02 avril 2011

MEGADETH / SLAYER / ZUUL FX @ Paris - March 26, 2011 - Live Photos :)

Megadeth_copyrightTasunka2011_06

MEGADETH / SLAYER / ZUUL FX @ Paris, 26 mars 2011, live photos: ici / here ;)

MEGADETH / SLAYER / ZUUL FX @ Paris, 26 mars 2011, live report (French) : ici / here ;)

SONISPHERE 2011 (France) conference de presse, 26 mars 2011 : ici / here ;)

Slayer_copyrightTasunka2011_04

ZuulFx_copyrightTasunka2011_01

Slayer_copyrightTasunka2011_03

 Megadeth_CopyrightTasunka2011_001

Posté par Tasunka à 13:31 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,


MEGADETH / SLAYER / ZUUL FX @ Paris - March 26, 2011 - Live Report / Photos :)

megadeth_slayer_260311

 Le "European Carnage Tour" de MEGADETH / SLAYER, faisait une escale au Zénith de Paris, ce 26 mars 2011 et le moins que l'on puisse dire, c'est que pour un carnage, cela en a été un et de premier choix en plus ! :)

(Live report / Photos: Tasunka)

MEGADETH / SLAYER / ZUUL FX @ Paris, 26 mars 2011, live photos: ici / here ;)

MEGADETH / SLAYER / ZUUL FX @ Paris, 26 mars 2011, live report (French) : ici / here ;)

SONISPHERE 2011 (France) conference de presse, 26 mars 2011 : ici / here ;)

Megadeth_copyrightTasunka2011_03

Les français de ZUUL FX, emmenés par le leader et charismatique chanteur Steeve « Zuul », ont donné un concert d’ouverture où leur Thrash- Core et le groupe ont assuré et tenu la scène avec une expérience et une patate assez épatantes. Le public ne s’y est pas trompé en saluant leur passage avec une salve de cris et d’applaudissements, enfin, applaudissements entre deux headbangings furieux sur la musique de ZUUL FX, devrait-on plutôt dire. A noter que ce soir-là, exceptionnellement, Karim (en tournée) était indisponible pour le concert du 26 mars au Zenith et du 9 avril à A.R.C.A.D.E, c'est Symheris (guitariste TANK) qui le remplacerait sur scène

ZuulFx_copyrightTasunka2011_02


SLAYER et leur machine de guerre Thrash se produisaient sans Jeff Hanneman, son second guitariste, qui a dû être opéré pour une grave infection et à qui on ne peut que souhaiter un très rapide et complet rétablissement. En attendant, c’est Gary Holt (EXODUS) qui maniait la six cordes et s’en sortait plus qu’avec les honneurs aux côtés du toujours monstrueux dans son jeu et sa présence scénique, Kerry King. Tom Araya était en forme, lui aussi, souriant, efficace dans ses vocaux et ses passes-d’armes à la basse. Et que dire de Dave Lombardo, si ce n’est qu’il est et reste « Le » batteur de référence, aussi simple et éminemment sympathique à la ville, que redoutable derrière ses futs, qu’il fait vibrer avec une technique et un feeling à couper le souffle. Le public était aux anges de l’enfer aux côtés de SLAYER, ce soir-là; un coup d'oeil à la setlist et vous comprendrait pourquoi :)

 

Slayer_copyrightTasunka2011_01

 
Après ce moment tant attendu par le Zénith blindé, à savoir la tuerie d’un SLAYER royal en diable, place à présent à la co-tête d’affiche de ce «European  Carnage Tour 2011 », cette fois en dernier dans l’ordre de passage : MEGADETH et Dave Mustaine sur fond de backdrop aux couleurs de « Endgame ». Le son et les lumières qui assuraient déjà largement leur partie jusqu’ici, ont une nouvelle fois mis en valeur un groupe et des morceaux option imparables : outre les sourires, les apartés dont s’est fendu sieur Mustaine (et ça, c’est miraculeux) le concert est vite monté en tour, pour atteindre sa vitesse et son intensité de croisière? pourrait-on dit, à savoir : une tuerie, encore une ? Oui, la soirée a été grande!  Et que dire des soli de guitares ou des riffs solides comme le Metal que sait délivrer Mustaine ! ou de l’ensemble d’un groupe manifestement très en forme, même si Dave Mustaine a semblé moyennement en forme au début du set, sensation vite balayée par la suite des événements :)

Megadeth_copyrightTasunka2011_07

 
Après une telle intensité dans les concerts, on ne s’étonnera pas d'avoir vu après le concert, sortir du Zénith, un public et 3 groupes avec une banane énorme comme la soirée ; ce 26 mars à Paris, c’était fort comme ça ! :)
Rendez-vous au Sonisphere en juillet pour le BIG 4 et remettre ça : gare aux cervicales ! :)

Tasunka

Megadeth_copyrightTasunka2011_05

MEGADETH setlist :
 
- Trust 
- In My Darkest Hour
- Hangar 18
- Wake Up Dead
- Poison Was the Cure
- Angry Again
- How the Story Ends
- She-Wolf
- Head Crusher
- 1,320'
- A Tout Le Monde
- Sweating Bullets 
 
Encore:
- Symphony of Destruction
- Peace Sells
 
Encore 2:
- Holy Wars... The Punishment Due


SLAYER setlist:

- World Painted Blood
- Hate Worldwide
- War Ensemble
- Postmortem
- Temptation
- Dead Skin Mask
- Silent Scream
- The Antichrist
- Americon
- Payback
- Seasons in the Abyss
- Snuff
- South of Heaven
- Raining Blood
- Black Magic
- Angel of Death

 

Posté par Tasunka à 12:57 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , ,

31 mars 2011

WITHIN TEMPTATION Singer, Sharon Den Adel, Gives Birth To Son :)

Congratulations !!! Logan is a really lovely baby boy !!! :))  / Félicitations !!! Logan est vraiment un bébé adorable !!! :))

Logan_1

 

We are happy to announce that yesterday March 30th, Sharon den Adel, lead singer of Within Temptation gave birth to a beautiful baby boy! Logan Arwin Westerholt, who weighs in at 5lbs 8.7oz and just 47 cm came into the world a little over 5 weeks early but both mother and son are doing fine. Logan is the third child of Sharon den Adel and Robert Westerholt.

 The birth of Logan is the perfect climax to an already special week, which has seen their new album “The Unforgiving” released worldwide. The album is currently at the #1 position of the rock charts in the US, UK, Canada, Belgium, The Netherlands, Portugal,  France, Sweden, Austria and Finland.

 After taking time to recuperate and get to know her new son, Sharon will begin preparing to get back on stage in August, when Within Temptation will start their extensive tour with a special performance at Holland’s Huntenpop Festival, after which they will be visiting the US, Canada and Europe.

Chronique « The Unforgiving » : ici :)

Interview Robert Westerholt : ici :)

WITHIN TEMPTATION session photo @ Paris - 2011: ici :)

 

WT_RobertSharon_copyrightTasunka2011_01

 

Posté par Tasunka à 23:26 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

30 mars 2011

SONISPHERE (Fr) - Conference presse (French) / Photos @ Paris - 26 mars 2011 :)

sonisphere_logo

sonisphere2011_01

SONISPHERE - Conférence de Presse @ Zénith de Paris

(Compte-Rendu / Photos:  Tasunka :)

 

MEGADETH / SLAYER / ZUUL FX @ Paris, 26 mars 2011, live photos: ici / here ;)

MEGADETH / SLAYER / ZUUL FX @ Paris, 26 mars 2011, live report (French) : ici / here ;)



Ce 26 mars 2011 a été l’occasion non seulement de se prendre une belle claque musicale avec les concerts de MEGADETH/ SLAYER / ZUUL FX au Zénith de Paris, mais aussi, peu de temps auparavant, d’être conviés à une conférence de presse, au sein du Zénith, qui a permis d’en apprendre plus sur le SONISPHERE, festival au combien attendu et qui se déroulera les 8 et 9 juillet 2011, à Amnéville

Devant un parterre de journaliste bien garni, c’est donc Salomon Hazot, l’organisateur du SONISPHERE pour l’édition française (aussi frontman de la structure Nous Productions, organisateur du Rock En Seine) ainsi qu’une dénommée Carole, chargée du tourisme et de la communication pour la ville d’Amnéville, qui se sont fait un devoir et clairement un plaisir, de faire les présentations avec le festival, non sans omettre de vanter à grands renforts d’arguments commerciaux martelés, l’attrait des lieux et de l’événement même :)

SonisphereTeam_copyrightTasunka2011_02

Le tandem a ensuite été rejoint par non moins que deux des membres des groupes du très attendu événement du SONISPHERE : la venue du BIG 4 (MEGADETH / SLAYER / METALLICA / ANTHRAX) en l'occurence Dave Mustaine (Megadeth)  et Tom Araya (Slayer), puis, Timo Tolkki  / Andre Matos (Symfonia), Mouss (Mass Hysteria), Stéphane Buriez (Loudblast)


Voici le résumé des questions-réponses concernant le SONISPHERE seul, par Salomon principalement: 


 - A propos du SONISPHERE ? 

Le SONISPHERE existe comme concept, une entité européenne depuis3 années et arrive enfin en France malgré des obstacles, qui ont fait craindre l’annulation du projet, mais heureusement, vers mi-décembre 2010, un revirement inattendu s’est produit, qui a rendu possible la tenue du festival en 2011 : l’arrivée à l’affiche du BIG 4. Il a fallu réagir sous 48h et c’est ce que l’organisation du festival a efficacement su faire, d’où l’annonce officielle de la tenue du festival réalisée le 15 décembre 2010 : oui, le SONISPHERE aurait bien lieu les 8 et 9 juillet 2011 et avec le BIG 4 encore ! :)

- BULLET FOR MY VALENTINE ?

Prévus à l’affiche, ceux-ci ont dû en être retirés, ce que regrette Salomon, à qui la présence de BFMV tenait à cœur, puisque le groupe se produira dans un festival concurrent, à la même période. Il a ensuite tenu à ajouter que le festival se tenant en France, il était évident et indispensable à ses yeux, que des groupes de l'hexagone comme par exemple, LOUDBLAST, MASS HYSTERIA ou DAGOBA soient de la fête


L’état d’esprit musical du festival ?

C’est avant tout un état d’esprit tout court, une idée différente, déclare Salomon. Avec Rock En Seine depuis huit ans, Rock à Paris et encore actuellement, le festival Rip Curl dans le sud, à Biarritz, l’organisateur trouve révolue l'époque du festival avec trois, quatre scènes, 15 à 20 groupes par scène qui défilent les uns après les autres. En somme, l’idée du SONISPHERE est d’allier concerts, bonne musique et détente, de former un tout avec le principal: le festival et les activités annexes, bref, une idée différente, qui englobera aussi une envie, celle de retransmettre lors du festival, ce qui se passe dans les autres Sonisphere en Europe, via des écrans télés

 
HELLFEST et SONISPHERE, concurrents ou complémentaires ?

L'homme tient à souligner son appréciation pour le Hellfest, pour Ben Barbaud (le sympathique et compétent initiateur et organisateur du festival de Clisson :) et précise qu’il lui a été demandé d’organiser le Sonisphere avant le Hellfest, ce qu’il a refusé ; préférant que cette première édition du Sonisphere se situe après et non avant celle du Hellfest. Les affiches ne sont pas les mêmes pour les deux événements et le souhait était que les ‘clients’ (NDT : amusant ce terme désignant les fans passionnés de Metal :) puissent profiter de deux festivals, et d'ajouter qu'il y a, de toute façon, de la place pour les deux festivals et qui plus est, l’affiche variera d’une année sur l’autre, dans les trois ans qui viennent.

A propos du lieu et des questions techniques ?

La recherche du lieu idéal et d’une affiche qui puissent plaire avant tout aux fans de musique, aux managers et aux groupes était ce qui tenait à coeur à l’organisation : pour l’affiche, c’est fait, quant au lieu, Amnéville, la collaboration à plusieurs reprises avec le « Galaxy » ayant été fructueuse, il semblait approprié que le festival s’y tienne. De plus, par sa situation géographique, à 1h30 de Paris, plus l’accès en 15 minutes par un petit train, depuis le centre ville d’Amnéville sur le lieu des concerts, l’emplacement est appréciable..Allez, on vous fait le retape touristique, à savoir pour les festivaliers, de pouvoir profiter des charmes d’Amnéville : le Spa, le Golf, la possibilité de skier, pendant le festival y compris tard le soir et seulement pour 2,50 euros, le Zoo, le parc pour enfants, l’accueil et toute une ville dédiée au festival, comme l’explique Carole :)

Le camping ?

Il reste encore des choses à voir, vu l’affluence attendue, il risque d’y avoir un petit problème de places où camper, sur l’aire prévue à cet effet, malgré une organisation qui fournira les commodités, sur place, mais peut-être pas assez d’emplacements ; c’est un point que cette première édition permettra d’améliorer pour de futures éditions

Les tarifs ?

Les tarifs sont au forfait pour les deux jours ou à la journée, soit 65 euros pour le BIG 4, 50 pour SLIPKNOT

Bref, chers ami(e)s metalleux, vous viendrez vous éclater au SONISPHERE et pourrez prolonger votre séjour si cela vous plait, en résumé ;)

Sonisphere_Mustaine_copyrightTasunka2011

Place à présent à la synthèse des réponses aux questions posées à Dave Mustaine, Tom Araya, des un peu laissés dans leur coin, Andre Matos / Timo Tolkki (Symfonia), puis, de Mouss (Mass Hysteria) et Stephane Buriez (Loudblast)


Dave Mustaine (Megadeth) : de bonne humeur, l’homme a plutôt honnêtement ou avec un sourire, précisé que les brouilles avec METALLICA appartenaient bel et bien au passé, que l’initiative du BIG 4 revient à Lars, qu’il fallait oublier les querelles du passé et se tourner vers l’avenir, que, oui, ses origines et racines sont française par sa grand-mère, d’où son nom et son plaisir, du coup, de se produire dans l’hexagone, et ses réponses englobaient aussi le chapitre sur les fluctuations de la popularité du Metal et sur son style pratiqué et toujours agressif. En somme, un Dave malicieux et qui semblait plutôt content d’être là :)

 

Sonisphere_TomAraya_copyrightTasunka2011_02


Tom Araya (Slayer) souriant au possible et en grande forme, nous apprend que dans le domaine ennuis de santé, celui-ci va mieux, ce qui le rend d’autant plus heureux de pouvoir se produire à Paris, le soir même, notamment, et que pour ce qui est de ceux de Jeff Hanneman (atteint d’une grave infection, il a été opéré récemment et se voit remplacé sur cette tournée par Gary Holt - EXODUS), tout le monde le soutient et souhaite voir son retour très rapidement (nous aussi !)

Sonisphere_symfonia_copyrightTasunka2011


Timo Tolkki / Andre Matos (Symfonia) un peu délaissés par les journalistes, ont répondu à deux questions certes classiques, mais volontairement des prétextes pour leur donner enfin l’occasion de s’exprimer, à savoir s’ils étaient heureux de se trouver à l’affiche du festival et l'actualité de Symfonia : évidemment la réponse a été positive concernant leur présence au Sonisphere, mais au moins ont-ils pu parler et aussi préciser que "In Paradisum" sortira le 4 avril 2011 (chronique ici :)

SonisphereMassH_copyrightTasunka2011

Mouss (MASS HYSTERIA) / Stéphane (LOUDBLAST) ont, quant à eux, pu exprimer leur réel plaisir de figurer sur l’affiche et plus particulièrment aux côtés du BIG 4, comme l’a dit avec enthousiasme Stéphane Buriez, en exprimant combien ces groupes comptaient depuis longtmeps pour lui. Les questions ont fusé pour en apprendre plus sur l’actualité des deux formations françaises, à savoir un album pour LOUDBLAST «Frozen Moments Between Life and Death » prévu pour avril 2011 et Mouss, de partager son plaisir d’avoir une fin de tournée promo pour MASS HYSTERIA, qui se fasse en jouant sur un tel festival et avec une telle affiche :) 

Sonisphere_loudblast_copyrightTasunka2011


L’été sera apparemment bien chaud avec ce SONISPHERE première édition, et cette volonté marquée des organisateurs de mettre les petits plats dans les grands, pour, au final, se faire une place dans le monde des événements héxagonaux du Metal, en parallèle du Hellfest bien en place et respecté depuis déjà quelques années


Rendez-vous, donc, les 8 et 9 juillet 2011 à Amnéville pour un SONISPHERE qui s’annonce mémorable !

Sonisphere_TomAraya_copyrightTasunka2011_01

 

Posté par Tasunka à 13:40 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

25 mars 2011

TURISAS / CRIMFALL @ Paris - 21 March 2011 - Live Photos :)

Turisas_copyrightTasunka2011_05

(Photos :  Tasunka)

TURISAS / CRIMFALL Live Photos: ici / here  :)

TURISAS / CRIMFALL Live Report (French): ici / here :)

Turisas_copyrightTasunka2011_03

Crimfall_CopyrightTasunka2011_03

Crimfall_CopyrightTasunka2011_05

 

 

Posté par Tasunka à 00:03 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,


24 mars 2011

TURISAS / CRIMFALL @ Paris - 21 March 2011 - Live Report / Photos :)

turisas

base_logo

 Turisas_copyrightTasunka2011_02

(Live report / Photos :  Tasunka)

 TURISAS / CRIMFALL Live Photos: ici / here  :)

 

 Coup de tonnerre dans le monde épique Folk / Power Metal avec les finlandais de TURISAS qui innovent un terme éponyme de leur hit incontournable issu du premier album de 2004 : « Battle Metal ». L’ancien dieu finlandais de la guerre était à la fête avec une salle parisienne, le Nouveau Casino, quasiment pleine et surtout avec un public qui a laissé bouche bée le groupe, par une telle ferveur manifestée dans la reprise vocale des morceaux bien connus, qu’ils soient récents ou anciens ; récent comme l’évident hymne et titre du dernier opus sorti le 28 février  2011 : « Stand Up And Fight » ou ancien, comme le final qui conclue un show guerrier à plein : « Battle Metal » tiré du premier album éponyme ou du second « The Varangian Way ». On chante avec force en chœur avec le duo fondateur, Mathias Nygård (chant / composition) et Jussi Wickström (guitare), on secoue la scène en rythme, en somme une osmose totale et très plaisante entre un groupe déchainé et un public qui ne l'est pas moins. Et ce, même si le chanteur a déjà démontré qu’il pouvait être plus en voix, par le passé qu’il ne l’était ce soir-là 

Turisas_copyrightTasunka2011_05

 Cette première fois à paris pour TURISAS, restera gravée dans les mémoires et comme le dit leur leader, cet accueil leur a, d’ores et déjà, donné une très vive envie de revenir remettre ça, rapidement 

Turisas_copyrightTasunka2011_04

 Le groupe sera au Hellfest 2011, afin de reprendre une dose de TURISAS, dont font partie intégrante le violon électrique d’Olli Vänskä, les tambours de guerre (Tuomas Lehtonen), les riffs et rythmiques de Hannes Horma plus les chœurs et orchestrations, les peintures de guerre, le cuir, les clous : oui, le Metal Battle et la fougue, on aime ça. TURISAS a offert une tuerie aussi forte en sensation qu’un bon film du genre, surtout que les morceaux joués en live, gagnent une puissance cash et directe sur ce que les claviers adoucissent par instants, trop sur album.
Ce n’est pas le public, participatif à 200% et qui a pris un plaisir certain, qui dira le contraire :)

Crimfall_CopyrightTasunka2011_05

 En première partie, la surprise a, elle aussi, été bonne et finlandaise avec CRIMFALL, qui a accompagné TURISAS sur les dates anglaises et parisienne : CRIMFALL, c’est une sirène toute en chair et coffre vocal : Helena Haaparanta en duo avec la voix d’ogre de Mikko Häkkinen, CRIMFALL, c’est du Power / Folk / Black rappelant les chants traditionnels, bref, CRIMFALL, se révèle être un groupe au fort potentiel et une bonne entrée en matière pour une salle qui est vite montée en tour de chauffe pendant les 25 minutes de leur gig.

Leur album « The Writ Of Sword » sortira le 23 mars 2011 et est à se procurer sans hésitation !

Crimfall_CopyrightTasunka2011_01

 Pour poursuivre le « Stand Up And Fight Tour», TURISAS sera en compagnie de DIE APOKALYPTISCHEN REITER en mars-avril 2011, après avoir tourné au Canada, Mexique, Amérique du Nord avec CRADLE OF FILTH, en janvier 2011, et ce, avec l’absence remarquée de Netta Skog et son accordéon, qui a dû brusquement se retirer de la tournée nord américaine et du reste des dates, le 21 février 2011 dernier, pour raisons de santé : On lui souhaite un rapide rétablissement !

 Rendez-vous au Hellfest, donc, avec TURISAS et une affiche de dingue, tout court :) 

Turisas_copyrightTasunka2011_06

 

 Setlist TURISAS, Paris - 21 mars 2011 :

- Intro
- As Torches Rise ("Battle Metal")
- One More ("Battle Metal")
- The March Of The Varangian Guard ("S. U.A. F")
- Great Escape ("S. U.A. F")
- To Holmgard And Beyond ("The Varangian Way")
- The Messenger ("Battle Metal")
- Solo violon
- Five Hundred And One ("The Varangian Way")
- Stand Up And Fight ("S.U.A.F")
- Miklagard Overture ("The Varangian Way") 

____________________________________________________________________________

- Rasputin (reprise Boney M)
- Battle Metal ("Battle Metal")

 

Posté par Tasunka à 18:07 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

04 mars 2011

WITHIN TEMPTATION "The Unforgiving" - Session Photo - Robert / Sharon :)

WT_RobertSharon_copyrightTasunka2011_02

Chronique « The Unforgiving » : ici :)

Interview Robert Westerholt : ici :)

WITHIN TEMPTATION session photo @ Paris - 2011: ici :)

WT_Robert_copyrightTasunka2011_02

 

WT2011_logo

 

Posté par Tasunka à 12:51 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

03 mars 2011

WITHIN TEMPTATION "The Unforgiving" - Interview Robert Westerholt :)

WT2011_logo

 

WT_TheUnforgiving

 

WITHIN TEMPTATION a un don certain, celui de savoir évoluer et se renouveler, et après le succès énorme qu’a connu le précédent album « The Heart Of Everything » (2007), il semblait difficile de relever le challenge de faire mieux ou au minimum, de ne pas faire une copie avec un nouvel et cinquième opus et pourtant, le couple Sharon (Den Adel - chant) / Robert (Westerholt – Composition – Guitare) et leurs trois collègues (trois car WT était encore sans batteur lors de l’interview) a non seulement atteint ce but et l’a, en plus, dépassé : « The Unforgiving » est un concept album étonnant et abouti
L’entretien avec le toujours chaleureux guitariste et co-compositeur, éclaire le pourquoi d’un tel aboutissement. Sharon était elle aussi présente pour cette promo et le couple est assurément des plus agréables, avec une bonne dose d’humour qui met de suite à l’aise :)

(Interview / Photos Tasunka)

Chronique « The Unforgiving » : ici :)

 WITHIN TEMPTATION session photo @ Paris - 2011: ici :)

WT_RobertSharon_copyrightTasunka2011_02

 

Merci pour cette interview et félicitations à Sharon et toi pour votre troisième enfant, qui va naitre bientôt ! La grossesse de Sharon a entrainé des changements compréhensibles dans l’organisation de la tournée à venir

Robert Westerholt : Merci pour les félicitations ! Effectivement, la tournée commencera en octobre- novembre, avec quelques mois de décalage par rapport à la date initialement prévue. C’est une bonne chose étant donné que l’album vient juste d’être terminé et ce laps de temps va aussi nous permettre d’organiser et de peaufiner la tournée, de faire la promo et bien sûr, de nous occuper de nous. Nous allons tourner un peu partout dans le monde, y compris aux USA pour deux dates. On a ajouté des dates en France, Lyon, Bordeaux, ce qui fera 5 dates au total, il me semble (Lille, Nantes, Lyon, Toulouse, Paris). Ce sera une tournée de deux ans, mais nous avons besoin de ce cycle album / tournée: ça fait du bien de partir donner des concerts et vivre les titres en live avec le public

Dans les changements, le nouveau site du groupe est assez incroyable avec son côté interactif et sa WT TV

Tout à fait. Je voulais autre chose qu’un site de groupe classique, alors, j’ai expérimenté de nouvelles choses dont le WT TV fait partie, je l’aime bien (rires) J’avais envie de voir ce que ça donnerait et c’est fun

« The Unforgiving » marque un nouveau départ dans tous les domaines pour WT, on dirait

C’est bel et bien comme un nouveau commencement pour nous, pour le groupe, de façon générale. Avec WT, nous avons vraiment pu nous faire plaisir à chaque fois, par le passé, que ce soit en enregistrant aux côtés d’un orchestre symphonique ou en faisant de nouveaux bons titres. Et là, nous nous sommes demandé ce qui serait intéressant et sympa de réaliser à présent avec ce nouvel album. Un concept album nous semblait bien, qui serait inspiré par une histoire solide sur laquelle serait basée les morceaux. Nous avions déjà cette envie en nous depuis quelques temps, mais là, c’était la partie la plus difficile, celle de trouver une histoire qui soit comme scénario de film et se tienne, sur laquelle puisse reposer tout le concept de l’album. Les morceaux étaient déjà avancés dans le processus de composition, quand j’ai parlé avec Romano (Molenaar), un artiste (dessinateur sur Witchblade, Darkness, X-men) avec un talent affirmé. C’est lui qui a amené cette idée de scénario, qui parle de ces gens qui, une fois décédés, doivent payer pour leurs péchés. C’est une histoire avec plusieurs niveaux de lecture et c’est précisément ce que nous voulions, que les gens aient de la matière sur laquelle réfléchir. Romano a aussi aimé l’idée de ce concept avec musique, comics, courts-métrages / vidéos. Nous nous connaissions depuis le jeu vidéo « The Chronicals Of Spellborn » où figurent quelques-uns de nos morceaux écrits spécialement pour le jeu, et ça avait bien collé entre Romano et nous. C’est lui qui nous a amenés vers Steven (O’Connell) qui a travaillé au scénario de comics books (BloodRayne, Dark 48), notamment. L’histoire qui a découlé de ces rencontres, nous a, de suite, fait réfléchir à y ajouter la vidéo, mais qui ne soit pas filmée que de façon classique, avec le groupe en train de jouer, mais plutôt comme un film et ça pour trois morceaux bien distincts, dont le premier, « Mother Maiden - Faster ». Au long de ces trois courts-métrages, on apprend à connaitre les personnages de l’histoire, leur vie et ce qui leur est arrivé

Et quels seront les deux autres morceaux pour les clips ?

« Shot In The Dark » et « Sinéad »

La liberté de ton qui caractérise « The Unforgiving » se retrouve particulièrement dans ce dernier titre, très accrocheur. Il sonne très années 80 et pop

C’est bien le cas. Tout l’album a cette connotation 80s et a cette influence de ces années-là, mais sans être typé eighties typique non plus, disons qu’on retrouve plutôt ici et là des influences comme des mélodies ou un son. Il faut dire que tous au sein du groupe, nous aimons cette décennie avec ce son, ces soli de guitares. Le nouvel album est un retour aux racines, moderne et une évolution à la fois. Normalement, tu as un but précis quand tu écris des nouveaux morceaux, mais là, c’est un grand mélange d’influences et peu importe la décennie qui t’influence au moment d’écrire; on s’est laissé porter par nos envies, par cette liberté de nous faire encore plus plaisir, sans penser à coller ou pas avec le style WT. Cette diversité se retrouve dans la différence qu’il y a entre les morceaux, voilà pourquoi on peut trouver un peu de symphonique avec orchestre et beaucoup d’autres ambiances à la fois.

Sur le clip « Faster », la différence se voit aussi dans le look : Sharon n’est plus en robe, mais en look cuir avec pantalon de la même matière

C’est aussi un changement. Ce n’est pas que nous ne voulons plus de robes, mais on ne peut et ne veut pas refaire la même chose tout le temps (rires) et ce look va au mieux pour le morceau et l’album.

La composition a-t-elle aussi évolué ?

Le processus a été le même mais avec une mentalité, un état d’esprit différents. Etant donné que nous n’avions aucune idée de ce qui allait arriver, de ce que le nouvel album allait donner au final. Nous voulions faire quelque chose de différent, mais de façon naturelle, sans forcer les choses. L’album a pris deux ans, à peu de chose près, entre l’écriture et l’enregistrement.
La musique a été d’abord écrite, puis nous avons commencé à enregistrer le chant, quand nous avons pris connaissance de l’histoire. La bande dessinée n’est pas encore finie et en est à l’épisode trois sur les 6  prévus. Le premier jet du Comic Book « The Unforgiving » sort en même temps que l’album et ensuite, paraitra tous les deux mois. On peut se les procurer sur le site du groupe, au fur et à mesure

 

WT_Robert_copyrightTasunka2011_02

 

En parlant de Comics, on peut voir sur WT TV que tu es fan du film tiré de l’un d’eux : « Iron man »

Oui (rires) J’aime bien la bande dessinée mais j’adore le film, particulièrement. Cela m’a inspiré vu que le film est bien fait, comme les « X-Men » ou « Batman », mais j’ai une préférence forte pour celui de « Iron Man » ; je lui trouve plus de maturité que les autres qui ont un côté pour ados. Le feeling de scénario est celui d’une vraie histoire, complète, qui m’a fait sentir que pour nos courts métrages l’idée de faire une chose intéressante et prenante avec notre premier concept album, était possible et faisable. Je trouve magique de donner envie aux gens d’en savoir plus quand ils voient les films, entendent les morceaux et nous espérons avoir atteint ce but

Il y a eu pas mal de personnes qui ont travaillé avec vous : de la production de l’album, des mini-films, aux acteurs, en passant par la BD ?

Il y avait tellement de travail à faire que nous nous sommes entourés de gens qui aiment énormément ce que nous faisons et c’est ce qui comptait. D’abord en studio, l’équipe était la même que par le passé (dont Daniel Gibson à la production) ce qui nous a mis très à l’aise de travailler et enregistrer dans cette ambiance familière et amicale, sinon, pour la BD, nous avions donc Romano et Steven à bord, mais aussi les gens qui ont écrit le script, l’idée du film et là, Steven en fait partie, même chose concernant les personnes pour la réalisation des films (Realisation : Joeri Holsheimer). La vision de comment serait le film était claire en nous et Steven a réussi a retranscrire cette vision, ces idées que nous avions en tête pour les mettre sur le scénario. L’équipe a vraiment été très bonne ! :)

L’actrice britannique Dawn Mastin (Films : Tom & Thomas, Down) qui joue « Mother Maiden » dans le mini film, est bluffante

Elle est vraiment bonne, oui. L’actrice a beaucoup de personnalité et a donné un éclairage et une vie particuliers au personnage. Nous avons tout enregistré en Hollande mais le casting a été fait avec une agence qui a recherché des acteurs ayant des origines anglaises, pour que l’accent soit bon. Tu as le jeune garçon du film qui est hollandais, mais a vécu en Angleterre en étant petit

Actuellement, WT est sans batteur (exit Stephen Van Haestregt ), comme le montre le clip « Faster » avec un batteur flouté un peu étrange à voir ?

Oui, c’est le cas pour l’instant. Pour l’album, nous avions un batteur de studio qui a enregistré en Suède, un mec vraiment cool. Nous sommes en quête d’un nouveau batteur, d’où le flou dans le clip. On a encore le temps de choisir un nouveau membre du groupe, surtout avec la tournée qui débutera à la fin de l’année, mais pour le moment, ce serait prématuré de te dire un nom, même si j’avoue avoir déjà quelques idées en tête (rires)

A propos de cette future tournée, on peut s’attendre à de la nouveauté aussi dans le show ? Surtout que chaque concert de WT a toujours été réputé pour ses innovations et son visuel au long des années

C’est aussi une bonne raison et une bonne occasion de faire quelque chose de nouveau, que de donner des concerts. C’est très excitant de pouvoir amener sur scène l’histoire, l’ambiance et d’avoir fait le film nous a montré que c’était possible de concrétiser ça. On a testé de jouer live avec une projection en 3D en Hollande et l’essai a été concluant, alors, nous sommes d’autant plus impatients de partir en tournée prochainement. Les concerts comptent à chaque fois pour tout le groupe, étant donné que c’est vraiment ce que nous aimons particulièrement faire, c’est excitant.

Douze titres figurent sur l’album, mais il y en avait plus de prévus ou d’écrits, au départ ?

Quelques-uns, mais 12, ça semblait suffisant et surtout, les titre retenus devaient coller au mieux avec le concept, sans être typés d’une couleur ou d’un genre musical trop distincts, sinon, ces morceaux étaient laissés de côté. Ils figureront peut-être sur des faces B, on verra.

C’est vraiment un renouveau général au sein de WITHIN TEMPTATION : félicitations à toi et Sharon pour votre troisième enfant à venir, et aussi à Martijn (Spierenburg – claviers) qui vient d’être papa pour la première fois. Des bébés, un concept album avec des nouveautés musicales, vous devez être ravis ?

(Rires) Absolument et merci encore pour les félicitations. On est gonflés à bloc et avec le plein d’énergie et d’inspiration pour les quatre prochains albums, du coup. On se sent vraiment avoir un nouveau départ et plein de nouvelles possibilités. Je me sens personnellement plus comme un compositeur que comme un guitariste et le compositeur que je suis, se sent bien et inspiré, avec tout ce qui arrive, ce qui est une bonne chose (rires)

Toujours au chapitre nouveautés, est-ce que Sharon a aussi profité de ce nouvel album, pour expérimenter et chanter différemment ?

(Enthousiaste) Sharon me fascine à chaque fois; elle apprend à chanter différemment à chaque nouveau disque, sans limite, ce qui laisse très libre quand tu composes, parce que tu sais que quoi que tu écrives, Sharon, sera là à expérimenter, à essayer et au final, à obtenir une partie vocale qui soit au mieux. Elle travaille beaucoup en studio, en essayant, telle ou telle chose, en écoutant aussi, ce qui lui donne cette capacité vocale à la fois naturelle et affutée avec ces essais, ce renouvellement régulier : tout semble possible avec elle. Nous n’avons pas le même caractère, ce qui fait que nous nous complétons vraiment bien : elle travaille plus avec l’émotion et moi, je suis peut-être plus cérébral, via les concepts

Vos attentes pour la sortie de « The Unforgiving » et pour le futur ?

Ce n’est pas facile de répondre d’avance à cette question concernant le nouvel album, étant donné que c’est tout nouveau, mais les réactions que nous avons déjà eues via le site internet sont bonnes, ce qui nous fait plaisir, bien évidemment. En fait, dans le futur, nous souhaiterions apporter une suite à ce concept, à cet album et ce qui va avec, ou amener une autre histoire. Nous avons encore beaucoup de choses à découvrir, à explorer et tous, nous en sommes absolument impatients :)

Nous aussi :)

 

WT2011_logo

Posté par Tasunka à 12:50 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

01 mars 2011

WITHIN TEMPTATION "The Unforgiving" (French Review :)

WT_TheUnforgiving

WITHIN TEMPTATION « The Unforgiving "

(Sony / Roadrunner)

Sortie: 28 mars 2011 

Interview Robert Westerholt : ici :)

WITHIN TEMPTATION session photo @ Paris - 2011: ici :)

Les hollandais de WITHIN TEMPTATION cumulent la réussite, les honneurs et les chiffres de vente dépassant plusieurs millions de pièces et auraient donc pu largement se laisser aller à se la couler douce,  surtout après le succès remporté par leur quatrième album studio de 2007, “The Heart Of Everything », mais heureusement, ce n’est absolument pas dans l’état d’esprit de ce groupe hautement décontracté et talentueux. Pas plus qu’une quelconque grosse tête, le train-train musical n’est à l’ordre du jour pour WT, alors que la prise de risques, la liberté de réaliser enfin un projet qui tenait à cœur spécialement à Robert Westerholt (Composition – Guitare), à savoir réaliser un concept album, est bel et bien d’actualité En effet, après quatre années, le dernier et cinquième disque studio de la bande, voit le jour et l’effet est garanti : dès le début de « The Unforgiving », on plonge d’emblée dans un univers, un film haletant, unique où les compositions donnent le ton.

Le côté symphonique ne domine plus, même s’il apporte toujours sa touche intense, pour se fondre dans un lâcher prise des compositions qui voient la Pop, le pur Metal, les racines des années 80s, le symphonique donc, se marier en un savoureux mélange. Le plaisir pris par le groupe se sent largement au long des 12 titres de « The Unforgiving » et l’évolution est non seulement évidente au niveau des instruments, avec la présence marquée de plus de soli de guitares que le groupe n’en réserve habituellement, mais aussi une évolution nette au niveau du chant de Sharon (Den Adel). La belle maitrise les émotions vocales et la dynamique cette fois dans le registre des médiums, ce qui contraste et fait taire les débats soulevés par les aigus chantés par le passé. Agrémenté de trois courts-métrages (« Faster », « Sinéad », « Shot In The Dark »), d’un Comic Book « The Unforgiving » dessiné par l’artiste hollandais Romano Molenaar et basé sur une histoire écrite spécialement par Steven O’Connell, le concept album qu’est « The Unforgiving » a une palette d’atouts très convaincants, surtout que la production est comme toujours, de grande qualité. A noter que les fans de Metal Symphonique, devraient, par contre, ne pas pleinement s’y retrouver face à une telle diversité d’ambiances

Il n’en reste pas moins que WT conforte sa place de groupe de référence avec « The Unforgiving » et leurs futurs concerts fin 2011, vont certainement être du même niveau : inratables, en somme :)

Tasunka

 

Tracklisting « The Unforgiving » :

01. Why Not Me

02. Shot in the Dark

03. In the Middle of the Night

04. Faster

05. Fire and Ice

06. Iron

07. Where Is the Edge

08. Sinéad

09. Lost

10. Murder

11. A Demon’s Fate

12. Stairway to the Skies

 

Line-Up WT :

Sharon Del Adel - V

Robert Westerholt - G

Ruud Adrianus Jolie - G

Jeroen Van Veen - B

Martijn Spierenburg - K

 

 

Posté par Tasunka à 12:55 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

26 février 2011

RALF SCHEEPERS "Scheepers" - Interview (In French :)

logo_Scheepers_big

RalfScheepers_artwork

 

Il est rare de trouver Ralf Scheepers sans ses collègues de PRIMAL FEAR où là, c’est plutôt Mat Sinner (basse) qui s’exprime, alors une interview avec ce grand costaud autant vocalement que physiquement et en plus pour son premier album solo « Scheepers » (sortie mondiale le 18 février 2011), très bon au passage, ça ne se refuse pas. Et l’homme se révèle on ne peut plus sympathique, loquace et enjoué à rencontrer, alors, un grand merci à lui pour cette entrevue cool et pour sa gentillesse

(Interview / photos : Tasunka)

Chronique « Scheepers » : ici :)

Pourquoi cet album et pourquoi maintenant ?

Cela fait dix ans que je crée des morceaux, qui étaient surtout des balades, aussi, comme ces titres ne collaient pas réellement avec la ligne musicale de Primal Fear, ils sont en partie sur mon album. J’aimerais ajouter que nous sommes une vraie équipe, avec Mat (Sinner), Magnus (Karlsson) et Alex (Beirodt) plus Stefan Leibing notre ex-guitariste, qui ont, eux aussi, co-composé sur « Scheepers ». L’idée de mon album solo est venue de façon plus concrète trois ans avant, quand Mat et Frontiers (via son boss : Serafino Perugino) m’ont dit que ce serait bien de faire quelque chose de ce tout ce que j’avais comme morceaux. J’avais déjà cette intention en tête avant cela, mais seulement d’un projet qui comprenait des ballades et suite à cette rencontre, il a été décidé d’ajouter aussi des chansons qui soient Heavy.

Pourtant, c’est de ton album dont il s’agissait, c'est-à-dire de ton propre choix de création et de style : pourquoi avoir ajouté du Heavy puisque tu étais parti sur des ballades au départ ?

Je comprends ce que tu veux dire. Avant tout, la raison tient au fait que j’adore le Heavy Metal et que je savais que sortir un album uniquement de ballades, aurait été plus difficile à faire. J’ai donc été totalement d’accord pour ça, et ce, d’autant qu’il ne s’agit ici pas du même genre de Metal que pratique PRIMAL FEAR. J’admets que deux-trois chansons peuvent figurer sur un album du groupe et pourquoi pas, étant donné que nous avons quelques vraiment bons morceaux pour ça, qui pouvaient de même figurer sur "Scheepers". Nous avons formé une bonne équipe pour composer les titres sur mon album solo, notamment en coécrivant avec Magnus, avec Sander(Gommans- lead guitare / ex-AFTER FOREVER) qui a composé deux morceaux. Ça a été facile, vu que parfois il se trouve qu’une fois que tu as le feeling, le flux du morceau, tout le reste coule de source. C’est venu de façon très naturelle de composer et collaborer avec Mat, Magnus et Alex, étant donné que nous nous connaissons très bien avec PRIMAL FEAR. Quant tu es musicien, tu n’as pas d’œillères, tu ne vois pas les choses en noir ou blanc, mais en plusieurs couleurs, tu es ouvert à ça, à composer d’autres choses, voilà pourquoi, j’avais toute confiance en le talent de mes camarades pour être les bonnes personnes à mes côtés

 

RalfScheepers_CopyrightTasunka2011_01

 

Tu n’as pas eu la crainte que le public, qui n’aurait pas encore entendu tes propres créations, se demande l’intérêt que peut avoir l’album solo du chanteur de PRIMAL FEAR, qu’ils pensent que c’est du PRIMAL FEAR II ?

Non, absolument pas. Je fais ce que j’aime, je me suis fait plaisir avant tout et si les gens apprécient tant mieux et sinon, j’en suis désolé pour eux (rires) En fait, j’aimerais ajouter que « Scheepers » offre des morceaux plus diversifiés que ceux de PRIMAL FEAR, ils explorent des ambiances différentes et ça me tenait à cœur de le faire

Tu parlais de la décision de concrétiser ton album solo trois ans auparavant : pourquoi un si long laps de temps entre ce moment et sa sortie effective (le 18 février 2011) ?

A cause de nos emplois du temps chargés. L’objectif prioritaire est et sera toujours PRIMAL FEAR, c’est mon job principal ainsi que celui du reste du groupe. Cela a aussi demandé si longtemps, à cause du temps passé à pouvoir réunir tous les invités qu’il y a sur « Scheepers ». Ils ont tous des plannings très serrés pour pouvoir se libérer ; que ce soit Kai (Hansen – GAMMA RAY), Tim (« Ripper » Owens), Victor (Smolski – RAGE), Sander, entre autres. Au long de ces trois années, il a fallu saisir au vol la période propice pour collecter soit un solo, par ci, les vocaux, par là et ainsi de suite.

Sur la reprise de JUDAS PRIEST « Before The Dawn », tu as joué de tous les instruments, sauf le solo de guitare interprété par Victor (RAGE)

Effectivement. Et Victor a fait du très beau travail. J’ai joué de la guiatre acoustique, la basse, tous les claviers et même si je sais jouer de la guitare, notamment, c’était néanmoins bel et bien la première fois que je jouais de tout pour ce morceau. De façon générale, j’avais l’occasion de travailler tous les instruments ensemble, du coup, de voir comment ça pouvait sonner, de modifier et d’obtenir ce que je voulais, en composant les titres. Quand j’avais les notes qui formaient la base d’un morceau, le reste suivait facilement, naturellement : quand tu as ça, tu peux alors l’enregistrer jusqu'à obtenir le meilleur résultat possible. « Before The Dawn » est un titre qui a pour fondement la guitare acoustique, ensuite, les claviers, je les ai programmés en final. Ce morceau a toujours eu un sens et un feeling spéciaux pour moi, étant donné que JUDAS PRIEST est le groupe qui m’a amené à la musique et je veux leur rendre hommage pour ça au travers de ce titre. C’est aussi un morceau qui me donne la chair de poule, me remue

JUDAS PRIEST est présent aussi sur ton album de par les collaborations avec Tim « Ripper » Owens (ex-chanteur de JUDAS) et « Metal » Mike Chlasciak (guitariste de HALFORD)

Oui, tu vois, au long des années, se sont tissées ces connections et nous avons établi une vraie relation entre nous. Au travers des tournées, des festivals ou du business en général. Mike nous avait déjà rendu visite dix ans auparavant, en studio avec PRIMAL FEAR en jouant l’un de ses soli pour « Rust ». Tim et moi avons fait connaissance il y a quatre ou cinq ans, durant un festival. Nous sommes restés en contact proche et sommes finalement devenus potes. Nous sommes tous très occupés, mais nous sommes collègues et la chose la plus importante est ce respect mutuel que nous nous portons tous. C’est pareil pour JUDAS PRIEST : à l’époque où ils cherchaient un nouveau chanteur, j’avais postulé et la réponse était un oui ou un non, J’avais accepté que ce soit ‘non’ et cela n’avait en rien modifié le respect que je leur porte. Ils avaient trouvé le chanteur parfait pour JUDAS PRIEST en la personne de Tim, selon moi. Je pense que j’aurais aussi collé, mais c’était leur décision et j’ai respecté ce choix. Ce qui s’est révélé finalement être une bonne chose, puisque PRIMAL FEAR a démarré pile à ce moment-là (rires)


En décembre prochain, JUDAS PRIEST entamera sa tournée d’adieu ; quels sont tes sentiments à ce sujet ?

Franchement, je ne sais pas s’ils vont véritablement faire leurs adieux, mais je trouve que si c’est bien le cas, c’est triste vu que c’est ‘le’ groupe de Heavy Metal. D’un autre côté, ils méritent cette retraite, après autant de bonne musique, de bons moments depuis 40 ans. Je sais ce que c’est pour un musicien que d’être en tournée, les conditions et combien ça demande d’être en forme pour envoyer, chaque soir, toute la puissance sur scène, alors, quand tu prends de l’âge, il semble clair que ça devient un peu plus délicat de réaliser ça.

En parlant d’années de carrière, tu as près de 30 ans d’actif à ton service : tes souvenirs sont-ils majoritairement bons ?

C’est vrai que les bons comme les mauvais moments sont indissociables quand tu repenses au parcours que tu as eu; c’est la même chose quelque soit le boulot que tu fasses, d’ailleurs. Personnellement, j’ai eu de tout, mais je préfère bien sûr ne me remémorer que les meilleures années, les meilleurs instants, ça me rend plus fort, au final. La chose la plus importante tirée de tout ça, c'est de savoir rester un être humain digne de ce nom, d’avoir les pieds sur terre et du respect envers les autres, qu’ils soient musiciens ou pas

Ton album est justement placé sous le signe de l’amitié, du respect

Exactement ! Toutes les personnes qui sont intervenues sur l’album, ont quelque chose à voir avec mon histoire, à l’exception de Snowy à la batterie (Shaw – THERION / KING DIAMOND), que je n’ai pas eu l’occasion de connaitre avant. C’est vrai que j’ai collaboré avec THERION, mais c’était pas mal d’années auparavant et je n’ai pas le souvenir d’avoir alors croisé personnellement Snowy. Tu vois, là encore les connections ont joué un rôle, puisqu’avec THERION nous sommes restés en contact depuis cette époque, ce qui a permis la participation de Snowy

Tu as une belle brochette d’intervenants sur « Scheepers » : tu avais beaucoup d’autres noms en plus en tête, au départ ?

Non, en fait, peut-être Rob (Halford) en plus, mais il était vraiment trop occupé. Je dois dire que je suis très honoré d’avoir déjà tous ces guests et il n’en fallait pas plus, c’est déjà une très bonne chose que d’avoir à bord des musiciens comme Kai, par exemple. Notre amitié et relation dure depuis des années, tout comme celle avec les autres invités.
Ce projet d’album solo est différent non seulement musicalement, mais aussi de par la manière dont il a été réalisé et bien sûr, par les personnes qui y ont pris part. Il a été fait et enregistré de façon mondiale, en collectant et échangeant les fichiers entre nous tous, tout autour du monde, le tout étant assemblé et mixé par Achim Köhler. J’ai enregistré mes parties chant chez moi, dans mon studio, tout le monde en a fait de même dans le leur, Tim a ainsi fait ses vocaux (« Remission Of Sin ») en Amérique. C’était la seule façon de procéder, ça aurait, sinon, coûté trop cher de faire venir et rassembler tout le monde dans le même studio. Un de mes amis a fait les prises batterie dans un studio en Suède. On a donc tous fait une session d’enregistrement mais par internet (rires)

De quoi es-tu le plus fier à propos de ton disque ?

En fait, de tout mais en tout premier, du son. Je suis très agréablement surpris par le résultat global et d’avoir un son qui soit même mieux que ce que j’avais imaginé. L’album sonne vraiment bien

C’est tout à fait le cas et justement, j’aimerais revenir sur l’un des titres : « The Pain Of The Accused «  qui est un titre fort et sur lequel Kai Hansen a donné de la guitare

C’est un morceau très spécial et je suis d’autant plus ravi que ce soit Kai qui ait fait un solo dessus. A enregistrer, ça a été particulièrement difficile, vu qu’il était sur le point de partir pour une tournée avec AVANTASIA et il a joué le solo à la toute dernière minute. Kai a immédiatement aimé l’idée de ce morceau, ce qui m’a rendu très heureux, d’autant que je trouve qu’il a joué un solo incroyable. « The Pain Of The Accused » est spécial également parce qu’il parle d’une histoire qui fait partie de ma vie privée, très privée, d’un fait dont j’ai été accusé et qui a pris des proportions au-delà de la réalité des choses. En général, j’écris beaucoup de titres en me basant sur ce que je vis, mais en gardant leur signification ouverte pour que les gens puissent se les approprier, via leur propre vécu.

Un autre morceau fort est « Doomsday », qui hante de par son atmosphère particulière

Je peux très bien imaginer pourquoi. De par sa variété, c’est l’une de ces idées qui n'auraient jamais été pour un album de PRIMAL FEAR. Je me souviens avoir commencé à l’écrire à quatre heures du matin. J’étais en train de faire autre chose, de travailler sur une autre chanson et avec le nouveau micro que j’avais eu, je me familiarisais à ce nouvel équipement en faisant des essais, quand j’ai mi-chanté, mi-parlé d’une voix spéciale, ce qui m’a plu et donné l’idée de base du morceau. C’est la première fois que la mélodie est arrivée avant le reste, et le titre a, ensuite, été construit tout autour. Parfois, c’est en faisant des essais, que ça marche en fin de compte. Magnus m’a aidé pour ce titre, bien sûr. J’avais l’intro et Magnus a construit tout le morceau dessus

Une chose caractérise « Scheepers » à mon avis : c’est son évolution d’atmosphères au fil des morceaux, puisqu’on démarre sur la force du Heavy, pour progressivement changer d’ambiance un peu et surtout, pour conclure l’album par un côté très positif, comme apaisé. Tu partages cet avis ?

Tes sentiments sont exactement ceux que Mat et moi avons eus, quand nous discutions de l’ordre des titres de l’album. Nous avons trouvé que c’était une très bonne chose de clore l’album avec "compassion", avec ce fait que nous devrions tous avoir un peu plus de sentiments envers ces gens qui souffrent de famine, par exemple. Ce feeling positif dont tu parlais vient aussi du banjo : Magnus, qui en joue, a eu une très bonne idée de l’amener dans la composition. C’est un titre un petit peu original, mais à quoi sert un album solo, sinon ? (rires)

Tu as l’intention de sortir un autre disque solo dans le futur ?

Oui, absolument. Je suis sûr qu’il y en aura un autre, bien sûr sans pouvoir dire quand, étant donné que PRIMAL FEAR est ma priorité et le restera, mais je suis certain qu’il y aura encore d’autre idées comme celle-là à l’avenir :)

Tu as le soutien de Frontiers records pour ton projet, ça s’est traduit comment ?

Par un grand soutien. Chez Frontiers, ils ont été vraiment sympas et patients avec moi, parce qu’un contrat avait été signé qui spécifiait que « Scheepers » aurait dû sortir il y déjà deux ans de ça maintenant, mais ils sont au courant à quel point nous sommes pris par PRIMAL FEAR , aussi ont-ils attendu. Ils aiment bien l’idée que l’album soit dans les bacs à présent (rires)
Je suis content de voir qu’il y a déjà de bonnes critiques sur le disque, surtout que quand tu travailles quelque chose et passe une année à composer, enregistrer, mixer, tu perds de vue la façon dont les morceaux peuvent être perçus par les gens : tu ne sais pas s’ils vont apprécier ou pas et les retours sont positifs, ce qui fait plaisir. Bien sûr, il y aura toujours des personnes qui adorent critiquer sur tout et rien, et vont le faire avec les titres, mais ça n’a aucune importance, je suis heureux des morceaux


Tu vas bientôt partir en tournée avec PRIMAL FEAR : il y une chance que des morceaux de ton album solo soient joués sur scène, en même temps que les titres du groupe ?

C’est une bonne idée et on en a déjà discuté tous ensemble : il est possible qu’il y ait effectivement une chanson sur la setlist. En février, le groupe sera en Amérique du sud, en Bolivie, Chili, Argentine et Brésil et nous allons jouer « Remission Of Sin » là-bas, bon, sans Tim (qui avait chanté en duo avec lui sur le morceau) mais c’est un titre vraiment ‘catchy’ et qui groove bien ; je suis sûr que PRIMAL FEAR peut tout donner dessus (rires)

Ta voix est très puissante : comment tu en prends soin ?

Merci ! Là où il faut y faire particulièrement attention, c’est en tournée. Là, c’est délicat: chaque soir, tu pousses des notes hautes, comme si tu faisais du bodybuilding avec ces muscles, ce qui n’est pas toujours simple quand tu es malade ou quoi que ce soit d’autre. Pour me maintenir en forme, j’essaie de dormir le plus que je peux, de boire beaucoup d’eau, d’avoir une vie saine en général. Je pense que c’est l’une des conditions principales pour que tout ton corps, à commencer par ta voix, reste au top. En Bolivie, par exemple, je me demande ce que ma voix va donner, vu que c’est à 4 000 mètres d’altitude et je n’ai encore jamais chanté dans de telles conditions. On verra bien à la descente d’avion. Il y un an, nous avions déjà été en Amérique du sud et cela avait été une tournée infernale : on n’avait quasiment pas dormi à cause du rythme soutenu : donner le concert, aller directement à l’aéroport pour rejoindre une autre ville, faire les balances, puis, à nouveau jouer, retour à l’aéroport et ainsi de suite. Ça a été épuisant mais on l’a fait, PRIMAL FEAR et SINNER ensemble sur ces dates ; imagine Mat (basse commune et chant pour SINNER) et « Henny » (Wolker – guitariste à l’époque dans les deux formations) qui font partie des deux groupes, ont vécu le même enfer, mais en devant jouer, en plus, deux sets d’un coup à chaque date

Et d’avoir un mental et une attitude positifs, ça aide, je pense :)

Oui ! C’est un point très, très important ! L’année dernière, avec PRIMAL FEAR, nous avons eu la meilleure  tournée que j’ai pu avoir dans ma vie et j’ai remarqué que c’est à cette période que j’ai eu le moins de problème de santé. Il faut dire que toute l’ambiance était très positive, l’équipe l’était, non seulement les musiciens, mais aussi les roadies, tout le monde. On a tous passé de très bons moments et quand j’allais me coucher, j’étais très content de ça, très détendu et ouvert d’esprit. Penser positif est un très bon placebo (rires)

On parlait de ta voix, tes trente ans de carrière et ton expérience dans ce domaine, tu les enseignes à d’autres ?

J’ai commencé à le faire, oui. L’année dernière, c’était mes débuts d’enseignant dans une école qui s’appelle la « Pop Music School » et bien entendu, je donne des cours dans le style Rock. J’essaie de transmettre ce que je sais aux autres. En ce qui me concerne, je n’ai jamais pris de cours de chant mais en autodidacte, je peux leur apprendre comment se servir de leur diaphragme, leur faire partager mes trucs pour se chauffer la voix, ce dont je me sers effectivement moi-même quand je suis en tournée. Depuis toujours j’ai chanté à l’instinct, je chantais d’ailleurs vraiment fort en étant beaucoup plus jeune quand j’ai commencé à chanter dans ce type de registre. Je me suis, à l’époque, posé des questions, je me suis demandé si je faisais bien ou pas, si ma voix ne serait pas morte à cause de ça, dans deux ans, mais en fait, ça l’a entrainée tout comme on le fait dans un sport : plus tu pratiques et plus tes muscles se renforcent. Mon diaphragme et les muscles autour, se sont construits en chantant comme ça. Chanter fait intervenir beaucoup de muscles dans tout ton corps, y compris dans le dos, en plus de demander aussi une bonne respiration. Au final, tu chantes avec toute ton anatomie. Ce qui est bien, c’est quand l’une des personnes à qui j'enseigne, revient me dire, après deux-trois mois de cours, qu’elle a gagné une note et peut chanter plus haut grâce à mes cours: c’est un retour qui fait plaisir :)

Ca se comprend. Dis-moi, la pochette de « Scheepers » bénéficie d’une photo puissante ; c’est ton choix ?

Oui. On avait un choix de photos et celle qui a retenu notre attention était l’une d'Alex, qui avait déjà fait des clichés pour PRIMAL FEAR. Mat et moi, nous avons de suite trouvé qu’elle était suffisamment puissante pour devenir la pochette de l’album. Il a fait du bon boulot. Parfois je trouve que l’artwork est un peu agressif, mais c’est du Heavy Metal après tout !! (rires) Et c’est ce qu’il fallait pour la pochette. Pour rendre toute la diversité des atmosphères de l’album, il y a d’autres photos, différentes, dans le livret. Au travers de cette photo (sur la pochette) particulièrement, tu retrouves toute la passion qui est en moi :)

Avant de conclure cette interview, en tant que chanteur spécialement, comment tu as ressenti la disparition de Ronnie James Dio ?

C’était une année tragique. C’est une grande perte pour le monde de la musique, pas seulement parce que c’était un extraordinaire chanteur, mais aussi parce qu’il était un être humain d’une grande gentillesse. J’ai eu le plaisir de le rencontrer et de parler avec lui : c'était quelqu’un de très ouvert, très sympa et je ressens la même chose pour Steve Lee (le regretté chanteur de GOTTHARD). C’est une grande perte et je suis sûr qu’ils sont à présent des "Saints Of The Rock" (référence au sixième morceau de "Scheepers" :)

Comment aimerais-tu conclure cette entrevue ?

Par un : merci ! Merci de promouvoir mon album. Il est très important pour moi et j’en suis vraiment content :)

Merci à toi aussi :)

 

RalfScheepers_CopyrightTasunka2011_02

 

Posté par Tasunka à 19:10 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :