodies option « Everything Glows », sur de l’énergie qui rappelle « No Fuel Left For The Pilgrims » ou « Helpyourselfish ». Sans renier leurs bases, D.A.D. expérimentent, alors, du neuf pour un résultat naturel et bien inspiré, un complément à leur carrière déjà largement digne d'être saluée.
Le retour de l’un de leurs producteurs favoris, aux manettes, à savoir Nick Foss, apporte un son rugueux, sans couche superficielle inutile, avec, cependant, une point de subtilité qui procure aux morceaux, toute la classe et l’impact voulus. C’est à une balade sauvage et mélodique, Rock’n Roll seventies et intemporelle à la fois, que nous convient les danois et impossible de ne pas leur emboiter le pas tant les titres sont tout simplement bons, très bons ! Entendre « Last Time In Neverland » et ses riffs et solo de guitare est un must ou encore « I Want What She’s Got » , « We All Fall Down » (Tout en feeling), « Can’t Explain What It Means » (Bluesy à tomber)

 
Etant donné qu’en 2013, l’édition spéciale de l’album se décompose en deux CDs, c’est avec plaisir que l’on découvre que le disque 1 offre les morceaux originaux et le second, leur version en acoustique pour cinq d'entre eux et « I Want What She’s Got » en acoustique vaut à lui seul, le détour, plus 11 titres survitaminés en live pour conclure ce CD 2.

Loin de faire redondance, cette édition 'Deluxe" 2013 de l'opus de 2011 avec ses 2 CDs d'une belle richesse, est un bonus réel qui rappelle que D.A.D, c’est décidément un sacré groupe !

Feeling, racines Rock’n Roll sont les mots d’ordre de “Dic.Nii.Lan.Daft.Erd.Ark / De Luxe Edition »”, enfin..mots d’ordre' ? Non, mots de 'plaisir', serait plus juste, parce que les vetérans de D.A.D. ont visiblement pris leur pied sur cet opus que ce soit en studio, en acoustique ou en live: l’album est donc un coup de cœur à nouveau, tout simplement !


Tasunka

 

CD 1: 

01. A New Age Moving In
02. I Want What She’s Got
03. The End
04. Fast On Wheels
05. The Place Of The Heart
06. Last Time In Neverland
07. Breaking Them Heart By Heart
08. We All Fall Down
09. Wild Things In The Woods
10. Can’t Explain What It Means
11. Drag Me To The Curb
12. Your Lips Are Sealed

CD 2:

01. I Want What She’s Got (Acoustic)
02. The End (Acoustic)
03. A New Age Moving In (Acoustic)
04. Last Time In Neverland (Acoustic)
05. The Place Of The Heart (Acoustic)
06. A New Age Moving In (Live)
07. Jihad (Live)
08. The End (Live)
09. Everything Glows (Live)
10. Ridin’ With Sue (Live)
11. Monster Philosophy (Live)
12. We All Fall Down (Live)
13. Last Time In Neverland (Live)
14. I Want What She’s Got (Live)
15. God’s Favorite (Live)
16. The Place Of The Heart (Live)

 

Posté par Tasunka à 23:05 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :


02 avril 2013

"L'Encyclopedie Du Hard Rock Des 70's" -Denis Protat (French Review)

EncyclopedieHR70s_01

 

Publication Aux Editions Alternatives

Interview avec Denis Protat, l'auteur de cette riche et indispensable encyclopédie: ici :)


Il est des livres qui vous prennent, comme ça, sans prévenir, auquels on s’attache au point de s’y plonger et replonger avec délectation, avec une curiosité insassiable d’en savoir plus, encore et encore. On peut dire que « L’Encyclopédie Du Hard Rock des 70’s » est incontestablement de ce genre-là et pourtant, ce n’était pas une évidence sur le papier, étant donné que quand on songe spontanément à une encyclopédie, c’est avant tout l’image d’un objet utile qui vient à l’esprit, utile certes mais froid en un sens, aussi bien fait soit-il. Pas de quoi s’y attacher, juste s’y référer. Or là, avec Denis Protat et son encyclopédie du Hard Rock des seventies, c’est simple, on se retrouve attaché à ce livre, du début à la fin. Non seulement, on est en présence d’un bel ouvrage à bien des niveaux : visuellement, très agréable dans les mains, utile et pratique par ses 1 800 groupes, ses 4 000 albums référencés et commentés, utile avec ses cotes d’albums, ses commentaires, ses index, et mille autres choses, mais ce qui fait la richesse et l’intérêt, l’accroche de cette seconde édition enrichie de « L’Encyclopédie Du Hard Rock des 70’s » (la première mouture datant de 2004), c’est la passion, le cœur et les tripes qu’a mis son auteur, Denis Protat, dans chaque page, chaque commentaire, avisé, clair, net et précis. Là est la touche du passionné, l’ingrédient humain qui fait de ce livre de 192 pages tout compris, une pièce unique à laquelle on aime se référer et/ ou ouvrir des pages au hasard, pour le simple plaisir de la découverte de groupes et le livre en regorge d'où qu'ils viennent de par le monde entier, car c'est bien des formations issues de toute la planète qui figurent dans l'encyclopédie! On voyage à chaque lecture, avide d’écouter ou réécouter les groupes nommés. « L’Encyclopédie Du Hard Rock des 70’s » se révèle être un must à posséder dans sa bibliothèque et à consulter comme une gourmandise pour le plaisir pour les passionnés, pour la précision technique pour les collectionneurs, etc.. De toute façon dans son introduction, l’auteur précise son intention, non ce n’est pas une encyclopédie exhaustive, mais on a envie d’ajouter, combien le livre peut être riche, divers et complet : les genres de l’âge d’or du Hard Rock 70’s sont décrits, les dates et raisons de ce phénomène, bien exliquées, bref, un début de bible :)


Un grand merci à Denis Protat pour son livre, qui me sert et fait voyager tous les jours et un remerciement spécial à Thierry Huylebroeck pour me l’avoir fait découvrir!


Tasunka

 

EncyclopedieHR70s_02

 

Posté par Tasunka à 22:45 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

16 mars 2013

SPITFIRE "Devil's Dance" (French And English Reviews)

Spitfire_Logo

 

Spitfire_DevilsDance_medium

SPITFIRE « Devil’s Dance »
(Rookies + Kings / SPV )

Release Europe: 19 April 2013

English version of the review below ;)

SpitFire crache littéralement le feu et comment ne pas se prendre non seulement une claque mais aussi un gros coup de cœur pour ce trio qui, à l’image des trop jouissifs bolides Hot Rods, carbure au nitrous oxide, vous balance plein pot et surtout plein gaz, un détonnant mélange de pur Rock’n Roll, de Rockabilly et de Hard furieux. Les morceaux s’enchainent et chose incroyable, si ça démarre déjà fort avec une guitare en attaque dès le « Go ! » d’ouverture, l’ambiance monte néanmoins crescendo avec des rythmiques qui s’endiablent de plus en plus, sans compter que le chant, les chorus, les refrains et la basse-batterie font un travail génial pour vous accrocher complètement. SpitFire, c’est puissant, droit au but et disons le mot : jouissif, d’autant que la voix de Dick Dropkick équivaut son jeu de guitare côté efficacité, tout autant que le jeu de ses compères : Johnny Jailbreak aux basse et chœurs et Nikk Nitro aux tambours d’acier ! Se dire que « Devil’s Dance » est seulement le premier album du groupe allemand, laisse rêveur ! Déjà que leurs ainés et compatriotes de NITROGODS avaient sorti un très bon album de Rock’n Roll, là, les petits jeunes ont fait fort eux aussi, très fort !

Ecoutez les excellents « Enemy », “Kings Of Rock’n Roll », « No Regrets », « Rusted Crown », « Devil’s Dance », “Take My Throne”, “Burn In Hell”, "King Kerosin" et vous saurez ce que pur Rock’n Roll veut dire ;)

Avec une production qui leur fait honneur et rend toute l’intensité des morceaux intacte et punchy, « Devil’s Dance » est un must à se procurer, tout autant que d’aller s’éclater en compagnie du trio en live, car c’est bel et bien une musique d’éclate que joue SpitFire et ça, ça ne se rate pas !

Tasunka

 


- Review In English -  

SpitFire deserves its name as the band definitely spits fire not only in your face but also in your heart as the 3-piece sounds absolutely like the mighty hot rods: loaded with nitrous oxide ! The band plays a powerful mixture of pure Rock’n Roll, Rockabilly and frantic Hard Rock. If the album already starts in a powerful way with “Go !” and its guitar on attack, it’s nevertheless amazing to notice that each new song makes the temperature get higher and higher, makes the rhythms go crescendo, and not to forget to mention are the awesome skilled guitar, singing, chorus, bass, drums parts as all of them are definitely catchy as hell !

SpitFire’s music is quite simply powerful, straight to the point, a real fireworks ! The vocals and guitar of Dick Dropkick show both a real skill in spitting fire and so does the playing of his mates: Johnny Jailbreak on bass / backing vocals and Nikk Nitro on drums from hell. When you think that “Devil’s Dance” is only the first full length album of the band that’s even more amazing. NITROGODS the band of their compatriot elders had already released a very good album of Rock’n Roll but now the younger guys do at least as good as them if not better!

 Listen to the excellent tracks: « Enemy », “Kings Of Rock’n Roll », « No Regrets », « Rusted Crown », « Devil’s Dance », “Take My Throne”, “Burn In Hell”, "King Kerosin" and you will at once know what pure Rock’n Roll means ;)

 Thanx to an achieved production all songs sound at their best, punchy and catchy, making of “Devil’s Dance” a must have album. Don’t miss to come at the band’s concerts as SpitFire’s music is perfect for a real Rock’n Roll party !

 Tasunka


 

Line-Up SpitFire:
 
- Dick Dropkick : Lead vocals / Guitar
- Johnny Jailbreak : Bass / Backing vocals
- Nikk Nitro : Drums / Backing vocals
 

Tracklisting “Devil’s Dance”:
 
01. Go!
02. My Way
03. City Of The Sinners
04. Kings Of Rock n Roll
05. Hellfire
06. Roll The Dice
07. Take My Throne
08. Enemy
09. No Regrets
10. Burn In Hell
11. Rusted Crown
12. Devil’s Dance
13. King Kerosin
 
SpitFire Live:
 
30.03.2013 - Alte Brauerei / Annaberg-Buchholz (Matt "Gonzo" Roehr Support)
03.05.2013 - Metal Bash Open Air / Neu Wulmstorf
01.06.2013 - "10 Jahre Bad Jokers" / Sand i.T (Bozen/Südtirol)
06.06.2013 - Pfeffelbach Open Air / Pfeffelbach
15.06.2013 - Rock im Zwönitztal Open Air / Chemnitz
04.07.2013 - Reload Festival / Sulingen
21.07. – 27.07.2013 - MetalDays / Tolmin (Slovenia)
22.08.2013 - Ehrlich&Laut Open Air / Alsfeld
 
Et plus de dates encore à venir!

 

SpitFire_Band2013

 

Spitfire_Logo

 

 

 

Posté par Tasunka à 23:36 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

10 mars 2013

STRATOVARIUS - "Halcyon Days" - Official Music Video / "Nemesis" Album: Details

 Director : Pekka Hara

Order the new STRATOVARIUS album "Nemesis" here: http://on.fb.me/XgLKCj

stratovarius-nemesis

Stratovarius are hailed as one of the most influential and successful Melodic Metal bands in the world and they have managed to establish themselves as one of metal scene's heavy names.
The new album "Nemesis" unites all the best traits of the band's melodic, powerful, fresh and technically elaborated metal, all spiced up with an incredible sense of melody.
The album was produced and mixed by Matias Kupiainen and mastered by Mika Jussila (Finnvox studios) who has a long history with the band.

"Nemesis" has a dark and more modern sound compared to the band's last album "Elysium". It clearly shows how much the band has matured and grown as songwriters. At the same time, the band focused all their attention and work into creating and recording "Nemesis". Singer Timo Kotipelto has spent three weeks recording the vocals in a cottage in the Finnish countryside.

Matias Kupiainen adds: "I have more or less lived in the studio for four months, obsessing over every detail. I feel very relieved that we are done and I am very happy with the material and the sound."
Timo Kotipelto agrees: "Making the album this time was easier because we gave it as much time as it needed. We have worked our asses off to make this and we hope the fans will like it."

Without doubt, the fans will love it! The album has it all. From the typical melodic and powerful Stratovarius sound in "Abandon", to the aggressive and energetic "Stand My Ground", the album represents the new style of the band mixed with good old melodic power metal.
Stratovarius´ musical approach is today wider and richer than ever. The song "Fantasy" sounds almost ABBA-esque with its catchy pop tune, but it´s powered by the famous Stratovarius metal sound, louder than ever.
"Out Of The Fog" integrates some folk music elements, with lyrics telling the story of a young person forced to march blindly into battle.
The only ballad on the album, "If The Story Is Over", is a very emotional song with a grand arrangement that builds up to using the full band and ends with a small female choir.

The title track "Nemesis" is a typical Stratovarius song, with echoes of medieval melodies with powerful double bass drumming and the catchy pop melodies from this side of the millennium.

Says Timo Kotipelto: "The title track of the album; with its modern twist on the myth of Nemesis, it tells a story of a preacher who gives each one what they deserve, good or bad. The song has a very nice riff, cool melodies and a great good old Stratovarius style chorus."

 

'Nemesis' Standard Edition Tracklist:
01. Abandon
02. Unbreakable
03. Stand My Ground
04. Halcyon Days
05. Fantasy
06. Out Of The Fog
07. Castles In The Air
08. Dragons
09. One Must Fall
10. If The Story Is Over
11. Nemesis

 

Posté par Tasunka à 23:38 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

12 février 2013

KROKUS "Dirty Dynamite" (Official Video)

"Dirty Dynamite" French Review: here / ici :)

 

Krokus2013_DöG

 

 

 

 

Posté par Tasunka à 00:10 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :


17 janvier 2013

EMERGENCY GATE "You" - Interview Mario Lochert (B) @ Paris - 10 Jan 2013 :)

EGate_logo02

EmergencyGate_You_02

Click on artwork for French Review of "You" / Cliquer sur la pochette pour la chronique "You"

Session Photos Mario (B) / Matthias (V): here / ici ;)

 

 

banner01

 

 

 

EGate_Mario_copyrightTasunkaphotos2013_01

 

EMERGENCY GATE : interview avec Mario Lochert, bassiste, seul membre restant du line-up original, producteur / ingénieur du son et au demeurant, très sympa personnage :)

(Interview / Photos : Tasunka)

Après un sympathique salut et accueil de sa part et avant même de demander quoi que ce soit, Mario a deviné ma première question, ce qui nous fait sourire tout les deux, puisque oui, c’était bien de celle-là dont il s’agissait :)

Tout le monde demande, en question numéro un, pourquoi avoir intitulé notre nouvel album: “You” et je dois reconnaitre que je comprends cette interrogation, vu que ce n’est par un titre ordinaire
En fait, tout est parti du jour où nous étions tous assis en salle de répétition à chercher un nom pour l’album, quand Udo (Simon), notre lead-guitariste, s’est demandé pourquoi nous faisions tout ça, étant donné que ça nous coûte de l’argent, que nous passons du temps à le faire, en salle de répétition, en tournées, que ça nous prend du temps sur notre vie privée et du coup, la question était le pourquoi de tout ça ?

J’ai, alors, regardé les autres et leur ai répondu : « Parce que c’est ce pour quoi nous sommes destinés, pour ceux qui nous soutiennent depuis de nombreuses années et bien sûr pour nous, vu que c’est une passion commune qui nous anime". Et puisque nous faisons tout ça pour ceux qui nous soutiennent, qui sont en support derrière le groupe, alors, c’est pour ‘Vous’ que nous le faisons, d’où le titre ‘You’ et ce titre a fait tilt pour tous. A l’image des paroles au long de l’album, tout le monde peut y retrouver les sentiments intérieurs vis-à-vis de tout ce qui fait la vie, comme par exemple de la contradiction des sentiments, de la révolution qui se passe en son for intérieur, dans son cerveau, l’ébullition dans tes pensées ou encore comme sur « Back From The Grave » où il est question de ce que tu éprouves quand tu te sens au plus bas et que tu remontes la pente: c’est être un peu comme ces poupées russes qui s’emboitent les unes dans les autres, côté feeling quant tu reviens de loin et que personne ne s’attendait à ça. On peut plus ou moins évoquer l’idée d’un concept album, d’un lien entre les choses au long de ‘You’ étant donné que l’inattendu, que ce que tu n’attendais pas, est évoqué au détour des paroles, de l’album et bien sûr de la pochette. (NDT : pochettes par non moins que Dani Hofer, Archetype Design (Behemoth, Vader, entre autres)

Sur l’édition limitée (avec DVD, 3 bonus tracks, etc…) , tu vois une large ouverture où on peut apercevoir des miroirs ; chacun d’eux renvoie l'image d’un visage qui offre, à chaque fois, une expression différente: l’un est drôle, l’autre triste, un autre est en colère, et ainsi de suite et cela symbolise ce par quoi tu dois passer, le chemin pour atteindre la lumière. En fait, il y a six miroirs de représentés, étant donné que nous sommes six au sein d’Emergency Gate et que c’est le chemin du groupe, ces sentiments que tu peux éprouver. On était tous satisfait de cette idée au sein du groupe.

J’ai pensé que ce serait mieux de faire une autre représentation pour l’édition classique de l’album : on retrouve en quelque sorte une combinaison entre les deux pochettes. Quant tu regardes cet artwork, tu as une grande pierre face à toi, comme l’obstacle, le mur auquel tu peux parfois être confronté dans ta vie, et tu dois l’exploser si tu veux poursuivre ta route et au travers du trou fait dans ce mur de pierre, tu as une ouverture où tu peux lire ‘You’. Si l’idée de cet artwork a été la mienne, celle du ‘You’ est venue d’Udo.

Les paroles et la musique, c’est un travail en commun ?

La majorité d’entre elles viennent de Matthias (Kupka – chant) et d’Udo, mais ça a été un travail en commun pour la musique : je pense que nous avons dû passer quelque chose comme 3 000 heures dessus jusqu’au mixage final! On n’est pas rentrés en studio avec du matériel prêt à être enregistré, non, avec cet album, les choses ont été faites différemment : nous sommes arrivés en studio et avons travaillé les morceaux, les avons enrichis, construits. On enregistrait, effaçait si ça ne nous convenait pas, recommençait, etc… C’est aussi la raison pour laquelle il y a une vraie fraîcheur dans la façon dont sonne l’album et aussi un côté catchy, puissant, doublé d’un gros cœur, qui te donne envie de chanter en chœur les refrains au long du disque.

Et c’est bien le cas ! Tu pourrais m’en dire plus sur l’autre aspect marquant de la musique d’Emergency Gate, c'est-à-dire le côté créatif, la diversité qui parcourent les morceaux à la fois dans la musique et le chant: d’où cela vient ?

Ca remonte aux débuts d’Emergency Gate, quand le groupe a vu le jour en 1996 et c’est dû à notre parcours. Je suis le dernier membre fondateur au sein du line up actuel. Les deux premières années, on faisait des reprises dont Guns’N Roses, Lynyrd Skynyrd ce genre de truc, puis, on s’est mis à composer nos propres titres qui sonnaient comme la rencontre du Power Metal et du Heavy Rock. Le groupe s’est produit dans des concours régionaux, puis plus largement au niveau national où on s’est classés 17ième, ça fait longtemps maintenant (sourire). Ca a été un long et hardu chemin. Après la démo, on a fait le premier album « Nightly Ray » avec Spike Streefkerk (Mellissa Etheridge, Def Leppard, Phil Collins etc.)  à la production, ce qui était génial étant donné qu’il est un très bon producteur. Ensuite, a suivi une tournée avec Mercenary, tout allait bien, mais, d’un coup, notre chanteur  (guitariste et co-fondateur du groupe) de l’époque, Fabian ‘Cem’ Kiessling s’est retrouvé à devoir quitter le groupe. Le seul choix a alors été de laisser tomber ou de s’accrocher et le reste du groupe et moi avons opté pour la seconde solution : « Faisons quelque chose de nouveau ! », c’est ce que nous nous sommes tous dit pour continuer à faire exister Emergency Gate. Et c’est comme ça que de nouvelles compositions ont vu le jour, même si nous avions perdu notre chanteur et notre contrat avec la maison de disques à la même période. Dur moment, mais c’est aussi là que j’ai rencontré Matthias et l’ayant entendu (avec Suidakra) je lui ai dit combien je trouvais qu’il était bon chanteur, mais que c’était dommage qu’il vive trop loin, pour rejoindre Emergency Gate, ce que j’aurais souhaité. Ça n’a pas arrêté Matthias qui m’a répliqué que les vols entre Düsseldorf et Munich étaient plus qu’accessibles côté prix et c’est ainsi qu’il a rejoint le groupe. Le fait de pouvoir chanter à la fois en growl et en voix claire lui a plu et l’a décidé à rejoindre Emergency Gate. L’histoire a repris son cours : un autre album a vu le jour, un nouveau deal avec un label aussi et une nouvelle tournée au travers de 28 pays. Emergency Gate a pris de plus en plus d’importance sur la scène Metal, mais la faillite de SPV nous a laissés sans maison de disques une nouvelle fois. Même chose avec Twilight Zone Records avec qui nous avions signés, qui se sont retrouvés insolvables. A l’heure actuelle nous sommes sous contrat avec ZYX Music qui nous avaient vus jouer lors de Metal Fest Tour en Allemagne. Nous avions reçu des offres de signature de la part d’autres compagnies, mais c’est ZYX qui a été choisie par tout le groupe, parce qu’eux nous ont convaincu avec leur volonté de nous pousser vers le haut. On a signé pour deux albums.

Sacrée histoire et volonté de la part d’Emergency Gate ! C’est à cause de tout ça que le groupe n’est pas aussi connu en France qu’il le devrait, je pense ?

C’est vrai que c’est la partie des maisons de disques, de s’occuper de ça. S’il y avait eu une signature chez Nuclear Blast, c’est clair que nous en serions sur un niveau différent à l’heure actuelle. C’est le côté difficile si tu as un label qui se retrouve insolvable mais les choses vont mieux, alors, on verra

On croise les doigts pour :) Pour en revenir à ‘You !’ c’est toi qui t’es à nouveau occupé de la production ?

Effectivement, j’ai été en charge de la production, du mixage et de l’enregistrement de l’album.

Comme tu as produit pour ton propre groupe, tu l’as fait différemment que pour les autres formations avec lesquelles tu travailles ?

Que ce soit avec GRAVEWORM ou encore avec VISIONS OF ATLANTIS, c’est toujours un travail à 100% mais avec Emergency Gate et ‘You’, il y a eu un processus créatif en plus, qui s’est traduit sous la forme de travailler les morceaux quand on était en studio, de travailler main dans la main avec tous les membres du groupe, ce qui s’est révélé une très bonne chose : chacun étant très satisfait du produit final. Normalement, je ne m’occupe pas du mixage quand je suis en charge de la production, mais cette fois, je l’ai fait, parce que dans mon esprit, je savais exactement comment le disque devait sonner. Il fallait donc que je le fasse

 

EGate_Mario_copyrightTasunkaphotos2013_02

 

En quoi tu dirais que le son d’Emergency Gate est unique ; avec l’apport des synthétiseurs, je veux dire?

J’ai vu écrit qu’Emergency Gate présentait des ressemblances avec Amaranthe, Asking Alexandria ou encore SOILWORK. Si je peux accepter  pour SOILWORK, je ne suis pas d’accord pour le reste : EMERGENCY GATE existait déjà avant Alexandria ou autre et c’est donc lui l’origine de ces groupes. On a utilisé des synthétiseurs pour la première fois en 2008 alors qu’Asking Alexandria a été créé seulement plus tard. C’est n’importe quoi d’écrire ce genre de truc.

Il n’existait alors qu’une autre formation qui utilise des boucles techno comme ça, il s’agit d’un groupe japonais : Bloodstained Child. Et quand on emploie les synthés de cette façon, nous le faisons de façon vraiment créative, hors de question de se retrouver avec un son de synthés genre jeu vidéo Nintendo ou autre, avec des guitares, pas question (rires) Du coup, nous faisons toutes les programmations nous-mêmes pour obtenir ce résultat créatif. C’est le boulot de Daniel (Schmidle): il travaillait avec son casque sur les oreilles, me faisait écouter la ligne de ce qu’il avait fait, en me demandant si ça collait avec ce que j’avais en tête. C’est un travail pointu. Il y a d’abord eu une pré-production, qui, une fois qu’elle a été jugée satisfaisante, nous a permis d’entrer en session d’enregistrement pour, d’abord, la batterie, basse, les guitares, claviers et enfin, le chant. 3 000 heures au total !

Beau résultat en tout cas! Tu pourrais m’en dire plus sur l’un des morceaux les plus qu’efficaces de l’album : « Revolution » ?

Udo, notre guitariste, t’en dirait plus. Je ne sais plus à quelle révolution il fait vraiment référence, mais je pense qu’il s’agit de la révolution en Chine. Voilà pourquoi tu entends dans l’intro ‘Che, Che’ et plus généralement il est évoqué ce sentiment que tu as quand tu veux t’extirper de ta vie, de ses contraintes. Udo s’est impliqué encore plus dans ce titre dont il a composé paroles et musique. En fait "Revolution" est le seul morceau de l’album qui n’a pas été réarrangé, vu que Udo est arrivé avec, en studio, en nous faisant écoutez les riffs qu’il avait déjà pour ça. Comme c’était tout simplement bluffant, on n’a rien changé à ce qu’il a amené, le titre était déjà là, qui fonctionnait bien. La guitare est forte, bien marquée sur ce titre et la ligne basse-batterie est directe, avec, aussi, une ligne mélodique efficace. Matthias a eu quelques difficultés vocalement sur ce morceau en raison de passages vraiment  haut perchés, pour enfin retrouver une paix en fin de track

 

EGate_Matt_copyrightTasunkaphotos2013_01

 

Et toi ? En tant que bassiste, quel(s) titre(s) préfères-tu sur le nouveau disque ?

« Back From The Grave » ! J’en ai aussi écrit les paroles: c’est l’histoire de ma vie (sourire). Vient également « Moshpit », qui est un titre vraiment génial, fun à souhait et parle de ce lien qui existe entre ceux qui nous suivent et nous, entre ce pied d’égalité que l’on a tous, de ce plaisir de s’éclater en concert ensemble. Il y a de très bonnes lignes de guitares dessus. C’est un morceau vraiment cool.

Emergency Gate est habitué à tourner beaucoup. Une ou plusieurs dates en France sont-elles prévues en 2013 ?

C’est vrai pour ce qui est de tourner : en 2009, on a dû jouer quelques chose comme 75 dates, alors, en 2012, ça a semblé une petite tournée avec à peu près 26 / 27 dates. Ca me semble rien pour moi, ce nombre-là. J’ai très envie de revenir jouer en France, comme on s’y est déjà produits deux fois, à Bordeaux, Marseille, Paris à l’Elysée Montmartre et en ce moment, c’est en cours de discussion. J’ai envie de revenir jouer en France, j’aime ce pays, les gens et la nourriture (sourire)

A propos d’être endorsés, vous avez beaucoup de soutien : Chris « The Crazy Machine » Widmann, votre batteur, a été endorsé récemment par les cymbales Masterwork , côté guitares, vous avez, notamment le très bon luthier Schecter et toi, en tant que bassiste ?

Je suis endorsé Ibanez (SRX 725, Prestige 4500), Audix, beaucoup de choses. C’est un plaisir d’avoir des partenaires comme ça, il existe une très bonne relation entre nous, j’en suis heureux !
C’est vrai que le groupe a beaucoup de soutien et de gens qui croient en nous, mais le problème est que ça n’aide pas quand tu ne reçois pas d’argent de la part de la maison de disques. Ce sont les artistes stars qui gagnent de l’argent et en font gagner aux maisons de disques mais pas la musique des groupes. C’est comme ça !

Que puis-je te et vous souhaiter, en plus de gagner de l’argent pour continuer votre passion ? :)

Souhaite-moi et à nous tous une longue vie en pleine santé et le meilleur pour la sortie de l’album et le groupe :)

 

EGate_logo02

 

Posté par Tasunka à 00:02 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

16 janvier 2013

EMERGENCY GATE - Session Photo Mario (B) / Matthias (V) - @ Paris / 10 Jan 2013

EGate_Mario_copyrightTasunkaphotos2013_01

EGate_Matt_copyrightTasunkaphotos2013_01

All  Photos of Mario (B) / Matthias (V): here / ici ;)

 Interview Mario (B) : ici / here ;)

 Click on artwork for French Review of "You" / Cliquer sur la pochette pour la chronique "You"

 

EmergencyGate_You_02

 

EGate_logo02

  

 

Posté par Tasunka à 00:04 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

15 janvier 2013

EMERGENCY GATE "You" (French review)

EmergencyGate_You_02

EMERGENCY GATE « You »
( ZYX Music)

 Release Date / Sortie France – UK : 28 Jan 2013 / Sortie mondiale : 25 jan 2013

Interview Mario (B) : ici / here ;)

Photo Session Mario (B) / Matthias (V): ici / here ;)

 

 

banner01

 

 

Un Death / Power mélodique mâtiné des sonorités électroniques, une touche de techno, de guitares vitaminées, de Metalcore, un chant en voix growl et clair, un soupçon de rappel aux eighties tout en restant en pleine modernité, de la puissance, des lignes mélodiques bien léchées, qui vous attrapent et donnent envie de reprendre à vive voix ou en sifflant les chorus, un son et une production calée et des plus à la hauteur, « You » a de quoi attirer l’attention sur EMERGENCY GATE ! Pas de doute, en entendant « You », il est clair que le groupe d’outre-Rhin fait preuve de créativité, d’énergie et d’une dose énorme de passion dans ce qu’il fait. Le groupe allemand s’est déjà produit en France et au vu et surtout en entendant « You », on  a envie que le sextet revienne faire un tour dans l’hexagone pour en mettre plein les oreilles avec ses compositions variées et bardées de force, tout autant que de vie. Pas l’album qui révolutionnera ce siècle, « You », mais assurément vraiment très bon notamment au travers de titres tels que « Revolution », « Moshpit », « You », « Back From The Grave ».

Alors, oui, EMERGENCY GATE vaut de s’y intéresser de près et oui, « You » et surtout son édition limitée avec bonus tracks et DVD intégré, vaut l’achat !

Tasunka


Emergency Gate « You » tracklisting :

01- Mindfuck
02- Force United
03- Moshpit
04- Feeling Inside
05- Liar’s Truth
06- Breathless
07- Revolution
08- You
09- Lean On Words
10- Regret
11- Back From The Grave
12- Say Goodbye


EMERGENCY GATE Line-Up :
 
Vlad Doose : G
Udo Simon : G
Daniel Schmidle : K
Mario Lochert : B
Matthias Kupka : V
Chris « The Crazy Machine » Widmann : D

 

EGate_logo02

 

Posté par Tasunka à 00:10 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

19 décembre 2012

SHAKRA "Powerplay" - Interview John Prakesh (V) / Thomas Muster (G) @ Paris - 13 Dec 2012 :)

Shakra Logo

Shakra_Powerplay

Chronique "Powerplay" en cliquant sur l'image ;)

 

Très sympathique et intéressante interview avec John Prakesh et Thomas Muster, respectivement chanteur et compositeur / guitariste rythmique de SHAKRA, ce groupe aussi chaleureux et prenant humainement parlant qu’il peut l’être d’un point de vue musical, comme le démontre leur très réussi dernier album « Powerplay », dans les bacs le 11 janvier 2013

 

(Interview / Photos : Tasunka)

 


Comment vous présenteriez « Powerplay », comme une évolution dans votre discographie ?

Thomas : C’en est assurément une, une évolution naturelle. La musique est une affaire personnelle ce qui fait que tu ne peux pas planifier de composer de bons morceaux. Nous avons quelques années de plus dans le groupe et c’est le cas aussi pour notre musique. Notre musique a grandi avec  nous, à moins que ce soit nous qui avons grandi avec notre musique, peut importe, étant donné qu’au final, ce que nous faisons a changé un peu tout comme nous-mêmes. J’étais plus dingue en étant plus jeune, maintenant, j’ai des années de plus, je suis marié, mais notre musique est et reste 'sauvage' (rires)
John : Thomas est très bon pour écrire des titres, il est le compositeur principal de « Powerplay ». Je suis fier de faire partie de SHAKRA et de faire de la musique avec lui.

Thomas : Parfois, je me demande d’où vient l’influence quand je compose, ça arrive comme ça. Quand j’étais plus jeune, j’écoutais des groupes comme AC / DC, ce qui n’est plus le cas maintenant, même si AC / DC reste une référence, aujourd’hui, je suis plus sur des groupes comme RUSH, DREAM THEATER, notamment, ce qui peut se ressentir comme influence, quand tu composes de nouveaux morceaux. Si tu écoutais à longueur de journée du AC / DC, par exemple, un titre comme « Dream Of Mankind » ne serait pas possible à écrire: ce morceau, c’est en quelque sorte une façon progressive de composer. « Dream Of Mankind » n’est pas juste un morceau Rock, quand je l’écoute, il me fait penser à des paysages musicaux, il y a beaucoup d’atmosphère, il sonne grand alors que « Life Is Now », sonne purement directement Rock. On ne peut pas les comparer, c’est une atmosphère différente pour chacun d'eux. « Dream Of Mankind », j’aime son atmosphère, un peu sombre, ainsi que les 'grognements' de John au chant
John : C’était un plaisir de faire ces parties vocales, un peu effrayantes et différentes

 Et avec toi John, Dominik (Pfister) à la basse, vous êtes les dernières recrues à avoir rejoint Shakra, il y a quelques temps : quelles sont vos influences sur le groupe et le dernier album?

Thomas : La voix de John est une source de motivation surtout par rapport au chanteur que nous avions auparavant. Il nous permet de nouvelles possibilités telles que celle d’écrire des titres comme « Dream Of Mankind », « Right Now ». Avec ma femme, John me permet de garder un esprit jeune
John : Il connait mes possibilités vocales, ce qui m’a permis de m’exprimer pleinement et j’aime cette sensation de former vraiment une équipe quand on collabore ensemble, c’est très intime, c’est un peu comme le sexe (rires) Non, je plaisante (rires)
Thomas : Ce que John essayait de dire, c’est que c’est nous nous complétons bien : il écrit les lignes vocales, quelques lyrics et je compose, ça se combine parfaitement bien. Voilà pourquoi je pense que « Powerplay » est le meilleur album du groupe, même si je suis, évidemment, fier des précédents, mais le dernier est, à mon avis, le tout meilleur. Bien sûr, nous n’allons pas arriver et dire que « Powerplay » est mauvais, (rires) Non, sérieusement, c’est le meilleur que nous ayons fait. Je suis convaincu que c’est un bon album,  Du coup, on risque d’avoir des problèmes pour le prochain disque, pour faire pareil ou mieux (sourire)

 

Shakra_Thomas_copyrightTasunkaphotos2012_01

 

Vous avez été classés numéro deux dans les charts suisses avec le précédent album, « Back On Track», du coup, il y avait une pression pour faire mieux avec le nouveau disque?

Thomas : Non, étant donné que j’étais déjà en train de travailler sur de nouveaux morceaux tellement tôt, dès la sortie de « Back On Track », je me suis mis à écrire du nouveau matériel et on a commencé à se demander quand sortir le prochain, à se dire que janvier 2013 serait une bonne date. On avait déjà 20 morceaux pour ce nouvel album, à cette époque-là et quand tu as de bons titres déjà en ta possession, il n’y a pas de pression. Par contre, pour le successeur de « Powerplay », rien  n’est encore écrit et là, il pourrait y en avoir. Pour la première fois, aucun nouveau titre n’est déjà composé étant donné que j’aime tellement les morceaux de « Powerplay », que je veux les savourer, en profiter. Quand on a fini d’enregistrer « Back On Track », le précédent disque, de suite la composition de nouveaux titres s’est faite, simplement parce que j’avais le sentiment que je pouvais écrire de meilleurs morceaux encore que ceux figurant sur « Back On Track ». J’avais cette ambition de faire encore mieux. Là, avec le nouvel album, à l’instant présent, je pense que si je me mettais à écrire des morceaux, ils ne seraient pas aussi bons. C’est pour ça que, pour le moment, je préfère attendre pour le faire. Bon, allez, pour être complètement honnête, oui, il me reste quelques titres déjà écrits, quelques ballades, qui ne figurent pas sur « Powerplay », alors qu’elles sont vraiment bonnes. Tu vois, j’ai encore quelques titres en réserve (rires)

En parlant de ballades, un mot sur « Wonderful Life » qui est vraiment accrocheuse ?

John : Merci ! J’ai écrit les paroles. Quand je l’ai fait, j’étais de bonne humeur, dans un état d’esprit positif et je voulais faire partager ce ressenti au travers du morceau. Tu sais, ce sentiment que tu as, parfois, quand ça ne va pas mais dès que tu prends un peu de distance, tu vois les choses sous un autre angle, ton impression change, ce n’était pas aussi grave que cela semblait l’être. Et la vie te semble à nouveau géniale, paradisiaque
Thomas : « Wonderful Life » est spécial. Son thème musical principal, je l’avais écrit il y a 8 ans mais l’avais mis de côté, il ne correspondait pas avec le chanteur de l’époque et quand John a rejoint le groupe, j’ai trouvé que c’était le moment de le ressortir, parce qu’il lui collait bien. Si j’ai écrit le thème musical, la ligne vocale a été entièrement faite par John. C’est une chanson qui vient directement du cœur.

Il y a de façon évidente un lien fort entre tous les membres de Shakra et un line-up solide, une unité : comment vous le définiriez ?

Thomas : C’est bien ça, on peut parler d’unité. Ce n’était pas le cas, par le passé, il y avait des problèmes avec le chanteur que nous avions. Il était excentré et buvait beaucoup, trop. Dès le matin, il buvait déjà autre chose que de l’eau. Ca rendait évidemment la communication difficile entre nous et quand il s’agissait de parler du groupe, il avait une opinion complètement différente de la notre à ce sujet. Par exemple, si tu vois qu’une chose est de couleur rouge, c’est le cas, mais lui, soutenait que c’était vert. Personne ne devrait boire trop et nous en sommes malheureusement arrivés au point où nous avons dû voir nos routes se séparer. Mais pour en revenir à ta question, il existe une très bonne relation entre les membres de Shakra, mais pas une amitié forte. Je veux dire par là, que nous ne faisons pas tout ensemble. Je pense que si nous avions encore 20 ans, à l’heure actuelle, nous passerions probablement tout notre temps les uns avec les autres, mais là, nous sommes plus âgés, nous avons notre famille avec qui nous passons du temps, nous avons notre propre vie. Nous partageons néanmoins une très bonne relation entre nous, beaucoup de respect mutuel et mon opinion est que nous avons, à présent, le meilleur line-up que le groupe ait jamais eu.

Et pour ce qui est de la composition des morceaux, c’est un travail commun ou principalement toi, Thomas, qui t’en charges ?

Thomas: Non, Thom (Blunier) le lead guitariste, écrit aussi. Le principal des titres a été composé par moi, 8 ou 9 morceaux et le reste a été composé par Thom et John pour les paroles. C’est notre bassiste (Dominik Pfister) qui a écrit les lyrics de « Stevie ».

C’est Thom qui s’est aussi à nouveau chargé de la production du dernier album dans ses studios (Powerride Studios), il me semble ?

Thomas : Effectivement ! C’est une bonne chose qu’il soit le producteur et que l’enregistrement se fasse dans son studio. Vu qu’on n’a pas à payer pour ça, il n’y a donc pas de contrainte de temps pour faire les choses comme on voudrait et travailler jusqu’à ce qu’on obtienne pleine satisfaction. On peut travailler aussi longtemps que l’on veut, ce qui est vraiment appréciable.

Il n’y a pourtant pas un peu de danger, d’avoir cette liberté de temps, de devenir perfectionniste et ne jamais être satisfait du résultat ?

Thomas et John en même temps : ah c’est une bonne remarque ! Ca pourrait être un peu dangereux parfois, oui
Thomas : C’est vrai que Thom peut avoir ce côté perfectionniste et si on lui laissait une année, il pourrait en être à retravailler encore l’enregistrement, mais non, c’est ok. Personnellement, j’aime quand c’est parfait, mais pas trop parfait, sinon ce n’est plus bon.

Thom et toi êtes de très bons guitaristes, existe-t-il quelques fois, une compétition amicale entre vous quand vous jouez ?

Thomas : Non, pas de compétition au niveau guitare, peut-être un peu pour ce qui est de la composition des morceaux, vu que j’écris pas mal des titres, mais lui aussi, même si c’est un peu moins. Par contre, pas de rivalité du tout pour ce qui est des guitares. Thom est un super lead guitariste, je l’admets volontiers et je dois confesser ne pas être aussi bon en lead que lui. Bien sûr, Je suis un bon guitariste rythmique mais je ne sais pas pourquoi, je ne peux pas faire vibrer musicalement en lead, comme il le fait.
John : Tu es modeste surtout
Thomas : Je pense qu’il est important de se connaitre soi-même, d’avoir conscience de ce que tu peux et ne peux pas faire. Je connais mes forces et mes faiblesses en tant que musicien. Je ne demanderais jamais à jouer en lead, simplement parce que je ne peux pas le faire. Ça sonnerait de façon horrible
John : Tu exagères !
Thomas : Non, dès la première fois où j’ai eu une guitare, je me suis mis à composer des morceaux. Je ne répète pas, non, à peine j’ai l’instrument dans les mains, j’ai une mélodie en tête et j’écris. Ca, c’est ma façon de jouer de la guitare : composer, pas répéter. Quand j’ai eu douze ans, j’ai commencé à jouer et mes parents m’ont, alors, inscrit à une école pour des cours de guitare classique et c’est dommage, mais à treize ans, j’ai arrêté : je voulais jouer autre chose que du classique, du AC / DC. Peut-être que si j’avais continué à apprendre la guitare classique, je serais un meilleur musicien maintenant ou encore un prof de guitare, et au contraire, pas un bon compositeur, incapable d’écrire de bons morceaux, qui sait ?

 

Shakra_John_CopyrightTasunkaphotos2012

 

Et pour ce qui est de s’améliorer ou apprendre plus, toi, John, en tant que chanteur, que retires-tu comme expérience d’être dans Shakra ?

John : De travailler beaucoup, d’avoir une vie saine, de prendre soin de ma voix, de boire beaucoup d’eau, je bois peu d’alcool, ne fume pas. Depuis que j’ai rejoint Shakra, je fais d’autant plus attention, sinon, ce serait catastrophique d’avoir un problème de voix et aussi, c’est positif de chanter dans des variations vocales comme celles qu’il y a sur « Powerplay » : j’aime chanter quelle que soit la variation, que ce soit sur du Rock, sur une ballade, sur un plus intense comme « Dream Of Mankind ». J’aime tout chanter, c’est varié

Comment tu as rejoint Shakra ?

John : Je connaissais le groupe pour l’avoir déjà entendu à la radio et un jour, à mon ancien travail, mon boss m’a dit avoir entendu dire que le groupe était à la recherche d’un nouveau chanteur et m’a suggéré de postuler. Je n’arrivais pas à décider si je devais le faire ou pas et c’est ma mère qui a envoyé ma candidature au groupe, sans que je le sache. Et tout a été très vite : deux jours plus tard, le groupe voulait me voir et ça a collé. C’était comme un rêve! Je crois aux anges et dans les énergies et je me dis que ça devait se faire !

Thomas, tu es endorsé par une marque de guitare, au fait ?

Thomas : Oui, par Schecter (et fièrement, il ouvre son blouson pour dévoiler un T-Shirt de la marque). Je les aime, ces guitares. Quand j’en joue, ça sonne vraiment bien et c’est le plus important. Thom, lui, ne joue que sur des Les Paul. Bien sûr, ces guitares Les Paul sont parfaites et j’ai déjà joué sur des Gibson, mais quand c’est moi qui les utilise, ça sonne souvent un peu comme si c’était hors ton. Je pense que ça vient de leur taille: par exemple, la taille d’une Schecter est la même que celle d’une Fender Stratocaster. Elles sont toutes les deux un peu plus longues que les Gibson et donc, mieux proportionnées à ma taille. Il semble que ça me convienne parfaitement. Bien sûr, si on mettait en compétition une Les Paul et une Schecter, en en jouant, la Les Paul gagnerait, mais dans mon cas, les Schecter sont parfaites pour moi. Je me sens super bien et suis ravi de jouer dessus, en plus de les avoir gratuitement, ce qui est vraiment cool. Ma guitare et moi, c’est une unité, une complémentarité, comme entre ma femme et moi (rires)

 

Thomas devant s’absenter pour enchainer une autre interview (eh oui, c’est fou comme le temps file quand une interview est aussi sympa que ça), c’est très gentiment que John poursuit l’entrevue pour un extra time malgré le marathon des 21 interviews du jour et un planning serré : merci beaucoup à lui, à Thomas et à Roger Wessier pour tout ça !! :)

 

En mars et avril 2013, Shakra sera en tournée en Suisse, en Allemagne et sur une date française lors d’un festival à Strasbourg : pourquoi une seule date en France ?

John : J’espère vraiment, en fait, que cette date française pourra se faire, tout est question de promotion, voilà pourquoi nous sommes aujourd’hui et demain à Paris pour promouvoir le groupe et notre dernier album. Ça nous ferait très plaisir de venir jouer en France. Shakra s’est fait un nom et est bien connu en Suisse, en Allemagne mais en France, ce n’est pas vraiment le cas.

C’est surprenant, vu que vos compatriotes Gotthard sont bien connus et appréciés en France, il me semblait que c’était aussi le cas de Shakra

John : A moi aussi, ça me semble un peu incroyable que Shakra ne soit que peu connu en France. Même si j’ai rejoint le groupe il y a seulement trois ans, ça me surprend mais on travaille pour que Shakra se fasse un nom en France : nous avons le meilleur album que Shakra ait jamais fait, nous y avons mis toute notre énergie, et nous voulons partager ça avec vous tous 

Et Gotthard et Shakra, vous êtes en contact ?

John : Oui, nous avons déjà rencontré Mark (Lynn - Basse) et fait la fête ensemble : c’est un mec très sympa. Il n’y a pas de rivalité entre les deux groupes, nous jouons un style différent

En cette période de fête, que pourrais-je vous souhaiter, en plus d’être plus connus en France, bien sûr ?
John : Le meilleur !!

Je et on vous le souhaite tous !

 

 

Shakra Logo

 

 

 

Posté par Tasunka à 21:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

14 décembre 2012

SHAKRA "Powerplay" (French Review)

ShakraPowerplay

SHAKRA « Powerplay »
(AFM)

Release Date : 11 Jan 2013

Interview John (V ) / Thomas (G) : ici / here


SHAKRA, ce nom résonne comme un gage de qualité dans le monde musical et du Hard Rock notamment. En effet, de retour avec leur neuvième opus, le groupe Suisse augure du meilleur pour la nouvelle année qui montre son nez. 2013 sera, effectivement bonne, très bonne, si on en juge le très haut niveau d’inspiration des nouvelles compositions de SHAKRA et au degré de plaisir et de professionnalisme doublé de spontanéité qui parcoure chaque titre de « Powerplay » ! Que du plaisir !

Et des titres phares, puissants, tels que « Stevie », « Because Of You », « Life Is Now », « Higher », sont des must par leur approche directe, qui met une de ces patates, puis, le superbe « Dream Of Mankind » révèle une autre facette du groupe, une variété et une profondeur très rafraichissantes, tout comme la power ballade “Wonderful Life”, et le tout avec un duo de guitaristes Thom Blunier / Thomas Muster très en forme, complice comme jamais, qui se donne à fond et ce, quelle que soit la variété du morceau joué, tout autant, d’ailleurs, que John Prakesh aux vocaux très, mais alors très efficaces, tout autant que la ligne imparable basse – batterie de Roger Tanner / Dominik Pfister. Rien à dire, SHAKRA nous délivre son vraiment meilleur album, déjà que les précédents étaient bons, c’est tout dire du petit nouveau à arriver dans les bacs en janvier 2013.

En résumé, très bonne production, groupe uni autour d’un line-up stable, enfin, depuis l’arrivée des nouveaux chanteur et bassiste, grosse pèche et envie de faire et se faire plaisir, « Powerplay » a décidément tout pour lui et mérite son titre par le plaisir qu’il procure et vaut complétement l’achat !

SHAKRA assure coté classe qu’on se le dise ! :)

Tasunka

 


SHAKRA « Powerplay » tracklisting :

01. Life Is Now
02. The Mask
03. Higher
04. Wonderful Life
05. Dear Enemy
06. Save You From Yourself
07. Don’t Keep Me Hanging
08. Dream Of Mankind
09. Stevie
10. Because Of You
11. Secret Hideaway
12. Too Good To Be True
 
Bonus Track on Ltd. Digipak:
13. The World Keeps Turning

 

LINE-UP SHAKRA :

• John Prakesh – V
• Thom Blunier – G
 Thomas Muster – G
• Dominik Pfister  – B
• Roger Tanner – D


Tour dates 2013 :
08.03.2013 - DE – Berlin, K 17
10.03.2013 - DE – Ingolstadt, Eventhalle Westpark
22.03.2013 - CH – Solothurn, Kofmehl
23.03.2013 - CH – Rubigen - Mühle Hunziken
28.03.2013 - CH – Pratteln, Z 7
29.03.2013 - CH - Luzern, Schüür
13.04.2013 - DE - Essen, Turock
14.04.2013 - DE – Obermarchtal, Kreuz
26.04.2013 - CH – Zug, Chollerhalle
27.04.2013 - FR – Mulhouse, Festival Noumatrouff
24.05.2013 - CH – Vilters (Sargans), Rockfestival

 

Shakra Logo

 

 

Posté par Tasunka à 23:20 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :