23 janvier 2017

GHOST IRIS "Blind World" (French Review) - Official Video "Pinnacle"

 

Blind_World4

GhostIris _logo2017_w

==>  Worldwide Release: 17 February 2017 / pre-Order here <==

 

GhostIris_signswithLBR2016_4

 

 


Quand on songe à GHOST IRIS, de suite vient à l’esprit les termes 'ambiteux et créatifs'.

De l’audace dans leur Metalcore évolutif au sommet du 'Djent', les danois en ont assurément et leur second album, « Blind World » se montre des plus créatifs, lui qui voit aligner un savant et intelligemment mené cocktail de sensations et émotions fortes qui puisent et mixent dans le ‘Djent’ à la Meshuggah, guitare jouée de façon sourde et saturation plus qu’appuyée, donc, mais avec toujours cette touche particulière à Ghost Iris, en un brassage avec du Metalcore, Tech, Progressif option inspiration Funk. Ce mixage se retrouve de même via des poussées vocales qui éructent et un chant clair qui se distingue et se taille sa part du gâteau de « Blind World ».

Combinant les ambiances dues aux voix qui se complètent, donc et côté riffs, ceux-ci ne sont pas en reste, eux qui se disputent le devant de la scène avec les mélodies, en étant tous claquants ce qu’il faut et puissants au possible, énergétiques et vibrants à la fois. L’univers que GHOST IRIS propose avec « Blind World », est prenant, divers et à une qualité qui se souligne, celle de capter votre attention, voire vous hypnotiser particulièrement sur des morceaux d’une touche qui n’a d’égale que leur profondeur et la fougue de la jeunesse qu’affichent les quatre GI pour leur donner vie, à savoir : le très convaincant « Pinnacle », premier single tiré de l’album ou encore « Blind World », « Detached », « No Way Out », « Save Yourself », « After The Sun Sets », notamment.


Beaucoup de maturité, doublée de sang neuf et de spontanéité de leur jeunesse pour les danois de GHOST IRIS qui, même s’il ne n’en sont qu’au second opus, affirment d’ores et déjà leur place dans le monde du Metal et du Metal moderne, eux qui apportent avec « Blind World », une pierre à l’édifice. 

LONG BRANCH RECORDS, enthousiasmés par leur prestation live particulièrement à l’Euroblast festival en 2016, les ont signés en décembre dernier et ont eu du nez:

GHOST IRIS est une formation qui en a sous le pied et affiche un avenir prometteur.

Une tournée européenne devrait se monter pour 2017, alors, restez à l’écoute et en attendant, « Blind World » est pour vous, histoire de s’imprégner du talent du groupe et de sa pèche, une énergie qui explose d’ailleurs sur scène, soit dit en passant :)

 

Tasunka

 




GHOST IRIS « Blind World » Track-List :

01. Gods Of Neglect
02. Save Yourself
03. The Flower Of Life
04. Pinnacle
05. No Way Out
06. Blind World
07. Time Will Tell
08. The Silhouette
09. After The Sun Sets
10. Detached

 

 

 

LINE UP GHOST IRIS:

-Jesper Vicencio - V
-Nicklas Grønlund Thomsen - G
-Dennis Nielsen - B
-Sebastian Linnet - D

 

 

 


 

GhostIris_singlePinnacle

 

 

 


 

 GhostIris_merchandising2017

 


 

Blind_World4

 

GhostIrisBklogo

 


 

Posté par Tasunka à 22:43 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,


22 janvier 2017

BLACK SITES " In Monochrome" (French Review) - Official Lyric Videos "Monochrome" / "Dead Languages"

 

BlackSites_InMonochrome04

 

 

BlackSites_InMonochrome

 

MascotLabelGroupMascotredords_logo4

 

 

 

BLACK SITES a une grande qualité qui en fait un groupe qui se remarque, celle d’être le fruit de l’esprit ouvert et du talent de Mark Sugar, ce musicien, guitariste, chanteur et compositeur qui aligne avec un de ces naturels, inspiration, esprit de challenge et maitrise dans ce qu’il fait, épaulé en cela avec force et qualité par ses collègues qui, comme lui, forment la fine fleur de la scène underground de Chicago : à savoir John Picillo (WITHOUT WAVES, IMMORTAL BIRD) à la basse, Chris Avgerin (NEQUIENT, AUTONOMY) derrière les futs et le compagnon d’armes de feu TRIALS, Ryan Bruchert qui vient compléter la bande de sa six cordes, en live.

Si, avec son précédent groupe TRIALS dissout à l’amiable en 2015, la barrière entre Thrash et Death Metal mélodique avait été abolie, cette fois Mark Sugar a voulu via sa nouvelle formation BLACK SITES, se jeter un défi, celui de se prouver qu’il pouvait tout aussi bien chanter en voix claire, un vœu doublé d’une envie de revenir vers ses racines musicales, qui mêlent tout autant Metal Old School, Prog Rock que Hard Rock, le tout construit sur des compositions ficelées.

Et là, le pari est tout ce qu’il y a de réussi ! En effet, pour son premier album, « In Monochrome », BLACK SITES vous scotche et ce, du premier au dernier morceau avec ses riffs, gimmicks qui rentrent sous la peau, ses vocaux émotionnels où le chant clair joue avec des incursions en voix Thrash, scotché tout autant avec sa basse intelligemment mise en avant, sa batterie sauvage, son groove, ce mélange qui voit avec classe et force de conviction, se marier intensité latente et prenante issue des précédents de Thrash et Rock Metal, Prog Rock que ne renieraient pas QUEENSRYCHE, DEEP PURPLE ou THIN LIZZY dans les riffs parfois, pour exemples.

Tous les titres brillent mais particulièrement le morceau qui représente et est le fer de lance de l’album-même, « Monochrome », ainsi que « Hunter / Gatherer » et son intro acoustique qui s’enflamme au fur et à mesure et brule tout sur son passage ou encore l’incontournable « Locked Out…Shut Down » et le final fort en sensations : « The Tides ». BLACK SITES a assuré avec ce premier opus, en apposant sa marque originale, délivrant ainsi un album à la fois moderne et ancré sur les bases old-school, avec ce groove, ces atmosphères qui accrochent. 

Assez de description, « In Monochrome » est simplement un album à écouter en urgence !! Il parle de lui-même et est tout sauf  « In Monochrome », tant ses couleurs marquent.


Pari réussi, donc, pour BLACK SITES et sa perle de « In Monochrome », qui voit l’identité du groupe se forger:

une belle sensation d’inconnu en terrain connu ! :)

 


Tasunka

 

 

 

 

BS_InMonochromeTL

 ==> Recorded At Gunpoint Studios <==

 

 


BLACK SITES Line-Up :

-Mark Sugar – Guitar, Vocals
-Chris Avgerin – Drums
-John Picillo – Bass
-Ryan Bruchert – Live Guitar

 

 

 


 

 

 

 BlackSites_logo

 

 

 


 

 BlackSites_InMonochrome04

 

 

 

  BlackSites_logo44

 


 

Posté par Tasunka à 22:59 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

20 janvier 2017

MORS PRINCIPIUM EST "Embers Of A Dying World" ( French Review) - Live At The "70.000 Tons Of Metal" Cruise (February 2-6, 2017)

 

PME_Embers

 

MPECOVERWH

 

MPE_Header2017

 

 

 

AFM_LN_Final_RGB_small_s

 

 

 

 

Toujours aussi inspiré pour créer quelque chose d’unique, MORS PRINCIPIUM EST assure un sixième album qui attire incontestablement l’attention avec un Death hautement mélodique et instinctif, qui allie puissance et intensité du propos. Les musiciens se montrent avec « Embers Of A Dying World » être encore et toujours des plus à l’aise pour mettre leur technique de grande qualité au service de la mélodie, de l’accroche et que ce soit des guitares rapides comme l’éclair ou plus posées, les cordes s’envolent et vous emportent à leur côté, co-partenaires à part entière de la réussite de ce nouvel opus, qui voit alterner les mises en avant entre guitares racées de Andy Gillion et vocaux Death habités au possible et contagieusement accrocheurs de Ville Viljanen. Il faut mentionner que la base de ce sixième effort a été apportée par le guitariste, justement.

Sur des « Death Is The Beginning » ou « Into The Dark », « The Drowning » remarqués, l’effet est d’autant plus visible et voit les atmosphères entre vocaux, guitares, apport ponctuel de voix féminine et violon pour le superbe « Death Is The Beginning », growl masculin, chœurs magistraux, claviers et double grosse caisse de Mikko Sipola, basse de Teemu Heinola, s’enchainer, s’emboiter avec finesse et force en une explosion d’atmosphères bienvenue. « The Ghost » procure le même effet ainsi que la respiration instrumentale « Agnus Dei » et retour à l’attaque dynamique avec un « In Torment » enlevé et à la basse plus présente ou même feeling sur, au choix, les très bons « Apprentice Of Death », « Reclaim The Sun », « Masquerade ».

La qualité de MORS PRINCIPIUM EST de proposer des atmosphères riches et qui alignent toutes une accroche indéniable que ce soit sur tempo effréné porté par une double grosse caisse pédale au plancher ou sur des ambiances à l’allure bien pensée de calme avant la tempête, cette qualité, donc, se retrouve pleinement et fonctionne à plein au long de cet

« Embers Of A Dying World » qui persiste et signe la marque, le son, l’instinct, la passion qui anime MORS PRINCIPIUM EST.

Hautement recommandé ! :)

 


Tasunka

 

 

 

 

MU_EOADW_Logo4

 

01 -Genesis
02 -Reclaim The Sun
03 -Masquerade
04 -Into The Dark
05 -The Drowning 
06 -Death Is The Beginning
07 -The Ghost
08 -In Torment
09 -Agnus Dei
10 -The Colours Of The Cosmos
11 -Apprentice Of Death

Formats: Download, Digipak and
Gtf.red/black marbled Vinyl

==>Mixed and mastered again by legendary :) Thomas “Plec” Johansson at Panic Room Studios in Sweden

==>The Cover Artwork is painted by artist Eliran Kantor (Testament, Iced Earth, Sodom, ...)

 

 

 

MORS PRINCIPIUM EST Line-Up:

-Ville Viljanen - V
-Mikko Sipola - D
-Teemu Heinola - B
-Andy Gillion - G

 


 

 

MPE_70000TonsOfMetal

 

 


 

 

PME_Embers

 

MPE_logo

 

 


 

 

19 janvier 2017

GOTTHARD - "Silver" (French Review) - Video "Stay With me" - 25th Anniversary Tour 2017 (Special Guest: PRETTY MAIDS)

 

gotthardsilvercd4

 

ATT00002

==> Sortie / Release Date: 13 Jan 2017 <==

 

 

 

Le phénomène Hard Rock nourri de cette petite touche de Blues et bardé de ballades gigantesques, GOTTHARD, ladies and gentlemen, affiche vingt cinq ans de bons et loyaux services, d’authenticité sans faille, au tableau d’honneur du Hard Rock classique. Cela se salue et se souligne, alors, quoi de mieux quun douzième album studio, « Silver », pour célébrer justement les noces d’argent entre un groupe qui a toujours su rester fidèle à lui-même, à ce qu’il aime, quand il compose et fidèle à ses fans, avant tout.

La palette offerte ici est vaste comme le talent des suisses et offre tout autant la couleur chaude et racée, énergique des racines Hard Rock seventies qu’affectionne la bande, que la teinte de Blues qui frémit, ainsi que la capacité à rester moderne et ouvert à l’avenir en sachant faire évoluer ses horizons musicaux. Voilà pourquoi «Silver » s’il ne sort pas de la recette gagnante de base, qui a fait la renommée de GOTTHARD, peut néanmoins aussi bien briller donc via des pur Rock, tels que « My Oh My » et ses riffs en Hard Rock trempé, ou encore dans la même veine « Electrified », « Silver River », « Blame On Me » et son harmonica de premier ordre, que de par un acoustique « Not Fooling Anyone » ou un « Beautiful » à l’esprit presque Pop qui devrait prouver son calibre en passage radio.

Electrique ou acoustique, classique ou moderne, le Rock made in Switzerland de Gotthard valait bien une galette à riche spectre comme « Silver » pour marquer son quart de siècle d’authenticité et surtout, devrait-on dire de foi malgré l’adversité, pour avoir voulu poursuivre l’aventure GOTTHARD, en dépit de la tragique disparition de l’unique Steve Lee, en 2010. Et justement, en 2017, au travers de « Silver », Leo Leoni, l’âme de GOTTHARD, affiche encore et toujours sa foi en son groupe, en la vie, tout autant que son talent de maitre es-six cordes aux côtés des complices de toujours Freddy Schere qui complète le doué duo des guitares, le duo de classe côté rythmique avec Hena Habegger et Marc Lynn, respectivement aux batterie et basse. Pour ce qui est du chant et du talent justement, on retrouve avec plaisir Nic Maeder, qui, pour son troisième album avec la troupe, semble décidément en être devenu un élément naturel, lui qui fait merveille en posant sa voix riche et dynamique ou posée quand il le faut. Ce dernier a d'ailleurs vu sa participation à la composition des nouveaux morceaux plus active que lors de deux opus précédents. Compléter le tableau en soulignant la co-production Charlie Bauerfeind (Blind Guardian, Angra,..) et Leo Leoni, est un devoir, vu que « Silver » bénéficie d’un son qui a su capter la classe, la qualité et l’énergie naturelle qu’on était en droit d’attendre d’une formation de ce niveau.


GOTTHARD signe avec « Silver » l’anniversaire de vingt cinq ans de passion pour le Hard Rock classique, un must réalisé par des briscards du rock qui ont cette passion chevillée au corps et surtout au cœur, le moteur du groupe :)

Même si « Silver » n’est pas autant orienté Hard Rock que son prédécesseur « Bang », celui-ci se révèle finalement offrir un choix de quinze morceaux judicieux pour couvrir ce quart de siècle et l’étendue du talent de GOTTHARD, alors,


Happy 25th anniversary GOTTHARD !

 

Tasunka

 

 

 

Gotthard_SilverTList4

 

 


GOTTHARD Line-Up :

-Freddy Scherer : G 
-Hena Habegger : D 
-Leo Leoni : G
-Marc Lynn : B
-Nic Maeder : V

 

 


 

 - - SILVER TOUR 2017 - -

CLIQUER ICI :) /  CLICK  Here :)

 


 

goothard_swme

 

 

 


 

gotthardsilvercd4

 

 

logo

 


 

Posté par Tasunka à 22:33 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

14 janvier 2017

ARMORED SAINT "Carpe Noctum (Live)" (French Review)- Official Live Videos "Aftermath"/"March Of The Saint" - Europe/USA Tour

 

ArmoredSaint_CarpeNoctum_Live

 

AS_logo44

 

AS_HelmetW

 

 

==> Available Worldwide February 24th, 2017 <==

 

MetallBladeLogo

 

 

 

 

Pour vous situer ARMORED SAINT, il est bon de parler de son chanteur et talentueux -à l’image de tout le groupe- John Bush: Quand vous avez James Hetfield de Metallica en 2011, qui, pour présenter le guest de leur concert, vous annonce que le chanteur dont Metallica aurait rêvé d’avoir si lui-même n’avait pas pris le micro, aurait été John Bush, tout est dit et Lars Ulrich, le batteur qu'on ne présente plus, d’ajouter après un duo vocal endiablé Bush-Hetfield, que tout aurait pu être différent si celui-ci avait été au chant avec Metallica. Pour l’anecdote, début des années 1980s, Hetfield en personne, en accord avec tout le groupe, lui avait demandé de prendre le micro pour Metallica, lui qui voulait se concentrer sur la guitare mais loyal envers ses amis, John Bush avait choisi de rester frontman, chanteur et parolier pour Armored Saint.

Entre le split d’ARMORED SAINT en 1992 et sa reformation en 1999, des allers-retours réussis vocalement par le Thrash d’ANTHRAX, mais aussi un peu compliqués côté line-up d’Anthrax, justement, ces épisodes ont néanmoins permis d'enfoncer le clou et souligner toute son habilité vocale sans bornes, mais l'essentiel est que son groupe de cœur est et restera ARMORED SAINT, depuis ses débuts et sa reformation et puisque il en est ici question, donc place à AS. Fondé en 1982 par les frères Sandoval (guitare et batterie) et le défunt David Prichard (guitare,remplacé par Jeff Duncan), qu’il fait bon d’avoir le line-up des eighties en top forme, prêt à en découdre et vous botter les fesses avec leur Heavy Metal dynamique, via un second live officiel, "Carpe Noctum" et il était temps; le dernier, « Saints Will Conquer », datant tout de même de 1989 !

ARMORED SAINT a toujours eu la solide réputation d’être un sacré groupe de live et le prouve amplement, une fois encore en 2017. Via « Carpe Noctum », on se prend une déferlante de Heavy top qualité, qui vous colle au siège par son énergie, entre les guitares imparables de Jeff Duncan-Phil Sandoval, la basse de Joey Vera, Gonzo Sandoval derrière les futs, qui vous assènent le tempo à coup de rythmiques sourdes pour l’un et de double grosse caisse bien senties, pour l’autre et bien sûr, les vocaux remarqués d'un John Bush, fidèle à sa réputation d’être l’un des meilleurs chanteurs de Metal, en plus d’assurer en tant que frontman au sourire et à la bonne humeur indéfectibles. Un sourire que partage toute la troupe, visiblement aussi heureuse d’être là, que son public, un public fidèle qui le lui rend bien autant dans ce live capté lors du festival de plein air, la fameux Wacken en juillet 2015, qu’en salle toujours en Allemagne à Aschaffenburg. Il est à souligner que c’est via internet et PledgeMusic qu’ARMORED SAINT, souhaitant aussi pleinement faire participer ses fans à l’élaboration de « Carpe Noctum », a donné vie à ce live.

Un live riche d'une setlist judicieusement choisie côté 'accroche imparable', en allant piocher des premiers opus des années 1980 au dernier album avant le split « March Of The Saint » (1984), « Delirious Nomad » (1985), "Symbol Of Salvation" (1991), pour aussi couvrir la résurrection de 1999 avec des extraits des sorties de 2010 « La Raza » et 2015, « Win Hands Down ». ARMORED SAINT aligne les hits classiques et plus modernes et du même calibre, au long de ce live qui, s’il est bien nommé « Profite de La nuit – Carpe Noctum » pour le plaisir qu’il procure, peut se voir reprocher d’être trop court, reproche qui tient à sa qualité d’être justement aussi bon que ça; un rappel aurait été salué avec enthousiasme. :)

Avec Savatage, ARMORED SAINT reste l’un des groupes sous-évalués de la scène Heavy Metal, alors,

sautez sur ce live accrocheur pour combler cette lacune et savourer un ARMORED SAINT qui a toute sa place aux côtés des pointures du Metal comme le démontre, avec brio, ce « Carpe Noctum » de la bande de Los Angeles.


Après une tournée réussie en 2016 aux côtés de QUEENSRYCHE, ARMORED SAINT sera à nouveau sur la route aux USA et en Europe (Angleterre, Irlande), alors, à quand un nouveau passage en France, après celui acclamé au Hellfest 2015 ? :)

 


Tasunka

 

 

 

 

Carpe Noctum (Live) Track-List:

 

01. Win Hands Down (Live)  - (From 2015’s "Win Hands Down" )
02. March of the Saint (Live) - (From 1984’s “March Of The Saint”)
03. Stricken by Fate (Live) - (From 1984’s “March Of The Saint”)
04. Last Train Home (Live) - (from 1991's "Symbol Of Salvation")
05. Mess (Live) - (From 2015’s "Win Hands Down" )
06. Aftermath (Live) -  (From 1985’s “Delirious Nomad”)
07. Left Hook from Right Field (Live) -  (from 2010’s "La Raza")
08. Reign of Fire (Live) - (From 1991's "Symbol Of Salvation")

 

 


 

Armored Saint tour dates: click here :) / cliquer ici ;)

 


 

AS_logo

 


ARMORED SAINT Original Line-Up:

-John Bush: Vocals (ex-Anthrax)
-Joey Vera: Bass (Fates Warning, Arch Matheos, Motor Sister)
-Phil Sandoval: Guitars
-Jeff Duncan: Guitars
-Gonzo Sandoval: Drums

 

 


 

 

 AS-helmet-color4

 

 

AS-helmet-color4

 


 

ArmoredSaint_merch2017

 

 


 

 

ArmoredSaint_CarpeNoctum_Live

 

 

AS_logo

 


 

Posté par Tasunka à 18:28 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,


12 janvier 2017

VANISHING POINT - "Tangled In Dream" (2-CD Special Edition) / RE-RELEASE (French Review)

 

VP_TID

vplogo01

 

Release Date: January 27th 2017

 

AFM_LN_Final_RGB_small_s

 

 

 


VANISHING POINT voient enfin réédité leur album de 2000, « Tangled In Dream », cette pépite introuvable et donc, tant recherchée par les aficionados de la première heure ou les nouveaux fans du combo de Metal mélodique et dynamique, avec une orientation progressive bien menée, quand le moment se fait sentir. Si la pochette reste inchangée et pourquoi la modifier, vu qu’elle assure, les onze morceaux situés sur le disque 1, suivent la même mouvance, celle d’être dans leur version originale et force est de constater avec plaisir, que chaque titre a traversé le temps sans encombre, se montrant toujours aussi marquant d’efficacité, dans le feeling et l’intensité à tous niveaux et bien sûr, pour ce qui est du chant, qui ne se lasse pas de vous conquérir et des guitares tout aussi redoutables.

Composé de deux CDs, le package vaut le coup puisque si sur le premier figure l’album complet de 2000, du matériel plus que rare distingue le second, avec notamment dix bonus uniques dont neuf qui n’étaient jamais sortis en dehors des versions japonaises, dont des reprises de premier choix de JOURNEY ou PINK FLOYD, un titre de « Tangled Dream », « Samsara » qui a seul été complètement réenregistré et renommé "Samsara II" pour l’occasion et enfin, pour clore ce package de choix entre album original, reprises, réenregistrement, voici que le second CD se conclue avec parmi les bonus originaux, cinq morceaux joués live et en acoustique en 2003 : là, le son est brut de décoffrage coté enregistrement pour au moins deux si ce n’est trois tracks, mais matériel rare oblige, le courant passe néanmoins.

Cette édition spéciale de « Tangled In Dream »vaut le coup pour découvrir VANISHING POINT ou se remettre en mémoire, combien les australiens sont une formation de valeur depuis leur fondation en 1995. Leur album de 2005, « Embrace The Silence » devrait se voir, lui aussi, réédité le 27 janvier et puisqu’une bonne nouvelle n’arrive pas seule, sachez aussi que la troupe a terminé l’écriture d’un nouvel album, qui devrait sortir au second semestre 2017.


VANISHING POINT souhaiterait concrétiser une tournée dans la foulée et vous savez quoi ? On attend ça avec impatience.
En attendant, procurez-vous la réédition 2-CDs de « Tangled In Dream », le groupe s’y montre digne de sa solide réputation dans le monde du Metal mélodique teinté de prog’

 


Tasunka

 

 

 

« Tangled In Dream » Tracklist:

CD I:
01. Surreal
02. Samsara
03. Closer Apart
04. Bring On The Rain
05. Never Walk Away
06. The Real You
07. Two Minds And One Soul
08. I Will Awake
09. Dancing With The Devil
10. Father (7 Years)
11. Tangled In Dreams

Bonus CD:
01. Samsara II
(newly recorded 2016 version)
02. Separate Ways
(Journey cover; first time ever on CD)
03. On The Turning Away
(Pink Floyd cover)
04. The Endless Road
(Japan bonus “Distant Is The Sun”)
05. Veil Of Deceit
(Japan bonus “The Fourth Season”)

Live and Unplugged on PBS FM (2003):
06. The Real You
07. Dancing With The Devil
08. Inner Peace
09. Hollow
10. Vanishing Point

 

VP_CD2

 

 

Bandbanner_VanishingPoint4

 

 

VP_TID

 

 

vplogo02

 


 

 

 

Posté par Tasunka à 23:53 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

08 janvier 2017

THE WILD! “Wild At Heart” (French Review) - Official Video "Ready To Roll"

 

THE_WILD_WildAtHeart4

 

THE WILD! logo print

 

 

 

 

TheWild_WatH

 

 

SPV_Steamhammer_skulllogo2015

 

 

 

‘Beaucoup de groupes essaient de faire ceci ou cela, nous, THE WILD! on n’essaie pas, on le fait, c’est tout !’, déclaration qui pose ce à quoi vous attendre avec ces rebelles trop sauvages pour être de bons garçons, sans foi ni loi, sauf celle du Rock’n Roll !: Un Rock’n’Roll authentique, brut comme on les aime, qui carbure sans concession et accrocheur en diable. Ce "Wild At Heart" est un véritable shot de Rock qui vous réveillerait un mort, avec ses riffs de guitares sales comme il faut et Rock avec un grand R, sa basse grasse qui sait faire rentrer sous la peau le propos, sa batterie aussi sauvage que ses collègues et bien sûr, un chanteur-lead guitariste auteur de la citation d’entrée de chronique, Dylan Villain, qui vous cloue le tout avec ses indispensables vocaux éraillés, témoins de fréquents séjours dans les bars à célébrer avec l’alcool coulant à flots, le Rock, les filles, les Hot Rods ou tout ce qui fait se sentir en vie, quoi! 

Aussi renégats que les personnages d’un film de Tarantino dont ils partagent l’esprit des surnoms, THE WILD ! pourrait en être la bande son vivante et pas de doute, les multi-tatoués Rock’n’Rollers canadiens ne font dans la demie mesure avec leur Rock qui sent bon la sueur : ils donnent tout pied au plancher, toutes tripes et sourire carnassier dehors.Trop bon ce cocktail de Rock’n’Roll pur jus, mâtiné de l’intensité de ce Blues du delta que la bande affectionne, de l’attitude Punk Rock, qui aurait croisé une touche de Southern Rock, le tout explosé en un feu d’artifice d’énergie, les bien nommés THE WILD ! 

Quand on songe que leur premier effort "GxDxWxB’", comprenez ‘God Damn Wild Boys’, s’était vu produire par pas moins que Mike Faser (AC/DC, Aerosmith, Jimmy Page, Van Halen) et que c’est à nouveau le cas, ici, tout est dit.

Avec THE WILD ! leur quête de liberté et envie de profiter du moment présent, se sentent au travers de tout « Wild At Heart » et sont contagieuses : comme une envie de hurler avec la meute de ces autoproclamés de ‘sauvages et cinglés’, un grand…

ROOOOCK’N’ROOOOLL !!! ;)


Tasunka

 

 

PS : une tournée Européenne devrait être annoncée prochainement : quand on vous dit que 2017 est une bonne année ;)

 

 

 

 

TheWild017HotRod

 



“Wild At Heart” Tracklisting:
CD DigiPak Version

01-Ready To Roll
02-Livin‘ Free
03-White Devil
04-Another Bottle
05-Best In The West
06-Six Hundret Sixty Six
07-Rattlesnake Shake
08-Run Home
09-Down At The Bottom
10-Kansas City Shuffle

 

 


THE WILD! Line Up:

-Dylan Villain – Vocals/Lead Guitar
-The Kid - Guitars / Backing Vocals
-Boozus – Bass/Vocals
-Reese Lightning – Drums

 

 

 

TheWild_WildatHeart

 

 

 

 

TheWild_singleRtoR

TheWild_logow

TheWild_LivinFree4

TheWild_logow

THE_WILD_WildAtHeart4

 

 

 THE WILD! logo print

 


 

Posté par Tasunka à 23:46 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

31 décembre 2016

Live Photos 'The Musical Box' ( 25 / 03 / 2007@ L'Olympia - Paris) - Just To Welcome 2017 :)/Pour marquer l'arrivée de 2017 :)

 

the_musical_box

 

TheMusical Box_Tasunkaphotos2007_18

 

 

TheMusical Box_Tasunkaphotos2007_01

 

 

TheMusical Box_Tasunkaphotos2007_02

  

 

gif_anime_drapeaux_pays_141     The Musical Box, reconnu internationalement pour la très grande qualité de ses reconstitutions historiques des spectacles de Genesis, est le seul groupe licencié et supporté par Genesis et Peter Gabriel et a présenté à travers le monde tout près de 1000 concerts devant plus d'un million de spectateurs dans les salles les prestigieuses du monde tel que le Royal Albert Hall de Londres et L'Olympia de Paris.

 

 

gif_anime_drapeaux_angleterre (1)    Internationally renowned for its high quality historical recreation of early Genesis concerts, The Musical Box, the only band licensed and supported by Genesis and Peter Gabriel, performed close to 1000 concerts in front of of over a million audience members in some of the most prestigious venues in the world such as the Royal Albert Hall in London and the Olympia in Paris.

 

 

TheMusical Box_Tasunkaphotos2007_04

 

 

TheMusical Box_Tasunkaphotos2007_13

 

 

TheMusical Box_Tasunkaphotos2007_08

 

 

TheMusical Box_Tasunkaphotos2007_09

 

 

TheMusical Box_Tasunkaphotos2007_16

 

 

TheMusical Box_Tasunkaphotos2007_10

 

==> All The Live Photos: click here ;) / Toutes Les Photos Live: ici ;) <==

 

the_musical_box

 


 

Posté par Tasunka à 14:11 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

30 décembre 2016

CROWBAR "The Serpent Only Lies" ( French Review) - Official Video "Falling While Rising"

 

Crowbar_TheSerpentOnlyLies

Crowbar logo4

 

Release Date: October 28, 2016
Territory: Europe

SPV_Steamhammer_skulllogo2015

 

 

 

Kirk Windstein, frontman, chanteur et guitariste des références du Sludge, CROWBAR, a voulu que leur onzième album, « The Serpent Only Lies », retrouve et replonge dans l’état d’esprit qui animait le groupe à l’origine, aussi, s’est-il volontairement immergé dans l’atmosphère des débuts en réécoutant les premières productions de la bande, sorties plus de deux décennies plus tôt, ainsi que les disques de formations ayant influencé CROWBAR à l’époque : Trouble, Saint Vitus, Melvins ou le tout premier Type O Negative.

Fort de cette réécoute du premier opus éponyme, ainsi que de « Broken Glass » et de ceux des groupes précités, c’est sur cette base et intention de sortir un album à l’esprit old-school qui sonne moderne à la fois, que « The Serpent Only Lies » a vu le jour.

Si CROWBAR délivre un opus qui sent effectivement bon ce savoir-faire si apprécié et salué au long des années, au travers d’un Sludge lourd et puissant, il n’en reste pas moins que le côté old-school revendiqué par son maitre à penser, à savoir un Sludge mélodique qui vous broie et ne laisse pas indemne avec ses distorsions sales, est là, certes, mais inégalement selon les morceaux, le tout péchant par moments d’un manque d’effet ‘dans ta face’.

Ainsi, si le meilleur se trouve dans un grondant tel le tonnerre « I Am The Storm », ou encore « Song Of The Dunes », « On Holy Ground », « Embrace The Light » ou le titre d’ouverture « Falling While Rising », « Surviving The Abyss », on salue avant tout le chant superbement inspiré encore et toujours de Kirk Windstein, un chant qui apporte un groove de plus aux instruments. Pour ce qui est, justement, des guitares et batterie, basse, même si elles assurent elles aussi, il arrive d’avoir envie de les entendre sortir des sentiers habituels du groupe, s’exprimer avec plus de prise de risques pour créer une dimension supplémentaire, retrouver justement pleinement toute cette distorsion sale et mélodique. Même si, ici, la place a été volontairement plus donnée aux guitares, mettant un peu moins l’accent sur la voix par instants, toujours est-il que ce même chant reste le pilier qui soutient le groove délivré par CROWBAR.

Ceci dit, avec « The Serpent Only Lies » on est tout de même en présence d’un disque de CROWBAR: ce qui veut dire, de haut niveau.

Avec une production au top, une pochette du même tonneau et ses nouveaux morceaux, CROWBAR se montre fidèle à sa renommée de 'pourvoyeur de Sludge ‘ depuis 27 ans! 

 


Tasunka

 

 

 

 

« The Serpent Only Lies »Tracklisting:

01.Falling While Rising
02.Plasmic And Pure
03.I Am The Storm
04.Surviving The Abyss
05.The Serpent Only Lies
06.The Enemy Beside You
07.Embrace The Light
08.On Holy Ground
09.Song Of The Dunes
10.As I Heal

==> Eliran Kantor did a brilliant job with the artwork! ;)

 


CROWBAR Line Up:

-Kirk Windstein - G / V
-Matt Brunson - G
-Tommy Buckley - D
-Todd Strange – B

 

 

 

Crowbar_2016

 


 

Crowbar_fallingWhileRising

 

 


 

Crowbar_TheSerpentOnlyLies

 

Crowbar logo4

 


 

Posté par Tasunka à 03:56 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,